REAAP

Quelques éléments suite à la réunion du Comité de Pilotage national des REAAP du 28 septembre.

03/10/2005

Le Délégué interministériel à la Famille a confirmé que les crédits alloués aux REAAP sur les budgets DDASS resteront inchangés en 2006, il seront toujours de 9,5 millions d’Euros.

Les remontées d’information des départements montrent que le pourcentage de renouvellement d’actions sur les crédits REAAP va de « quelques pourcents à 70 % ».

La question de la pérennisation des actions efficientes reste un vrai problème pour le secteur associatif. Les financeurs doivent trouver un relais financier pertinent pour maintenir ce qui fonctionne. L’exercice n’est pas simple et force est de constater que certaines actions disparaissent faute de moyens financiers.

L’entrée en vigueur de la LOLF (Loi organique n°2001-692 du 1er août 2001), relative aux lois de finances, et la formalisation des PAP (Projets Annuels de Performance), ne modifieront pas l’indicateur actuellement pris en compte par les REAAP. Le niveau de « performance » s’évalue à partir d’une donnée quantitative, la corrélation entre le nombre d’actions REAAP d’un département et le nombre de jeunes de moins de 20 ans de ce département.

Il semble déterminant de rappeler qu’une des spécificités du dispositif REAAP est qu’il participe à la prise en compte des nouveaux besoins et qu’il soutient l’innovation.

Pour l’UNAF : Il ne s’agit pas de compiler des actions mais de coordonner, de compléter et de renforcer l’existant en fonction des nouveaux besoins identifiés et de le faire « en relais et en appui des dispositifs de droit commun » (circulaire 2004 existante).

A ce titre, la réalisation du diagnostic territorial des besoins, des attentes et des réponses apportées est déterminante. Rappelons que selon les termes de la circulaire DIF/DGAS/DESCO/DIV/DPM n°2004/351 du 13 juillet 2004 qui initie ce diagnostic, celui-ci doit permettre :

- de constituer une base de données sur l’ensemble des services existants et actions mises en œuvre dans le champ du soutien à la fonction parentale ;
- de définir, en tenant compte des réalités locales, les axes d’intervention prioritaires en matière de soutien à la parentalité et de services aux familles parmi les grands domaines définis au paragraphe 2 de la présente circulaire.

A ce titre, n’oublions pas le rôle déterminant que doivent jouer les "Points Info Famille" dans la réalisation de ce diagnostic et dans la mise à jour permanente des offres de service sur le territoire.

Les membres du Comité de Pilotage national disposent encore de quelques jours pour faire des propositions sur les projets de circulaire et de charte 2006 qui ont été présentés et discutés en séance plénière le 28 septembre.

Haut de page