Conférence

Présence de l’UNAF à la Conférence nationale sur l’emploi des seniors : compte-rendu et analyse

12/06/2006

Le 6 juin 2006, le Gouvernement a présenté le plan de relance de l’emploi des seniors, qui va faire l’objet d’une importante campagne d’information. Des changements structurels (baisse croissante du nombre des actifs, baisse à venir des ressources des retraités, durée de vie accrue en bonnes conditions physiques, etc...) commencent à faire sentir leurs effets et vont s’amplifier. Il est impératif de sortir de certaines pratiques actuelles, lorsqu’elles constituent des contre-sens économiques et humains : le gaspillage des savoirs et des forces productives des seniors en est un à plusieurs égards, et le Gouvernement a décidé d’instaurer une nouvelle politique.

Le plan présenté pour l’emploi des seniors résulte d’une négociation entre les partenaires traditionnels et traduit un rare consensus. Le message délivré est en substance le suivant : pendant des années, nous avons cru que l’emploi constituait une sorte de masse partageable, et que pousser un senior à partir en retraite libérait à chaque fois une place pour un jeune. L’expérience montre que, sauf rares exceptions, l’idée est aussi fausse que simpliste, et qu’elle engendre des conséquences néfastes tant pour la collectivité que pour les personnes et leurs familles. Ainsi, des seniors chargés de famille (enfants, mais aussi parents âgés) se retrouvent en difficulté alors qu’ils ont été privés des ressources d’une activité. D’autre part, les changements intervenus en ce qui concerne la durée de vie en bon état font que des personnes de 70 ans actuellement sont en meilleur état d’exercer une activité que des personnes de 60 ans il y a trente ans, ce qui est important lorsque se profile la diminution des ressources des retraités...

Le « Plan national d’action concerté pour l’emploi des seniors » comporte plusieurs voies d’action : une campagne de sensibilisation et d’information sur 2 ans, pour renverser les idées fausses et obtenir une mobilisation générale en vue de garder les seniors dans l’emploi ou de leur permettre de le réintégrer ; et cinq objectifs, chacun étant décliné en plusieurs actions : modifier la façon de penser (tant du public que des entreprises), favoriser le maintien dans l’emploi des seniors, ou leur retour à l’emploi, aménager les fins de carrière, et assurer une évaluation et un suivi tripartite (État, entreprises, salariés) de ce plan.

Parmi les 31 mesures, on retiendra :

- Restriction puis suppression des dernières possibilités (accords collectifs) de mettre les salariés à la retraite avant l’âge légal, et plus de mise à la retraite d’office avant 65 ans ;

- Aménagement de la retraite progressive avec temps partiel sous certaines conditions (>60 ans, ayant déjà 150 trimestres) ;

- Cumul emploi-retraite facilité pour les faibles retraites ;

- Relèvement de la surcote pour activité au-delà de 60 ans ;

- Encouragement des entreprises à pratiquer une gestion des âges allant jusqu’à l’adaptation des conditions et postes de travail ;

- Création d’un CDD seniors pour permettre à certains de compléter leur durée de cotisation et d’atteindre le taux plein (pour chômeurs ou licenciés économiques depuis au moins 3 mois ; CDD pour 18 mois renouvelable une fois).

Lire l’intervention du Premier Ministre

Emploi des seniors : présentation du plan d’actions

Communiqué du Conseil économique et social

Haut de page