Logement des sortants de prison

L’UNAF associée à la « Mission logement des sortants de prison »

20/10/2008

Christine Boutin, ministre du Logement et de la Ville a lancé une mission nationale sur « Le logement des sortants de prison ». L’UNAF a été sollicitée pour participer à cette action et a rencontré Chantal Bockel, en charge du dossier au ministère du Logement, le 16 octobre 2008.

Eric Comparat, Président du Département HCV de l’UNAF, a rappelé que l’Institution Familiale se situe dans son rôle de défense des intérêts matériels et moraux des familles, de force de propositions pour améliorer le vivre ensemble, porter ou accompagner des services ou dispositifs concrets en direction des familles par l’intermédiaire de notre réseau UDAF et URAF.

La problématique du prisonnier (homme ou femme) qui nous concerne est son statut de membre d’une famille et le maintien de celui-ci (parent, conjoint, enfant,..) pendant le temps de son incarcération et à sa sortie de prison.

Le logement familial est évidemment au cœur de ce dispositif en terme de localisation, taille, qualité, accessibilité, accompagnement social. De plus, on assiste souvent à une sédentarisation de la famille sur le territoire proche de l’incarcération après la sortie de prison.

Cette problématique se décline en deux temps (pendant l’incarcération et après la sortie de prison) et est à envisager en cohérence, complémentarité et continuité.

Afin de connaître et d’accompagner ce parcours résidentiel spécifique, il faut un suivi régulier de l’évolution du projet familial tout au long de l’incarcération, surtout en cas de peines longues.

Chantal Bockel a présenté l’expérimentation mise en œuvre dans 7 départements pilotes : les Bouches-du-Rhône, la Charente, l’Essonne, la Loire-Atlantique, le Puy-de-Dôme, le Rhône et les Yvelines.

Pour 100.000 personnes qui sortent de prison chaque année, 15.000 se retrouvent sans solutions d’hébergement ou de logement. Il est de la responsabilité et de la solidarité nationale d’agir afin que cette catégorie de citoyens retrouve sa place dans la société. C’est aussi un moyen de participer à la protection de la population et des familles en luttant contre la récidive. Le droit commun doit s’appliquer pour les sortants de prison au même titre que pour les autres catégories de population mais des dispositifs de logement adaptés sont aussi à prévoir. Le ministère sollicite l’UNAF afin d’accompagner le projet familial et le lien social dans les structures adaptées (Maisons relais, CHRS, etc.)

Une prochaine rencontre est prévue afin de développer plus concrètement les pistes opérationnelles, en particulier avec les UDAF des départements pilotes et les UDAF limitrophes, ainsi qu’avec nos partenaires du monde du logement en particulier les bailleurs sociaux.

Haut de page