Politique du logement

Suite du « Chantier national du logement »

29/10/2007

Dans le prolongement des engagements pris à Lyon lors du « Chantier national du logement », l’UNAF est associée aux travaux du Ministère du Logement et de la Ville.
Une réunion de travail réunissant les 34 signataires de la « Charte de Lyon » et les services du Ministère s’est tenue le 22 octobre 2007. Accéder à la liste des signataires de la Charte de Lyon.

Jean-Paul Bolufer, Directeur de Cabinet de Christine Boutin, ministre du Logement et de la Ville a présenté les axes prioritaires de la politique du logement qui s’articulent autour de la production massive de logements, du développement de l’accession à la propriété, la vente de logements HLM et la fluidité dans le parc, la participation du parc privé à l’effort national d’offres de logements et « mettre de la beauté » dans les villes.

L’objectif affiché dans cette démarche de travail est d’apporter une vision d’ensemble des différents efforts collectifs contractualisés à Lyon.

Les participants ont été invités à concrétiser leurs engagements sous forme de fiches actions inscrites dans le temps (d’octobre 2007 à juin 2008) et à proposer des partenariats actifs dans les différents thèmes retenus.

L’UNAF pour sa part s’est engagée à la production de 2 études :

« Le développement d’une offre de logements intergénérationnels » qui vise à répondre aux besoins en logement des jeunes familles et des jeunes (apprentis, formation en alternance, étudiants, stagiaires, jeunes salariés, saisonniers, etc.) et à leur besoin de mobilité résidentielle en élargissant les différentes capacités d’hébergement. Il s’agit également de répondre, dans le même temps, à la problématique de l’isolement des personnes âgées et du maintien à domicile en se plaçant dans la perspective d’actions de solidarités « intergénérationnelles ».

« Construire pour demain » : il s’agit d’une réflexion sur l’évolution de la construction et de la structure des logements, en fonction des réalités familiales tout au long d’une vie, en s’interrogeant sur les modèles de villes pour demain et les enjeux pour les familles et la société.

Chaque partenaire a présenté son implication. L’UNAF, représentant les familles, a souligné que si l’Institution familiale n’était pas un opérateur direct dans la production, toutes les actions engagées étaient, au final, destinées à produire des logements à vivre pour les familles.
C’est dans cette perspective que l’UNAF est prête à travailler avec l’ensemble des acteurs en apportant ses analyses, diagnostics et propositions en fonction des réalités familiales et de l’évolution des modes de vie des familles.

Haut de page