Le secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Cohésion des territoires, Julien Denormandie est venu présenter la stratégie Logement du Gouvernement devant les Présidents des UDAF et URAF et les Directeurs des UDAF

18/10/2017

Illustration article

Lors de la journée des Présidents des UDAF et URAF et des Directeurs des UDAF du samedi 14 octobre 2017, l’UNAF a accueilli le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, venu présenter la Stratégie logement du Gouvernement. L’occasion pour la Présidente de l’UNAF, Marie-Andrée Blanc, d’indiquer au Ministre combien le logement était un élément central de la vie familiale et une préoccupation majeure des familles. Elle a rappelé que l’UNAF était reconnue comme un acteur important à tous les niveaux du territoire. Les UDAF sont présentes dans tous les Offices d’HLM, dans les Commissions de prévention des expulsions, les Commissions de médiation du DALO, et bien d’autres encore. Elles gèrent de nombreux services en direction des familles qui rencontrent des difficultés pour accéder à un logement et s’y maintenir et développent des initiatives innovantes, comme le dispositif « familles gouvernantes ».

La Présidente de l’UNAF a dit au Ministre partager les principaux objectifs de la Stratégie logement du gouvernement mais que les moyens mis en œuvre pour y parvenir suscitaient de « grosses » interrogations et de « grosses » inquiétudes, partagées avec ses représentants et plus largement avec ses partenaires. Marie-Andrée Blanc a insisté tout particulièrement sur la décision du gouvernement de réduire les APL de 5 euros pour l’ensemble des bénéficiaires, de les réduire de manière plus importante dans le logement social, et de les supprimer pour les accédants à la propriété. Elle a souhaité entendre le Ministre sur ces questions.

Intervention du secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Cohésion des territoires, Julien Denormandie

A l’issue de l’intervention de la présidente de l’UNAF, le secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Cohésion des territoires, Julien Denormandie s’est exprimé sur les 3 piliers de sa Stratégie pour le logement : "Construire plus, mieux et moins cher, répondre aux besoins de chacun, notamment les plus fragiles, et améliorer le cadre de vie sur tout le territoire", et en a détaillé les grands axes.

Concernant les aides personnelles au logement, il a rappelé la volonté du gouvernement de réduire la dépense publique notamment par une diminution des APL en lien avec une baisse des loyers HLM. Il a indiqué que le gouvernement voulait engager une réforme structurelle de ces aides sur deux ans.
Julien Denormandie a dit vouloir poursuivre la concertation et la négociation avec les différents partenaires et notamment avec les organismes d’HLM pour avancer sur une réforme de leur financement. Il a annoncé la préparation d’un projet de loi qui sera présenté en décembre en Conseil des ministres et en début d’année au Parlement. Il a proposé d’échanger avec l’UNAF sur ce texte pour le compléter et l’améliorer mais aussi sur d’autres sujets importants comme celui du DALO.

Table ronde : Politique du logement : comprendre les nouveaux enjeux pour les familles

A l’issue de l’intervention du Secrétaire d’Etat, un temps de réflexion et de débat a été engagé autour des annonces du gouvernement dans le cadre d’une table ronde animée par Marie-Josée Balducchi, administratrice de l’UNAF avec l’intervention de deux experts Pierre Madec, Économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) et Jean-Claude Driant, Professeur à l’École d’urbanisme de Paris.

Le premier temps de réflexion a été consacré aux aides personnelles au logement qui représentent pour l’UNAF un élément essentiel de la politique du logement. Marie-Josée Balducchi a rappelé que ces aides ont un rôle solvabilisateur important pour permettre aux familles les plus modestes d’avoir accès à un logement, mais aussi un rôle de protection en cas d’accident de la vie. Elle a précisé que le logement représentait le poste le plus important de dépenses des familles les plus modestes pouvant atteindre jusqu’à 60% de ce budget et est revenue sur les inquiétudes de l’UNAF. En effet, la moindre variation, la plus petite augmentation de charges inhérentes au logement peut, à très court terme, déstabiliser un équilibre budgétaire déjà fragile et accentué par un contexte économique, encore difficile.

Pierre Madec est intervenu pour présenter le dispositif des aides personnelles, leur évolution dans le temps, leur place dans le financement du logement, leur rôle dans la solvabilisation des familles et les conséquences et les risques pour les familles des mesures de réformes annoncées.

La deuxième partie de la réflexion a porté sur la question du logement sous l’angle de la diversité des territoires. Il s’agit pour l’UNAF, et l’ensemble des représentants institutionnels des territoires de métropole et d’outre-mer, que sont les UDAF et les URAF, d’une approche très importante, tant la question du logement, et de l’habitat au sens large, est diverse selon la situation géographique, comme l’a précisé Marie-Josée Balducchi.

Jean-Claude Driant est intervenu pour apporter un éclairage sur la diversité des territoires et les inégalités en matière d’habitat (la dispersion des prix des logements, les chiffres du DALO…), sur les problématiques spécifiques qui se posent pour chaque territoire et l’attention qui doit leur être portée, et sur les conséquences qui peuvent en être tirées en matière de politique publique du logement, mais aussi d’aménagement du territoire et d’urbanisme qui nécessitent de renouveler l’approche locale de ces politiques.

Les interventions ont été suivies d’échanges avec la salle.

En rappel :

@ : mmendes@unaf.fr

Haut de page