Lutte contre la pauvreté

Journée mondiale du refus de la misère : engagement national

22/10/2007

La Journée mondiale du refus de la misère a été l’occasion pour Martin Hirsch, Haut Commissaire aux Solidarités Actives contre la pauvreté de présenter, le 17 octobre 2007, l’engagement national qui a pour objectif de réduire d’un tiers et d’ici à 5 ans le nombre de personnes vivant au-dessous du seuil de pauvreté (817 euros par mois).

Une concertation a été engagée avec les partenaires sociaux et les associations de lutte contre la pauvreté (dont l’UNAF) sur l’engagement national contre la pauvreté. Ces échanges seront le point de départ des travaux futurs.

Ci-dessous, les sept leviers mobilisés pour y parvenir.

- "l’engagement pris par l’État de réduire d’un tiers la pauvreté en cinq ans et de porter, pendant la présidence française de l’Union européenne au cours du second semestre 2008, la lutte contre la pauvreté à l’échelon européen ;

- l’élaboration avec les acteurs concernés d’indicateurs de pauvreté complétant l’indicateur monétaire actuel, afin de mieux prendre en compte les conditions de vie de ceux dont les ressources sont les plus faibles ;

- l’organisation d’un "Grenelle de l’insertion" entre novembre 2007 et le printemps 2008 pour redéfinir les finalités, les méthodes et les outils de la politique d’insertion ;

- la création du revenu de solidarité active, qui implique la réforme des minima sociaux. Parallèlement aux expérimentations qui se mettent en place dans les départements, une phase d’élaboration de la réforme commence avec l’ensemble des parties prenantes après la conférence sociale du 23 octobre ;

- la prise en compte, avec leur accord, de la question de la pauvreté par les partenaires sociaux dans l’ensemble des sujets de négociation qui peuvent avoir une influence sur l’évolution de son taux ;

- la réalisation, pour les principales mesures législatives et réglementaires prises dans le domaine social, fiscal et environnemental, d’une étude d’impact au regard de leurs conséquences sur la pauvreté ;

- la mise en place d’un suivi régulier de l’évolution de la pauvreté avec l’ensemble des parties prenantes. Un rendez-vous annuel sera organisé à l’occasion de la publication des données de l’Insee ; un ou deux rendez-vous intermédiaires, prenant en compte les informations provenant des différents observatoires ainsi que les données de terrain, seront également organisés.

Accéder au communiqué du Conseil des ministres

Haut de page