Collectif Alerte

Rencontre du collectif Alerte et des partenaires sociaux : Emploi ou activité des personnes en difficultés

05/06/2006

L’UNAF a participé le 23 mai 2006 à la journée de rencontre entre le collectif Alerte et les partenaires sociaux qui se sont réunis sur le thème de l’emploi ou activité des personnes en difficultés. En effet, une partie de la population est hors jeu, hors champ, mise à l’écart.

Monsieur Lagouanelle, Président de la commission Exclusion de l’UNIOPSS a introduit la journée. Bernard Gomel, (Centre d’Etude de l’Emploi - Chargé de recherche CNRS) a dressé un état de l’existant en matière d’emplois pour les personnes en grande difficultés (état de la population active, des dépenses globales et des moyens mis en place face à la demande réelle, point sur les contrats aidés). Il a rappelé la nécessité d’améliorer la formation, l’accompagnement dans l’emploi, et de tenir compte des contextes territoriaux (et décisionnels).

Lors du débat qui a suivi ont été soulevées plusieurs problématiques :

- la nécessité d’adapter les formations aux publics visés, de favoriser l’accompagnement de l’accès à l’emploi et à la validation des acquis de l’expérience, de reconnaître les acquis des contrats aidés ;

- celle d’établir une relation de confiance avec les personnes démunies, d’ effectuer leur suivi (en cas de rupture de contrat) et accompagnement, et de prévoir leur participation aux dispositifs.

L’exigence d’une prise en compte des personnes en recherche d’emploi a été évoquée. Après avoir reconnu l’efficacité sociale des contrats aidés, les interventions des associations et partenaires sociaux ont montré que les réponses ne devaient pas être isolées et devaient aussi tenir compte des demandes faites en amont : moyens de garde d’enfants, transports (exemple des personnes travaillant tard et vivant dans des lieux éloignés de leur travail...). La prise en compte des demandes dans l’offre d’emploi a été évoquée aussi (en tenant compte des contraintes familiales et d’accessibilité).

D’autres points ont été abordés tels que :

- le suivi des droits possibles des personnes démunies ( quels recours),

- le suivi des familles, (notamment au sein de leur environnement en lien avec les acteurs sociaux),

- la formation des tuteurs pour les jeunes en apprentissage et pour les personnes en insertion.

La nécessité d’un diagnostic partagé ainsi que d’une évaluation constante ont été également rappelées comme moyens de faire avancer l’action localement aussi.

Un bilan des travaux du collectif Alerte et des relations avec les partenaires sociaux a été dressé.

Haut de page