Communiqué de presse n°25.30.09.09

Politique publique en faveur de la jeunesse : Positions de l’UNAF

30/09/2009

Le Président de la République a présenté les dispositions pour l’autonomie des jeunes. Dans la commission de concertation pilotée par Martin Hirsch, l’UNAF avait ardemment défendu la complémentarité entre politique familiale et politique en faveur de la jeunesse.

L’UNAF favorable à la plupart des propositions du Président
L’UNAF avait fait des propositions concrètes et partageait l’ensemble des préconisations du Livre vert. Elle accueille donc favorablement les propositions suivantes :
- L’élargissement du RSA aux jeunes ayant un emploi ou ayant travaillé au moins deux années dans les trois années précédentes ;
- Le doublement à 200 euros de l’aide versée aux jeunes pour bénéficier d’une assurance complémentaire ;
- Le développement de l’alternance et la valorisation du statut d’apprenti ;
- Le renforcement du service civique ;
- La mise en place d’un véritable service public d’aide à l’orientation ;
- L’augmentation des bourses pour les étudiants en cycle de dix mois ;
- Le droit à la formation et à l’emploi pour les 16-18 ans qui quittent le système scolaire.

L’UNAF très réservée sur la dotation d’autonomie
Sur la dotation d’autonomie, l’UNAF, très réservée, attend des précisions complémentaires sur les modalités de financement et les conséquences pour les familles. En tout état de cause, l’UNAF est opposée à toute disposition qui pourrait remettre en cause, d’une façon ou d’une autre, le caractère universel des allocations familiales. Elle considère qu’aucune famille ne doit être perdante par rapport au système actuel. Elle met en garde sur le risque d’un dispositif trop complexe, qui deviendrait incompréhensible pour les familles.

Ainsi, l’UNAF veillera à ce que les dispositifs envisagés ne se fassent, en aucun cas, au détriment de la politique familiale et ne se traduisent pas par une perte de pouvoir d’achat pour les familles.
Famille et autonomie du jeune ne s’opposent pas. Au contraire, toutes les familles souhaitent que leurs enfants deviennent autonomes, c’est d’ailleurs l’objectif d’une éducation réussie. Ainsi, la politique d’autonomisation de jeunes doit être complémentaire à la politique familiale.


Voir aussi : Politique de la jeunesse : Pour l’UNAF, “la politique d’autonomisation des jeunes doit être complémentaire à la politique familiale”

Haut de page