Financement de l’immobilier

Intérêts d’emprunt et résidence principale

18/06/2007

La mesure fiscale relative à la résidence principale, annoncée par le Gouvernement, sera un crédit d’impôt concernant à la fois les foyers imposés et non imposés. Il représentera 20 % des intérêts d’emprunt dans la limite de 750 euros par an pour un célibataire, 1500 euros par an pour un couple sans enfant, et 100 euros de plus par personne à charge. Ces plafonds devraient donc être assez rapidement atteints, compte tenu des prix actuels de l’immobilier. Cette déduction ne concernera en outre que les cinq premières années de la vie du prêt. Ainsi, pour un ménage avec trois enfants, l’avantage procuré sur cinq ans est plafonné à 9000 euros.

Près de 6 français sur 10 sont aujourd’hui propriétaires de leur logement et dans leur grande majorité, les familles aspirent à l’accession à la propriété. Cette tendance est aujourd’hui renforcée par l’allongement de la durée de la vie et les conséquences que cela entraîne sur la problématique logement. Dans ce cadre là, être propriétaire de son logement revêt un aspect encore plus sécurisant tant en terme de maintien de pouvoir d’achat, d’adaptabilité du logement et de maintien dans les lieux.

Aussi l’UNAF ne peut qu’être d’accord sur le principe de cette mesure fiscale qui peut aider les familles à accéder à la propriété. Cependant, l’UNAF a toujours rappelé qu’il fallait agir sur tous les leviers permettant de résoudre la crise du logement (locatif social, locatif privé, accession à la propriété, tant dans le neuf que dans l’ancien). Elle insiste donc sur le fait que cette aide non ciblée, ne doit pas limiter les autres moyens d’actions essentiels pour le développement de l’offre de logements à prix abordables pour les familles, et plus particulièrement de logements locatifs sociaux.

Haut de page