UNIOPSS

Commission « Lutte contre la pauvreté et l’exclusion »

15/10/2007

L’UNAF a participé à la Commission « Lutte contre la pauvreté et l’exclusion » de l’UNIOPSS le 25 septembre 2007.

Cette réunion de travail a permis le renouvellement du "groupe restreint" de la commission, composé d’un petit nombre d’associations désignées par la Commission plénière et dont le mandat est de deux ans. Rappelons que ce groupe a pour mission de réfléchir à la stratégie générale au sein du collectif et de faire des propositions d’action à la Commission plénière.

Les associations ont eu à se positionner sur l’engagement partagé proposé par Martin Hirsch, Haut Commissaire aux solidarités actives. Après consultation, les associations présentes n’ont pas voulu marquer leur adhésion au texte d’engagement soumis également au Conseil national des Politiques de Lutte contre la Pauvreté et l’Exclusion (CNLE). Le refus unanime des associations de signer tout engagement repose autant sur des questions de forme que de fond. En effet, les associations ne souhaitent pas, en tant qu’institution (associations, fédérations), adhérer par une signature à un engagement gouvernemental car ceci ne relève pas de leurs missions. Elles ont indiqué en outre, que la consultation officielle sur le document devait avoir lieu au préalable au Conseil national des Politiques de Lutte contre la Pauvreté et l’Exclusion.

Si les associations ont toutes souhaité que s’intensifie la lutte contre la pauvreté et l’exclusion et adhéré aux principes de suivi et d’évaluation, elles ont constaté, à l’exception des dispositions portant sur le RSA en cours d’expérimentation, l’absence de précisions sur les engagements annoncés, qui reposent sur des intentions et sur les moyens apportés. Parmi les moyens d’action proposés, l’UNAF a en outre, rejeté toute réforme qui viserait à faire de la politique familiale un moyen de redistribution au service de la lutte contre la pauvreté.

Afin de recenser les priorités et les sujets de mobilisation de chacun, un questionnaire sera prochainement adressé aux Présidents des associations membres du collectif. Cet état des lieux permettra d’envisager éventuellement des mobilisations collectives et des campagnes communes de communication.

Enfin, à l’issue de la rencontre, un point a été fait sur le groupe « Participation des personnes en situation de précarité et d’exclusion sociale ». Les thèmes de travail porteront principalement sur l’amélioration de la participation des personnes en situation de pauvreté. Une charte sera élaborée et proposée aux associations qui souhaitent s’engager dans cette démarche.

Rappelons l’objectif initial de ce groupe de travail : créer des partenariats et associer les personnes en situation de précarité, cette démarche visant à éradiquer la grande pauvreté.

Haut de page