L’UNAF auditionnée par Pierre Mathiot, chargé par le Ministre de l’Education de mener une mission de réflexion sur l’avenir du baccalauréat

21/12/2017

L’UNAF, représentée par Rémy Guilleux, administrateur, président du département "Education - jeunesse - Numérique" et Patricia Humann, coordonnatrice du pôle "Ecole - Petite enfance - jeunesse", a été auditionnée le 4 décembre dernier, par Pierre Mathiot, missionné par le Ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer pour mener une réflexion sur l’avenir du baccalauréat. Préalablement à cette audition, le conseil d’administration de l’UNAF, dans sa séance des 17 et 18 novembre derniers, s’était saisi de ce projet de réforme en vue d’élaborer un positionnement.

Positionnement de l’UNAF

Le bac reste un rituel auquel les familles sont attachées, qui motivent les élèves et leur apportent une certaine reconnaissance.

- Le fait de passer un examen final rapproche les jeunes des situations professionnelles réelles, sans toujours un « droit à l’erreur » : il s’agit d’être performant à un instant « t » sans forcément de rattrapage possible.
- Le nouveau bac envisagé qui prendra en compte des notes de contrôle continu et un examen final national pourrait être moins complexe à organiser, moins coûteux.

Il nous semble qu’à minima, il serait nécessaire de garantir :

o Un équilibre entre contrôle continu et examen final pour que la motivation des enseignants et des élèves jusqu’à l’examen final soit toujours garantie.
o Une méthodologie très précise pour le contrôle continu, telle qu’elle se pratique déjà pour la voie professionnelle, garantissant un bon niveau d’évaluation des élèves dans chaque lycée. Il paraît cependant particulièrement difficile de pratiquer une notation homogène entre les élèves selon leur niveau ou la localisation de leur établissement (centre ville, zone urbaine sensible ou zone rurale isolée). C’est pourquoi la solution envisagée (cf. ci-dessous hypothèses présentées par Pierre Mathiot) de prévoir une banque nationale de sujets d’examens et de faire corriger certains examens du contrôle continu par d’autres enseignants que ceux du lycée paraît une bonne solution pour garantir une meilleure homogénéité sur tout le territoire.
o Un choix de disciplines pour l’examen final qui puisse offrir à tous les français à la fois une culture commune et un bon niveau d’insertion : par exemple au moins les disciplines Philosophie, Mathématiques, Français, et Langue. Et éventuellement une autre matière liée à la filière choisie : Sciences et vie de la terre, Histoire, Physique-chimie …

Organisation du bac présentée par Pierre Mathiot lors de l’audition de l’UNAF du lundi 4 décembre 2017

Lors de l’audition de l’UNAF, Pierre Mathiot a présenté les hypothèses concernant le futur bac. L’UNAF s’y est dit plutôt favorable :

- La réforme concernera le bac général et technologique.
-Le bac doit rester un diplôme national qui valide le secondaire et qui constitue un premier titre dans l’enseignement supérieur, comme actuellement.
-Il doit rester un rituel républicain et le projet est même de le renforcer. L’examen final sera donc une priorité. Mais le projet consiste à réduire le nombre d’épreuves notamment pour alléger l’organisation du mois de juin qui déstabilise tout le lycée et d’adjoindre un contrôle continu.

- En 1ère, les élèves passeront le bac de Français à l’écrit et à l’oral.
- Le bac s’organisera autour d’épreuves majeures et d’épreuves mineures.
- En terminale, les élèves passeront en épreuve terminale deux disciplines choisies parmi les 8 disciplines actuelles (majeures), en fonction de leur souhait d’orientation future (Maths-Physique, Français-Langue …) ainsi qu’une épreuve de philosophie.
- A ces examens s’ajoutera un « grand oral » interdisciplinaire portant sur deux disciplines choisies par l’élève, oral passé face à un jury de 3 personnes - dont une personne extérieure à l’Education nationale. L’élève présentera un projet réalisé pendant les années de 1ère et de terminale (type TPE renforcé).
- Ces épreuves terminales (2 majeures) compteront pour 60% dans la moyenne.
- Pour permettre une implication plus régulière des élèves tout au long des années de 1ère et de Terminale, un contrôle continu portant sur les autres disciplines choisies en mineur comptera pour 40 % dans la moyenne.
- Le contrôle continu sera, pour la majeure partie des notes (30 % des notes), anonyme, avec des sujets d’énoncés choisis dans une banque nationale d’épreuves, corrigés par des enseignants extérieurs au lycée (y compris enseignants dans le privé). Pour 5% en 1ère et 5% en Terminale, le contrôle continu pourra prendre en compte les moyennes des élèves aux bacs blancs internes.
- Les examens des 2 disciplines majeures se dérouleraient en février / mars afin que leur évaluation puisse valider, en partie, l’accord des universités pour l’orientation choisie.

Pour mieux accompagner les élèves dans leur orientation, un temps y sera dédié dans l’emploi du temps des élèves, dès la classe de 2de, avec des projets possibles type « Entreprendre pour apprendre », des déplacements dans les écoles supérieures et les universités, des « cours découvertes » par des étudiants (surtout pour les filières très demandées, type droit, médecine, psycho…) afin que les élèves puissent les découvrir.

Le lycée sera organisé en semestres avec une spécialisation progressive : en 2de un seul module de découverte puis une spécialisation en 1ère et en terminale.

Note UNAF en ligne


PDF - 799.6 ko


Haut de page