communiqué de presse n°10.16.05.08

L’UNAF opposée à la télévision pour les bébés, approuve l’initiative du CSA

16/05/2008

Le CSA a annoncé qu’il s’apprêtait à saisir son homologue en Grande-Bretagne, l’Ofcom, pour "attirer son attention sur les dangers" représentés par les chaînes Baby First et Baby TV. En effet, ces deux chaînes échappent actuellement à l’instance de régulation française puisqu’elles émettent à partir de la Grande-Bretagne.

L’UNAF se félicite de cette action menée par le CSA auprès de son homologue britannique. L’inquiétude qu’il manifeste sur les dangers que représentent ces chaînes pour les tous jeunes enfants rejoint celle exprimée par l’UNAF lors de son entretien avec le président Michel Boyon le 6 mai dernier ainsi que celle du CIEM (Collectif Interassociatif enfance et media) dont l’UNAF est membre.

Interpellée par le lancement de chaînes spécifiquement destinées aux bébés disponibles en France grâce au satellite, l’UNAF a en effet demandé à rencontrer le président du CSA. Au cours de cette rencontre elle a pu réaffirmer son « opposition à la diffusion de programmes dédiés aux bébés compte tenu des effets néfastes qu’ils peuvent avoir sur leur développement » et, s’appuyant notamment sur les travaux du groupe d’experts réunis à l’initiative du Ministère de la santé et de la jeunesse et des Sports qui a confirmé unanimement le caractère inapproprié et dangereux de telles chaînes pour les moins de trois ans, elle en a demandé l’interdiction.

L’UNAF espère que cette initiative trouvera un écho favorable auprès des autorités britanniques de régulation et appelle dès à présent les diffuseurs en France des chaînes Baby TV et Baby First à s’interroger sur la poursuite de leur diffusion.

L’UNAF propose par ailleurs la mise en place d’actions de communication, d’information et de mise en garde des parents concernant les impacts néfastes des chaînes et des programmes audiovisuels qui prétendent s’adresser aux bébés, communication à laquelle l’UNAF souhaite associer l’ensemble des acteurs concernés.

Haut de page