Permis de conduire : le Délégué interministériel à la Sécurité routière répond aux interrogations de l’UNAF

20/06/2017

À la demande des représentants référents de ses journées annuelles de Sécurité routière, l’UNAF a souhaité porter à la connaissance d’Emmanuel Barbe, Délégué interministériel à la Sécurité routière, plusieurs points de préoccupation portant sur les auto-écoles et sur la qualité de la formation à maintenir au plus haut niveau pour accéder au permis de conduire.

Si des réformes successives ont permis son évolution (refonte de l’examen du permis de conduire-questions revues, délais de passage raccourcis de l’examen, prise en compte de questions demandant au candidat d’analyser les situations pour adapter son comportement), de nouvelles images de questions sont réalisées à partir de clichés, images vidéos montrées au candidat devant le préparer au passage de l’examen aujourd’hui externalisé du code.

L’UNAF a pointé la place de l’enseignement essentielle à ce niveau, considérant qu’il peut être optimisé de surcroît, s’il est réalisé en lien avec l’apprentissage de la conduite, les auto-écoles devant dispenser un suivi régulier de la formation et s’assurer qu’un enseignant dédié suit le candidat de bout en bout.

Elle a soulevé la question du risque que pourraient engendrer un usage (trop systématique), des nouvelles technologies qui remplacent les outils classiques d’apprentissage en salle par des outils d’information plus rapides et économiques : les élèves répondent aux questions d’un logiciel, lancé durant les tests, ceci les poussant à rester chez eux pour les réaliser eux-mêmes. Plus d’explications et de pédagogie sont pourtant nécessaires.

L’UNAF a également soulevé les questions que pose la facilitation offerte par l’apprentissage en famille (via les locations de voitures à double commande) qui tend à aller à l’encontre du rôle des moniteurs d’auto-écoles, indispensable en continuité avec celui, éducatif, des parents. Un suivi doit être assuré aussi dans ce cadre, en continuité.

L’Institution a adressé au DISR la liste de ses référents nationaux Sécurité routière. Celle-ci n’est pas exhaustive, puisque chaque UDAF peut siéger ou être mandatée au niveau des instances locales de sécurité routière.

L’UNAF a mis en place un module de formation opérationnel, afin de former son réseau ainsi que les bénévoles des associations familiales qui y sont rattachés. Les formations devraient être réalisées au niveau régional et financées par chaque UDAF. Elle a aussi demandé à Emmanuel Barbe d’apporter son soutien si ces dernières en avaient besoin dans le cadre des PDASR.

Réponse d’Emmanuel Barbe, Délégué interministériel à la Sécurité routière.

@ : hmarchal@unaf.fr


PDF - 139.5 ko

courrier_emmanuel_barbe_-_7_juin_2017.pdf
Haut de page