UNIOPSS

Commission de lutte contre les exclusions de l’UNIOPSS : 23 janvier 2007

05/02/2007

L’UNAF a pris part à la réunion de la Commission de lutte contre les exclusions de l’UNIOPSS le 23 janvier 2007.

Dans un premier temps Catherine Serre a présenté le collectif Alerte de la région Bourgogne dont elle est responsable.

Ce collectif est implanté principalement en Côte d’Or et en Saône et Loire avec une présence plus accrue des associations en Côte d’Or.
Les sujets soulevés sont issus des attentes des associations. Ces dernières mutualisent leurs réflexions et préoccupations lors des journées et réflexions communes.
Le collectif joue un rôle d’alerte auprès des pouvoirs publics.
Les membres de la commission ont proposé à la représentante du collectif d’engager des partenariats avec les Conseils généraux.

Les autres sujets abordés ont porté sur le droit au logement opposable et la prise en compte des bénéficiaires de minima sociaux au sein du dispositif prévu de garantie des risques locatifs, proposée par l’UNIOPSS et qui a été actée.

La préparation des élections présidentielles a ensuite été traitée avec la reprise prochaine des demandes du collectif Alerte au sein des médias.

Le Président de l’association "Solidarité nouvelle face au chômage", Jean-Baptiste de Foucauld est intervenu sur le thème : "Comment prévenir et lutter contre la pauvreté des jeunes ?" en sa qualité d’ancien Président de la commission nationale pour l’autonomie des jeunes mise en place entre 2001 et 2002 et chargée de réfléchir à une allocation d’autonomie.

Il a rappelé le contexte actuel : situations de pauvreté à l’université, voire au lycée (avec un taux de pauvreté double du taux de pauvreté moyen) et la nécessité de revoir les aides possibles de façon plus large (en matière de droits aux bourses, de soutien public à l’aide à l’emploi, d’orientation et de logement).

Il a également mis l’accent sur les conditions précaires des politiques d’insertion trop changeantes et sur la nécessité de revoir les conditions d’indemnisation des périodes de sans emploi des jeunes.
En outre, il souhaite l’instauration d’un service civique inter-générationnel, souple, prolongeable sur la base du volontariat et la validation des droits issus du bénévolat (tels que ceux à la retraite).
Enfin, selon lui, il convient de renforcer le rôle des régions, au niveau des placements, de l’indemnisation et de la formation.

Il a souligné deux réformes indispensables en direction des jeunes : une allocation formation (avec un droit de tirage) et le revenu contractuel d’accès à l’autonomie (avec un contrat passé avec un travailleur social) pour les jeunes plus marginalisés.

A consulter

Haut de page