Uniopss

Participation de l’UNAF à la Commission Exclusion de l’Uniopss

23/01/2006

L’UNAF a participé le 3 janvier 2006 à la réunion de la commission exclusion de l’Uniopss.

Véronique Fayet, membre du Conseil National de Lutte contre les Exclusions a dressé, aux associations membres d’Alerte et en sa qualité d’adjointe au maire de Bordeaux, un panorama de la politique existante dans sa ville en matière de lutte contre les exclusions.

Les principaux axes d’interventions de la mairie concernent le plan annuel, l’animation, l’évaluation et les partenariats, les structures existantes qui permettent d’avancer dans cette lutte, la mise en place du Conseil de Développement social ainsi que les innovations en cours comme la journée de l’innovation sociale.

Les difficultés actuelles rencontrées concernent la place respective des acteurs (Mairie/Conseil général) dans la mise en place des réformes telles que l’accompagnement, le suivi du Rmi, mais également les demandes de soutien financier des associations en phase avec les besoins.

Les associations ont soulevé les questions des liaisons nécessaires qui n’existent pas toujours entre les acteurs locaux, de la notion de fraternité inscrite dans la constitution mais qui reste à creuser, des garanties à mettre en place (accès aux droits, équité territoriale).

Véronique Fayet a indiqué que les politiques sociales pouvaient s’inscrire plus facilement dans les actions de proximité, avec la nécessaire dimension humaine à valoriser.

Les associations ont suggéré que l’on puisse donner au Président de l’agglomération la légitimité qui lui est nécessaire pour lutter dans le domaine social.

Le collectif Alerte en région Picardie a été présenté. Ce collectif, réunissant plus de 200 associations, est également membre aujourd’hui du Conseil de Développement durable. Les représentants des associations ont regretté le manque de cohérence dans les initiatives prises par les collectifs luttant contre l’exclusion entre les niveaux locaux et le niveau national et ont demandé que les acteurs de terrain portent la dimension locale.

Les questions de la refondation du collectif Alerte et des conditions d’utilisation de la marque " Alerte " ont été traitées.

Cette refondation devra être entérinée par les associations adhérentes au réseau piloté par l’Uniopss et devront en accepter les règles ; elle sera concrétisée par l’élaboration d’une charte de fonctionnement national.

L’UNAF a signifié sa volonté de ne pas se désengager de cette lutte qui apparaît essentielle dans les prochaines années.

Les associations ont été interpellées sur les dispositions du texte de loi relatif à l’égalité des chances ("contrat de responsabilité parentale") ainsi que sur les suites à donner à la réforme de l’Agence Nationale de Lutte contre l’Illettrisme.

Face au problème de la responsabilité parentale dans la prévention de la violence des jeunes, la position de l’UNAF est que l’on ne peut se satisfaire de pénalités lourdes infligées aux familles, ces pénalités ne faisant qu’accentuer la difficulté des familles dans les milieux modestes.

Enfin, le texte d’Alerte relatif aux discussions en cours à l’Unédic a fait l’objet d’une discussion. Cette convention, qui était en cours d’élaboration, a été l’occasion pour la commission emploi à laquelle l’UNAF assiste, de rédiger un texte sur le fonctionnement du service public de l’emploi, l’accès à la formation professionnelle et aux emplois sous contrat aidé pour les personnes exclues.

Haut de page