L’UNAF partenaire de la journée nationale des schémas départementaux des services aux familles

14/11/2017

Illustration article

Le mercredi 25 octobre dernier, s’est déroulée la journée nationale des schémas départementaux des services aux familles au Ministère de la Santé et des Solidarités. Cette journée était organisée de façon partenariale avec la DGCS, la CNAF, l’AMF, MSA, ADF et l’UNAF. Alain Feretti, administrateur de l’UNAF et Caroline Leroy, chargée de développement à l’UDAF de l’Ariège, sont intervenus dans les différentes tables rondes. 20 UDAF étaient également présentes dans la salle.

Dans son intervention, Alain Feretti, administrateur de l’UNAF, a insisté sur l’importance d’intégrer dans les schémas les enjeux d’attractivité du territoire, de cohésion sociale et parentale. Le niveau régional, envisagé au début de la mise en place des schémas, a été oublié par la suite. Pourtant, les conseils régionaux, de par leurs compétences en matière de développement économique, auraient tout intérêt à la mise en place d’une politique petite enfance efficace qui attire les entreprises et les familles.
Il a alerté sur les dérives des micro-crèches qui choisissent un financement PAJE – CMG qui exclut les familles en imposant des prix prohibitifs. Pour l’UNAF, la régulation du secteur de la petite enfance ne peut se faire que grâce à une politique de contractualisation avec les CAF. Il a conclu son propos sur l’importance de rendre public les schémas, d’en faire un outil de communication auprès des acteurs et des familles pour valoriser le travail et rendre transparentes les orientations politiques.

Caroline Leroy, chargée de développement à l’UDAF de l’Ariège, a témoigné du rôle de l’UDAF, en tant que représentants des familles, dans ces schémas. La CAF de l’Ariège a insufflé une vraie dynamique en associant largement les partenaires. Le président de l’UDAF a participé aux réunions du comité de pilotage, tandis que la chargée de développement participait aux groupes techniques. L’UDAF a présenté les résultats de l’enquête de l’observatoire des familles sur « être parents d’enfant de 6 à 12 ans » qui a permis de mieux comprendre les besoins de ces familles.

La journée a été introduite par M. Vinquant qui a annoncé l’élaboration d’une stratégie interministérielle d’investissement social : pour que l’égalité des chances soit rétablie le plus tôt possible. Ainsi un délégué interministériel d’investissement social sera nommé prochainement et sera un interlocuteur privilégié sur les questions de la petite enfance et de la parentalité.

M. Lenoir, directeur de la CNAF, a annoncé que 93 schémas été d’ores et déjà signés et que d’ici la fin de l’année, l’ensemble des départements devrait être couvert par un schéma. Il a fait un bilan positif de la mise en place de cet outil tout en nuançant son propos sur l’impact qui ne s’est pas fait ressentir sur les objectifs quantitatifs de création de mode d’accueil inscrit dans la COG état cnaf. Il a par ailleurs émis ses convictions sur la suite à donner lors de la prochaine COG à savoir, de sortir d’objectifs uniquement quantitatifs et nationaux et d’une surbudgétisation. Pour lui, une approche plus qualitative et plus territorialisée doit être envisagée. Il s’est dit favorable à rendre opposables les schémas.

À noter la présentation de l’étude du cabinet Geste par Sandrine Dauphin, directrice du département recherche de la CNAF. Cette enquête qualitative visait à réaliser 9 monographies dans les départements préfigurateurs des schémas. L’étude a permis d’analyser les dynamiques d’acteurs qui se jouent autour de ces schémas. Ainsi, la démarche a permis de construire le passage de dynamiques de réseau (interpersonnelles) à une logique de partenariat (inter-institutions).

Les acteurs sont globalement satisfaits de la démarche entreprise. Pour eux le schéma a permis de créer un nouvel « espace commun ». Pour autant, des nuances ont été apportées, notamment sur le manque de réunions des instances stratégiques et décisionnelles, qui ne permettent pas un vrai pilotage des actions. « Les décisions se prennent ailleurs, dans des réunions informelles méconnues des partenaires non participants ».
À noter que les périmètres du schéma ne sont pas toujours faciles à déterminer. Les actions jeunesse, les actions sur le handicap, l’insertion professionnelle, la protection de l’enfance notamment sur le volet prévention, sont autant de politiques connexes aux politiques d’accompagnement à la parentalité et à la petite enfance : il est parfois difficile d’identifier des frontières claires.

Enfin, à noter sur la territorialisation du schéma qui semble peu aboutie. Les acteurs se retrouvent avec des difficultés à trouver l’échelon local le plus pertinent et à articuler la démarche de territorialisation du schéma avec les organisations et dispositifs territoriaux déjà existants notamment les CTG (contrats territoriaux globaux).

Les conclusions de l’étude rejoignent les analyses faites par l’UNAF dans le cadre de l’étude de contenu des 12 premiers schémas préfigurateurs : + Lire.

Enfin, à noter la mise en place d’une plateforme nationale d’échanges des acteurs des schémas, prochainement disponible sur le site https://www.idealconnaissances.com/

Rappel du programme


PDF - 450.8 ko


Haut de page