Mission flash sur les relations parents-école : les préconisations de l’UNAF entendues

13/02/2018

Mercredi 31 janvier dernier, les deux députées Mmes Aurore Bergé (Yvelines, LRM) et Béatrice Descamps (Nord, UDI AGIR) ont rendu leurs conclusions de la mission flash sur les relations parents-école devant la Commission des affaires culturelles et de l’éducation. L’UNAF avait été auditionnée sur ce sujet en novembre dernier. + Lire.

Par cette mission flash, il s’agissait d’assurer un suivi des propositions de la mission d’information présidée en 2014 par M. Xavier Breton et dont la rapporteure était Mme Valérie Corre. Leur rapport, remis le 9 juillet 2014, comportait 25 préconisations pour améliorer les relations parents-école, dont il s’agissait de savoir si, et comment, elles avaient été mises en application au cours des trois dernières années.
En matière de relation parents-école, beaucoup a été écrit et de belles initiatives ont été mises en œuvre localement.

Les préconisations de l’UNAF ont été entendues

Il reste des efforts partagés à réaliser pour conforter une véritable relation de confiance et créer les conditions de la réussite de tous les élèves. Pour l’UNAF, si les parents restent les premiers éducateurs de leurs enfants, les relations avec les éducateurs (professeurs, CPE, …) doivent permettre un respect mutuel et une meilleure connaissance des uns et des autres, seule garantie d’une relation de confiance. Les deux co rapporteures font cinq propositions :

1. Mieux former les enseignants tout au long de leur carrière à la relation aux parents. L’UNAF a préconisé en effet que la relation avec les parents fasse partie du tronc commun obligatoire des jeunes futurs enseignants et ne soit plus présentée uniquement comme une option.

2. Développer une information accessible et régulière à l’attention des parents.

3. Privilégier les rencontres informelles, plus inclusives de tous les parents.

Sur ce point, l’UNAF a été citée dans les termes suivants « 1er enseignement : il existe un risque, à vouloir trop formaliser les relations parents-école, de faire fuir les parents les plus inquiets, les moins à l’aise avec l’institution scolaire. D’où l’intérêt des rencontres organisées par l’institution scolaire autour de prétextes inclusifs, de rituels positifs, comme la semaine du goût, la « rentrée en musique » (qui valorise les enfants en présence de leurs parents) ou le spectacle de fin d’année. D’où aussi l’intérêt de tenir des réunions informelles organisées autour de thèmes choisis par les parents, par exemple les samedis matins, dans les espaces parents s’ils existent, et animées, le cas échéant, par des responsables associatifs (notamment l’UNAF) ».

4. Impliquer les parents dans tous les dispositifs de lutte contre le décrochage scolaire. L’étude citée par l’UNAF sur l’absentéisme scolaire lors de cette audition met en effet en évidence que les trois principales raisons de l’absentéisme (mal-être du jeune, orientation subie, échec scolaire) ne peuvent se résoudre qu’à travers un dialogue approfondi entre le jeune, ses parents et les enseignants.

5. Mieux associer les intervenants associatifs pour conforter le lien parents-école

L’UNAF a ainsi préconisé qu’autour de l’enfant et de l’Ecole se tisse un réseau d’associations qui ne se considèrent pas comme des « concurrents », comme c’est parfois le cas, mais au contraire comme des partenaires, avec comme seule préoccupation, le bien-être et la réussite de l’enfant, chacun pouvant apporter ses compétences spécifiques.

@ : phumann unaf.fr

Haut de page