L’UNAF, membre de l’ORTEJ, a participé au colloque de l’Observatoire des rythmes et temps de vie de l’enfant et du jeune (ORTEJ)

12/12/2017

L’UNAF, membre de l’ORTEJ, a participé au colloque de l’Observatoire des rythmes et temps de vie de l’enfant et du jeune (ORTEJ). Inspecteurs, syndicalistes, délégués de l’éducation nationale... le colloque de l’ORTEJ est rempli de cadres en activité ou en retraite de l’Education nationale. L’ORTEJ, créé au moment de la réforme des rythmes en 2013, regroupe 22 associations, dont l’UNAF, des syndicats, des mouvements de jeunesse, tous intéressés aux rythmes scolaires. François Testu, son Président, a multiplié les études chronobiologiques depuis les années 1990. Il a aussi fait partie des comités consultés par les ministres de Luc Chatel à Vincent Peillon.

Pour lui, « les études montrent le bien fondé de la semaine de 4 jours et demi ». Des études qu’il a faites à Roanne, Mulhouse ou encore Joué les Tours, sans parler des travaux de l’Académie de médecine (+ lire). Tous ces travaux étudient les rythmes de sommeil et d’attention dans la journée. "Les chercheurs disent qu’il y a des rythmes journaliers à respecter, des temps de sommeil à respecter. »

Représentant l’Education nationale, Olivier Cosnefroy est venu présenter la dernière étude de la Depp sur ce sujet. Mais cette étude se limite à comparer les différentes organisations de la semaine de 4.5 jours. Elle ne compare pas entre semaine de 4 jours et semaine de 4.5 jours ? faute de groupe témoin. Elle montre peu de différences dans les acquis des élèves sauf pour la semaine avec vendredi après midi libre qui est un peu défavorable pour les enfants des milieux défavorisés.
Ce qu’il ressort de l’étude présentée par un autre chercheur René Clarisse réside dans le fait que les parents sous-estiment les besoins de sommeil des enfants et croient en la plasticité du sommeil sur la semaine.

Rémy Guilleux, administrateur de l’UNAF, président du département « Education - Jeunesse - Numérique » a réaffirmé la position de l’UNAF se positionne en faveur de la semaine de 4,5 jours, sur 5 matinées car cette mesure est favorable aux apprentissages et au rythme des enfants. Il ne faut cependant pas négliger les difficultés d’organisation des familles, notamment le mercredi matin.

Par ailleurs, l’UNAF regrette que le programme soit chargé sur 144 jours d’école (contre 189 en moyenne dans les pays de l’OCDE) ce qui n’est pas favorable aux apprentissages.

@ :phumann unaf.fr

Haut de page