UNIOPSS

Commission de lutte contre les exclusions : réunion du 19 février 2008

25/02/2008

L’UNAF a participé le 19 février 2008 à la Commission de lutte contre les exclusions qui regroupe, sous l’égide de l’UNIOPSS, les fédérations et associations nationales participant à la lutte contre les exclusions. Celle-ci s’est tenue en présence de Marcel Fresse, Administrateur de l’UNAF et membre du groupe B "la mobilisation des employeurs pour l’insertion professionnelle des publics éloignés de l’emploi" au Grenelle de l’Insertion.

Après avoir donné des précisions sur la mobilisation actuelle d’un certain nombre d’associations autour du logement et de l’hébergement, puis indiqué que les associations seraient informées des évolutions en cours du Collectif Alerte, la commission a porté son attention sur les "remontées" des travaux des trois groupes de travail du Grenelle de l’Insertion mis en place depuis décembre 2007 qui portent, pour rappel sur :

- la "rédéfinition de la politique publique d’insertion, de ses objectifs, de ses moyens et de sa gouvernance", (groupe A)
- "la mobilisation des employeurs pour l’insertion professionnelle des publics éloignés de l’emploi", (groupe B)
- "l’évaluation des parcours d’insertion, de leurs écueils et de leurs conditions de réussite", (groupe C).

Groupe A : après un certain nombre d’interventions du monde universitaire, les questions soulevées ont porté visés sur les publics visés par les politiques d’insertion (qui doit y rentrer ?) et de leurs coûts. La question de l’insertion professionnelle des jeunes et son lien avec la formation a été abordée.

Celle des politiques d’insertion européennes fera l’objet d’un groupe de travail spécifique.

Les associations ont souhaité quant à elles que les personnes handicapées ne soit pas "oubliées" aussi dans les circuits de formation et que les réponses qui sont apportées prennent en compte la nature des difficultés rencontrées et non tel ou tel statut.

Groupe B : Les nombreuses auditions portant sur la mobilisation des employeurs (entreprises, service public et associations) ont été suivies de débats estimés trop restreints.

Elles ont ouvert certaines pistes de réflexion sur les modalités d’insertion dans les entreprises classiques et ont formulé des propositions pour lever les obstacles par des bonnes pratiques et des moyens d’impliquer le secteur public et associatif. Les réflexions ont également porté sur les contrats de professionnalisation et d’apprentissage ainsi que sur la question des jeunes sortant du système scolaire sans qualification.

L’UNIOPSS a rappelé le courrier commun, adressé avec l’UNAF aux rapporteurs et Présidents du groupe B, portant sur la demande faite de maintien des contrats aidés du secteur non marchand et le soutien nécessaire à apporter spécifiquement en matière d’aide à la formation et à l’accompagnement renforcé pour les personnes accueillies.

Certains points positifs ont été retenus tels que la prise en compte des travaux du Collectif Alerte de décembre 2007 pouvant servir de référence, (travaux faits en lien avec les partenaires sociaux).

Les prochaines séances du groupe B porteront sur les employeurs publics, les associations et l’insertion par l’activité économique et sur les contrats aidés.

Groupe C :les réflexions ont permis de retenir des points d’accord parmi lesquels l’exigence de savoirs et modes de faire différents, d’un accompagnement plus efficace, la nécessité de travailler sur les difficultés rencontrées dans les parcours d’insertion, et la mise en oeuvre de principes d’action comportant des rapprochements entre institutions.

Toutefois, les participants ont regretté l’absence de visibilité des propositions issues des réflexions. Il a été demandé aux associations qu’elles apportent chacune leurs contributions et que les propositions issues des travaux fassent l’objet d’échanges transverses.

Le Grenelle de l’Insertion doit aussi se décliner en région, et au niveau des bassins d’emplois.

Les membres de la Commission ont souligné l’importance d’une meilleure visibilité du Grenelle et d’une ouverture plus large aux partenaires.

Haut de page