ACIDD

Journée d’information organisée par l’Association communication et information pour le développement durable (ACIDD) sur le thème : "Les Outils de mesure et d’affichage carbone".

26/05/2008

L’UNAF a assisté à une journée d’information organisée par l’Association communication et information pour le développement durable (ACIDD) sur le thème : "Les Outils de mesure et d’affichage carbone".

Rappelons que l’ACIDD est une association loi 1901 à but non-lucratif, organisatrice d’espaces de rencontres et de concertations dans le cadre du développement durable.

Dans un contexte de réchauffement climatique, les engagements de la France à Kyoto de stabiliser les émissions de gaz à effet de serre (GES) imposent à tous un outil de mesure et d’affichage carbone.

Ces évaluations s’appliquent à un nombre croissant de secteurs d’activité : on réalise des bilans carbone des bâtiments, des modes de production, des déplacements et même des Contrats de Projets Etat-Régions (CPER).

Beaucoup de professionnels investissent ce nouveau marché et les méthodes de calcul se multiplient au risque d’empêcher des comparaisons utiles entre projets ou process.

Cette journée avait pour but :

- De dresser un état des lieux des outils de mesure et d’affichage existants
- D’étudier les implications et les limites secteur par secteur
- D’identifier les marges de progrès
- De proposer des mesures d’accompagnement pour assurer leur efficacité

Plusieurs tables rondes se sont succédées :

Table ronde d’ouverture : Les enjeux de la mesure et de l’affichage carbone

Léonard RIVIER (ICOS France), climatologue, qui mesure le CO2 depuis l’atmosphère, a évoqué l’augmentation très forte des émissions depuis 1830 (+30%) due à l’utilisation des énergies fossiles et la nécessité absolue de les stabiliser ;

Henri PREVOT, auteur de « Trop de carbone ! », a alerté sur une possible catastrophe écologique qui ne pourra être évitée si l’on n’est pas attentif aux réserves d’énergies fossiles dont la combustion entraîne la formation de gaz à effet de serre (GES). Il a abordé le problème de la sécurité des approvisionnements pour l’Europe et la France, d’où l’intérêt de réduire la dépendance énergétique par la réduction de la consommation ;

Gilles PENNEQUIN, DIACT, a confirmé la nécessité de neutraliser les émissions carbone. Il préconise la mise en place d’outils simples à mettre en œuvre et de faire des choix parmi les projets selon les émissions prévues ; les plans climat énergie seront obligatoires pour les collectivités territoriales ;

Gilles MAUGARS de TF1, a rappelé qu’en France, il y a 50 millions de postes de télévision qui fonctionnent en moyenne 3.5 heures par jour. TF1 fait 30% d’audience. L’impact en terme de consommation d’énergie n’est donc pas négligeable ; TF1 discute avec les industriels pour réduire la consommation des postes TV et essaie de faire passer le message du Développement Durable pendant le temps d’antenne ;

Les outils de mesure et d’affichage carbone dans le secteur des bâtiments avec démonstrations d’outils et débat avec la salle

Nicolas HOUDANT, Directeur d’Energies Demain, a rappelé l’ancienneté du parc de bâtiments en France et de sa mauvaise qualité thermique (30 millions de logements dont 300.000 logements neufs construits par an en moyenne). Pour agir, il faut selon lui : 1. identifier les besoins sur un territoire donné, 2. mettre en place des outils adaptés de mesure, 3. mettre en œuvre une politique territoriale de réduction des GES. La base de données ENERTER permet de faire des calculs à un niveau territorial très fin.

