URAF Centre Val de Loire

Journée technique des délégués aux prestations familiales sur la mesure d’aide à la gestion du budget familial (MJAGBF)

04/07/2017

Illustration article

La loi de protection de l’enfance du 7 mars 2007 a introduit la mesure d’aide à la gestion du budget familial (MJAGBF) comme l’une des mesures éducatives à domicile, venant remplacer la tutelle aux prestations sociales enfants (TPSE) régie par le code de la sécurité sociale. Ainsi la MJAGBF s’inscrit résolument dans le champ de la protection de l’enfance (article 375-9.1 du Code civil). C’est une des trois mesures d’assistance éducative que le juge des enfants peut décider (avec l’Action Educative en Milieu Ouvert et l’Intervention Sociale et Familiale).

Prévue dans le schéma régional, elle s’adresse aux familles dont les conditions de vie dégradées ont une incidence sur le développement et le bien-être des enfants. Les professionnels accompagnent les familles dans l’utilisation des prestations familiales et plus largement dans l’autonomie budgétaire au bénéfice des enfants.

Le dispositif est relativement récent ; les pratiques se structurent et la mesure commence à trouver sa place dans les stratégies de protection de l’enfance. Les corrélations entre problématiques sociales et protection de l’enfance sont aujourd’hui bien connues. C’est sur ces enjeux qu’interviennent les délégués aux prestations familiales avec un accompagnement sur des périodes relativement brèves ; la mesure est en effet ordonnée pour une durée maximum de 2 ans.

Au 31 décembre 2016, 656 familles et 1 877 enfants sont concernés dans la région Centre-Val de Loire (hors file active). Les familles monoparentales sont largement représentées. On constate également une surreprésentation des familles vivant uniquement avec les prestations familiales.
De la gestion des urgences au soutien de proximité des projets familiaux, les interventions sont diversifiées et centrées sur les besoins globaux de l’enfant et les compétences des parents.

Dans la région Centre Val-de-Loire, les UDAF sont aujourd’hui les seules à exercer cette mesure avec un réseau d’une cinquantaine de travailleurs sociaux expérimentés et intervenant essentiellement à domicile.

C’est dans ce contexte que la première journée technique des délégués aux prestations familiales (DPF) de la région Centre-Val de Loire a été organisée, avec l’objectif d’améliorer la qualité des pratiques, de valoriser la mesure auprès des partenaires, et de partager les connaissances sur un dispositif pas suffisamment couvert en termes de formation.
Elle fait suite à la mise en place d’un groupe de travail des responsables de service MJAGBF.

Tenue le 8 juin à Blois, elle a rassemblé 45 salariés (99% des salariés) provenant de toutes les UDAF de la région.

La journée a été ouverte par Thierry Le Panse, directeur de l’UDAF 41.
Mme Maillier, directrice adjointe de la cohésion sociale en charge de la protection de l’enfance au conseil départemental de Loir-et-Cher a introduit la journée en rappelant l’importance de la mesure pour le bien-être des enfants, et sa complémentarité avec d’autres dispositifs d’assistance.
La journée a été animée par les six responsables de service MJAGBF de la région.

Pour favoriser l’interconnaissance et l’harmonisation des pratiques, les DPF ont participé à deux ateliers relatifs, l’un à l’ouverture de la mesure, et l’autre au document individuel de prise en charge.

Ces ateliers ont permis de partager les réalités départementales et d’amorcer le travail d’harmonisation des pratiques. Faisant état des perspectives de mise en commun, tant sur les outils que sur les organisations internes, le bilan des échanges a été très positif. En complément, une synthèse des données statistiques régionales a été présentée. Ces partages et concertations ont visé à capitaliser l’expertise et à porter les réalités familiales locales au niveau régional.

Conscients de la nécessité d’asseoir la MJAGBF dans le champ de la protection de l’enfance, les responsables de service ont sollicité l’intervention de David Pioli, coordonnateur du pôle "Droit de la Famille-Parentalité-Protection de l’enfance" à l’UNAF. Il a évoqué les enjeux et travaux nationaux, la nécessité d’ancrer la plus-value du travail d’accompagnement, ainsi que d’identifier les critères d’évaluation des besoins de l’enfant.

Conclue par Christine Launay, responsable de service à l’UDAF de l’Eure-et-Loir et Hubert Jouot, président de l’union régionale des associations familiales, cette première journée a suscité de nombreuses attentes de la part des participants : poursuivre les échanges et impliquer les partenaires s’imposent comme une évidence. Une analyse des évaluations des participants sera réalisée afin de contribuer à la définition des prochaines étapes de travail.

Un compte rendu complet sera prochainement diffusé.

Les présentations et échanges ont démontré toute la pertinence de cette mesure pour le bien-être et des familles.

Haut de page