Communiqué de presse n° 27.04.12.08

Ouverture des commerces le dimanche : le risque d’une extension massive demeure

04/12/2008

Une fois de plus la question de l’ouverture des magasins le dimanche va être discutée, à la faveur de l’examen d’une proposition de loi par l’Assemblée Nationale.

L’UNAF a pris position à plusieurs reprises sur le principe même du travail le dimanche et sur ses conséquences sur la vie familiale, en soulignant le risque pour l’ensemble de la société.

La proposition de loi, dont on peut noter qu’elle a évolué, rappelle le principe général de l’exception du travail dominical mais, dans le même temps, ouvre la possibilité de créer des zones d’ouverture des commerces le dimanche au sein de toutes les « unités urbaines » de plus de 1 million d’habitants. Les critères de création de ces zones seraient définis par décret.

Sont donc potentiellement concernés aujourd’hui les commerces de la région parisienne, région Marseille-Aix en Provence, région Lyonnaise et région Lilloise, dans lesquels vivent selon le recensement de 1999, 15 millions d’habitants au total.

Ce chiffre, d’ores et déjà dépassé, sera nécessairement plus important encore dans l’avenir compte tenu de la concentration urbaine croissante. Par ailleurs, il ne tient pas compte des zones touristiques situées en dehors de ces territoires, qui font déjà l’objet de dérogations, dérogations qui seront encore étendues avec cette proposition de loi.

L’exception au travail dominical risque donc se transformer en une règle générale, où l’exception sera désormais la fermeture des commerces le dimanche dans certains territoires de notre pays.

L’UNAF est donc formellement opposée à ce que la loi autorise le principe d’une ouverture des commerces le dimanche dans des territoires de plus d’un million d’habitants. En renvoyant à des décrets le soin d’en préciser les zones, le risque est celui d’une extension progressive, conduisant à une généralisation des ouvertures dans les grandes agglomérations urbaines et à une banalisation du dimanche, sans que les effets positifs sur l’économie ne soient prouvés.

Selon le sondage Ipsos publié lundi, une très large majorité de Français (84 %) se disent attachés au repos du dimanche. Qu’il soit tenu compte également du souhait des familles de disposer de ce temps de vie commune et de lien social.

De nombreux responsables politiques l’ont compris, l’UNAF compte sur eux pour défendre cette position.

Haut de page