Fabrice HAIAT, PDG de Vizélia Technologies, a mis au point un système d’information qui permet de piloter à la fois la consommation d’énergie et la maintenance du bâtiment, sur le principe du web 2.0, le « bât 2.0 ». Ce site met en relation l’exploitant, les occupants, le constructeur et les intervenants extérieurs autour de données sur le logement avec un système d’alerte si une consommation devient anormale ; la supervision du bâtiment se fait à distance ; l’optimisation des consommations d’énergies rentabilisent le système en 18 mois environ ;

Les outils de mesure et d’affichage carbone dans le secteur des transports

Anne GED, Solving, a travaillé au Plan Climat de la ville de Paris. Selon elle, il s’agit de connaître pour agir. Les transports sont liés aux comportements, aux infrastructures, aux technologies. Le consommateur n’a que 2 informations : le prix du produit et sa performance économique. Il convient de raisonner à ces 2 niveaux et de faire des scénarios de rupture pour le 21ème siècle, car l’élu doit prévoir l’avenir pour le rendre vivable ;

Philippe OSSET, Pricewaterhouse Coopers, fait une approche cycle de vie (ACV) pour les transports. Sa méthodologie doit répondre à 2 questions : qui cherche à savoir (entreprise, Pouvoirs publics, ONG, etc.) et pour quels transports (de la marche à pied à l’avion en passant par la voiture et même l’animal).

L’approche de l’Analyse du Cycle de Vie inclut la production des moyens énergétiques plus le carburant, la maintenance des infrastructures et des véhicules . Pour faire un bilan énergétique sûr, il faut savoir jusqu’où aller, à la fois en terme de territoire, mais aussi de temps. Le problème reste au niveau des comparaisons car les méthodes utilisées sont différentes. Les sites à consulter à titre d’exemple : ADEME, www.viacombi.fr et www.voyages-sncf.com.

Séverin FISCHER, Entreprises pour l’ Environnement (EpE), a expliqué comment on mesure les émissions de GES dans le transport : inventaire des GES, évolutions, changements dans l’entreprise, définition d’axes d’amélioration à partir des consommations de carburants et des kilomètres parcourus. Outil public gratuit sur le site www.epe-asso.org. L’on peut même imaginer l’affichage du contenu carbone sur une facture !

Benjamin GARCIA : La Poste, 65.000 voitures postales, 29 milliards d’envois par an : Il utilise l’outil d’ EpE depuis 2003 avec un engagement de diminution de ses émissions de 5% entre 2003 et 2007 et des prévisions de -15% d’ici 2012 sur les transports et -9% pour les bâtiments. Le problème de compatibilité de cet outil avec d’autres bilans carbone se pose. Quelques améliorations seraient à prévoir.

Les outils de mesure et d’affichage carbone dans le secteur de la grande distribution

Elodie JAUSSAUD, BIO Intelligence Service, a travaillé sur l’étiquetage environnemental de "Casino" qui sortira en juin 2008. C’est un projet très médiatisé qui a été repris par le Grenelle de l’Environnement. Cet étiquetage « vert » concernera 300 produits.

Caroline ALAZARD, Directrice de Greenext, a travaillé avec les magasins Leclerc du Nord dont Thomas POCHER est le directeur. Un bilan CO2 est établi par produit et le total carbone correspondant aux achats se retrouve sur le ticket de caisse du consommateur. Cette vaste campagne de sensibilisation des clients pourra provoquer à terme des changements de comportements de consommation ;

Christine CROS, chef du département éco-conception à l’ Adème, a rappelé que le Comop 23 du Grenelle s’est posé le problème du développement des éco-labels, du prix carbone et l’accompagnement des démarches volontaires. De nombreuses questions doivent être posées sur le sujet : prix monétaire ou prix physique ? produit et/ou emballage ? mono-étape ou ACV ? mono ou multicritères ? on retrouve ces préoccupations dans l’article 44 de la loi Grenelle 1 ;

Où en est-on de la carte carbone individuelle ?

Le quota individuel carbone existe déjà. Il est à l’étude au Royaume Uni. il s’agit d’un système de compensation (et non de rationnement ) et d’incitation à la consommation durable. Dans le programme R&D de Climater, a été définie une carte Emeraude © qui est un instrument de comptabilisation du carbone consommé afin d’inciter les citoyens à avoir un mode de consommation durable et responsable en cohérence avec Kyoto. Elle peut prendre la forme soit d’une carte de crédit carbone soit d’une carte de crédit en euros (système d’épargne durable). Elle est destinée à modifier les comportements en faisant prendre conscience des façons de consommer plus ou moins durables. Site : www.climater.org

Cette journée riche en échanges et informations fera l’objet d’une synthèse qui sera téléchargeable sur le site de l’ACIDD.

Haut de page