Logement social

Banalisation du livret A : les craintes de l’Union sociale pour l’habitat

14/05/2007

La Commission européenne a demandé à la France, le jeudi 10 mai 2007, de banaliser la distribution des Livrets A et Bleu, jusqu’ici uniquement distribués par la Banque postale, la Caisse d’épargne et (pour le livret bleu), le Crédit Mutuel. Cette épargne permet à la Caisse des Dépots et Consignations (CDC), qui en gère les encours, de financer des prêts à des taux avantageux pour financer la construction de logements sociaux. L’encours actuel des prêts de la CDC dans le domaine du logement et de la rénovation urbaine est de 84,8 milliards d’euros ;

L’Union sociale pour l’habitat, dans son communiqué relatif à cette décision redoute que cette banalisation fragilise cette source de financement du logement social :

"Les banques qui ont demandé la banalisation du Livret A auront tout intérêt à capter les seuls clients aisés et à les inciter à placer leurs fonds sur des produits plus rémunérateurs pour elles - dès lors qu’elles ne peuvent placer les fonds à leur profit ;

les distributeurs historiques, qui accueillent notamment les personnes modestes pour qui le livret A sert de compte bancaire et entraîne une gestion plus coûteuse, seront moins incités à entretenir pour cette seule clientèle un réseau présent en zone rurale et dans les quartiers sensibles ;

à terme, la pression sera forte pour remettre en cause la centralisation comme cela a été le cas pour le Codevi."

L’UNAF rappelle pour sa part sa conviction que le logement social est un levier essentiel de résolution de la crise du logement sans précédent que traversent les familles de notre pays : il est essentiel que son financement soit le plus stable possible.

Haut de page