Micro-Crédit

Echos sur la tenue, au Conseil Economique et Social, du Forum d’Iéna relatif au micro crédit

18/02/2008

L’UNAF a participé au Forum d’IENA portant sur le micro-crédit, qui s’est tenu au Conseil économique et social le 7 février 2008.

Rappelons que le micro-crédit est un outil d’intégration surtout utilisé pour l’aide à la création d’entreprise, au travail indépendant dans une économie mondialisée. Sa nature et les potentialités qu’il offre à ses bénéficiaires ont été analysées : soutien financier aux projets d’entreprises, il fait face à une demande forte et est accompagné par les Pouvoirs publics via la garantie offerte du fonds de cohésion sociale et de la Caisse des dépôts et Consignations ; il agit en tant que moyen d’inclusion bancaire pour les personnes qui ne peuvent obtenir de prêt.

Les participants ont insisté sur la nécessité de ne pas encadrer le micro-crédit dans un statut unique mais de l’aider et d’en faire un secteur financier accessible à tous.

En plus d’être un outil d’intégration, le micro-crédit est également un outil de lutte contre les discriminations en direction des personnes qui vivent d’emplois précaires dans les zones défavorisées. On parle alors de « micro-crédit social ». Ce type d’aide financière accompagnée soutient aussi l’acquisition de matériels et constitue une alternative face à l’aggravation du surendettement due aux crédits commerciaux trop élevés.

Enfin, sous ces deux formes, il permet aussi d’accompagner le retour à l’emploi : la promotion de cet outil est nécessaire comme moyen d’aide à l’emploi vis-à-vis des non salariés, des personnes bénéficiaires des minima sociaux, des jeunes des quartiers.

Des préconisations ont été émises lors du colloque :
Mise à l’étude d’une labellisation d’une charte des bonnes pratiques, confirmer l’engagement des Pouvoirs publics, améliorer l’environnement institutionnel, mettre en synergie les institutions, aider à l’accompagnement au projet pour faciliter la création d’entreprises, reconsidérer les procédures d’exécution pouvant conduire à des drames.

Le rôle possible des collectivités locales a été souligné ainsi que la nécessaire mutualisation des moyens à mettre en place.

La place du micro-crédit dans la sphère économique et sociale et à côté des nouvelles technologies a été confirmée ainsi que la prise en compte de ce dispositif au moment même où se déroule le Grenelle de l’Insertion.

Les propositions d’amélioration devront toutefois être émises ultérieurement en lien avec les décisions qui seront prises à l’automne au niveau européen et ce en vue d’apporter un cadre cohérent pour chaque pays.

Afin de pouvoir mesurer les effets du droit au compte, il a été suggéré aussi la mise en place d’un observatoire de l’accessibilité bancaire. Mais, il conviendra avant tout, de recenser les données avant d’évaluer des effets du micro crédit, en lien avec les objectifs de la stratégie de Lisbonne.

A souligner enfin que le micro-crédit fait l’objet d’une auto-saisine en cours d’étude à la Section des Finances du CES au sein de laquelle siège Marcel Fresse au titre de l’UNAF.

Haut de page