Dépèche Agence Focus

Accueil de la petite enfance : la Commission surveille et évalue les Etats-membres dans la poursuite des objectifs fixés en 2002

06/10/2008

Illustration article

Bruxelles (Focus)

La Commission européenne a rappelé aux États membres, vendredi 3 octobre, dans le cadre de son paquet “conciliation des vies familiales et professionnelles”, leurs derniers efforts à réaliser afin de parvenir aux objectifs qu’ils s’étaient fixés en 2002 à Barcelone en terme de services de garde d’enfants.

Dans un rapport, pas forcément révolutionnaire mais ayant toutefois le mérite de rappeler les engagements pris et l‘avancement des États membres, la Commission a ainsi dressé l’état des lieux des services de garde dans l’UE et renouvelé son constat selon lequel les objectifs d’une couverture de 33% pour les enfants de moins de 3 ans et de 90% des enfants entre 3 ans et l’âge obligatoire de scolarisation, ne pourraient être tenus d’ici à 2010.

La Commission rappelle ainsi dans ce rapport, indépendamment du nombre d’heures exact de garde des enfants (moins de 30 heures ou plus de 30 heures par semaine), qu’en ce qui concerne les enfants de moins de 3 ans, seuls cinq États dépassent les objectifs de Barcelone (Belgique, Espagne, Danemark, Suède et Pays-Bas) et que d’autres, comme la France ou le Royaume-Uni (même si ici cela se fait essentiellement à temps partiel) s’en rapprochent plus ou moins rapidement. Les 15 autres Etats-membres, à l’image de l’Allemagne, se situant eux encore relativement loin de cette barre de 33%.

Pour les enfants de plus de 3 ans et jusqu’à l’âge obligatoire de scolarisation, les statistiques sont toutefois meilleures (8 États membres, dont la France, bien au dessus des 90%, trois États membres très proches de cette barre et 16 autres dans un taux intermédiaire compris entre 70 et 85%). Mais si elles sont meilleures, elles le sont surtout sur le papier, précise aussi la Commission, dont les chiffres rendent compte de la garde des enfants à partir d‘une heure par semaine et chutent quand il s’agit de “couverture” à temps plein (la moitié des États membres tombe ainsi au dessous des 50% de couverture et 30% des États membres, au dessous des 30%).

Mais au-delà de ces chiffres, le rapport de la Commission, outre de renvoyer les États membres à leurs responsabilités, entend avant tout leur rappeler que sans services de garde suffisants et accessibles financièrement, leurs efforts en faveur de l’emploi des femmes pourront rester longtemps sans effet. Quelques chiffres suffisent à la Commission pour étayer ce constat comme “la chute du taux d’emploi de 12,4 points de pourcentage chez les femmes ayant à charge des enfants de moins de 12 ans” ou encore le fait que “6 millions de femmes dans l’UE, âgées de 25 à 49 ans, se disent contraintes à l’inactivité ou au travail à temps partiel en raison de leurs responsabilités familiales”.

Une des solutions à ces difficultés serait donc bien de décupler l’offre de garde, comme de renforcer l’attractivité des métiers liés à la garde d’enfants (conditions de travail, salaires) ainsi que les outils dont disposent les États membres, rappelle encore la Commission dans son rapport, insistant notamment sur l’échange de bonnes pratiques au sein de l’Alliance européenne pour les familles et l’utilisation possible de la nouvelle ligne budgétaire du Fonds social européen consacrée aux services de garde et d’accueil de la petite enfance, en l’occurrence une enveloppe de 500 millions d’euros d’ici à 2013.

Lien vers le rapport : http://ec.europa.eu/social/BlobServlet?docId=604&langId=fr Lien vers la communication “Redoubler d’efforts pour mieux concilier vie professionnelle, vie privée et vie de famille” : http://ec.europa.eu/social/BlobServlet?docId=606&langId=fr

© Agence Focus www.focusinfo.eu SP/HB/HB

Haut de page