Energies renouvelables

Participation de l’UNAF à l’Assemblée générale du Comité de Liaison des Energies Renouvelables

25/06/2007

L’UNAF a participé à l’Assemblée générale du Comité de Liaison des Energies Renouvelables (CLER) organisée à Bordeaux les 7 et 8 juin derniers. Des ateliers sont venus ponctuer ces deux journées qui se sont achevées avec la venue d’Alain Juppé, Ministre d’Etat en charge de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement Durables.

Quelques échos des ateliers

Atelier 1 : Architecture et urbanisme

Il est apparu la nécessité de « repenser la ville » par :
- une certaine redensification des centres villes afin de limiter la dépendance à l’automobile,
- une maîtrise de la mobilité passant par le développement des transports en commun
- une autre manière de créer des espaces verts au cœur de la ville. La Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB) a été citée. Elle comporte 27 communes, 55.000 ha, compte 667.000 habitants, elle met en place un bilan énergétique de ses bâtiments et analyse systématiquement les problèmes d’eau, d’énergie, de déchets et d’accessibilité pour les personnes handicapées.

Il a été fait mention du conflit possible entre Patrimoine et énergies renouvelables (ex. problèmes des capteurs solaires sur les toits de maisons dans un périmètre de monuments classés).

Atelier 2 : Précarité énergétique

Il ressort des échanges que les impayés d’énergie sont les symptômes de la précarité énergétique et que les familles les plus fragiles sont en priorité des familles monoparentales, locataires, en parc privé qui ont souvent des logements mal isolés avec un chauffage électrique. Comment, dans ce cadre, financer l’amélioration de l’habitat ? Ont été mentionnés le fonds d’aide à la maîtrise de l’énergie (ADEME) et l’ANAH. Des exemples de réhabilitation ont été donnés : bilan thermique des logements, formation du personnel social aux problèmes d’énergie, etc...

RAPPEL : Réseau Acteurs Pauvreté et Précarité Energétique voir le site : www.precarite.energie.org

Atelier 3 : Basse énergie

- Le projet de Label « Effinergie » dont l’enjeu est important car les bâtiments produisent 25% des gaz à effet de serre (GES) et consomment 46% de l’énergie produite a été présenté.

Il est nécessaire de promouvoir des constructions plus économes à la fois à la construction et à l’usage (cf. les labels « Minergie » en Suisse et Passiv Haus en Allemagne), le but étant de réduire la consommation d’énergie qui est en moyenne de 350 kWh/m²/an à moins de 50 kWh/m²/an. Cet enjeu est surtout important pour l’existant qui représente 90% des bâtiments.

- L’accompagnement des maîtres d’ouvrages (cabinet ERSOL) Exemple : les maisons solaires à Bassens dès 1981, l’OPAC de Gironde qui, pour 40 logements, a eu un surcoût de 10% à la construction, et enfin présentation de l’association « Les Fourmis dans le compteur » qui regroupe des habitants souhaitant réhabiliter des logements des années 70.

Il a été fait état des "Maisons Passives", maisons sans système de chauffage qui atteignent seulement 15 kWh/m²/an grâce à l’isolation renforcée, aux apports solaires, au triple vitrage et à une ventilation efficace (programme en cours en Alsace et en Franche Comté).

L’après midi était consacrée à la rencontre avec Alain Juppé, ministre d’Etat en charge du Développement durable, sur le « grenelle de l’environnement » et à la visite du jardin botanique de Bordeaux qui récupère l’eau de pluie pour l’arrosage et dont les serres sont équipées en solaire photovoltaïque.

Haut de page