Accueil Nos propositions Proposition 7 : Développer des logements et un cadre de vie adaptés aux besoins des familles

Développer des logements et un cadre de vie adaptés aux besoins des familles

Premier poste de dépense du budget familial, le logement est un enjeu pour fonder une famille, élever ses enfants et leur offrir un cadre sécurisant.

Le logement représente aujourd’hui un problème majeur pour la société et plus encore pour les 3,8 millions de personnes mal logées. La demande de logements s’est accrue de manière structurelle avec l’augmentation du nombre de ménages (vieillissement, célibat, séparations, décohabitation…). Si les plus modestes sont les premiers pénalisés (familles monoparentales, jeunes, jeunes familles, retraités et travailleurs pauvres), les familles à revenus intermédiaires sont également touchées et affectées par un sentiment de « déclassement » au regard de leurs conditions de logement.

Inadaptation et pénurie de logements

La principale explication de ces difficultés se trouve dans l’inadéquation entre l’offre de logements disponibles et le niveau de vie des familles, leurs besoins et leurs attentes, avec de fortes spécificités territoriales. Sur les territoires tendus : le coût du logement augmente à cause de la pénurie de l’offre, la construction est plus chère, les capacités d’accueil du parc social baissent car les constructions neuves manquent et les trajectoires résidentielles sont bloquées ; les loyers du parc locatif privé ont plus vite augmenté que les revenus des ménages ; les garanties demandées par les bailleurs sont de plus en plus contraignantes ; l’achat du premier logement est de plus en plus difficile. Sur les autres territoires, notamment ruraux : de nombreux logements inhabités se dégradent et sont difficiles à adapter, les territoires se désertifient. Par ailleurs, de nombreuses familles subissent de plein fouet les charges liées au logement et sont en situation de précarité énergétique.

Faciliter la mobilité résidentielle et l’aménagement du territoire

Ce n’est pas une crise du logement mais des crises du logement. Les solutions passent par l’augmentation du nombre de logements là où existent les besoins, l’accompagnement des familles en difficultés, mais aussi par une mobilité résidentielle plus facile et l’aménagement du territoire.

Le contexte économique, social, environnemental et l’évolution des structures familiales nécessitent que l’ensemble de la population puisse plus facilement changer de logement. Cette plus grande mobilité résidentielle permettrait notamment une meilleure adaptation aux cycles de vie des familles (naissances, séparations, recompositions, mobilité professionnelle, départ du foyer des jeunes, handicap, vieillissement…).

Les recommandations de l’UNAF
  • Développer l’offre de logements de qualité à prix abordables :
    - Soutenir la construction et la rénovation de logements locatifs sociaux en particulier là où la demande est forte.
    - Encourager les bailleurs privés à signer des conventions avec l’Etat pour augmenter le nombre de logements locatifs privés à loyers modérés.
    - Lutter contre l’habitat indigne et la précarité énergétique, en intensifiant la rénovation du parc ancien, notamment en zone rurale.
    - Faciliter la primo-accession en sécurisant les familles en cas d’accidents de la vie et prolonger le prêt à taux zéro.
    - Garantir le caractère solvabilisateur des aides personnelles au logement.
    - Faciliter l’accès aux dispositifs d’habitat partagé pour les personnes en situation de handicap, avec un accompagnement adapté.
    - Développer des hébergements d’urgence pour un accueil en famille.
  • Permettre la mobilité résidentielle des familles lorsque les conditions de vie évoluent : accompagner les changements de logement, réduire les droits de mutation (« frais de notaire ») et mettre en place un dispositif de caution locative universelle.

+ 110 %

c’est l’évolution du prix de l’immobilier moyen en France entre 2000 et 2015 (INSEE 2015).

1,5 million

de familles avec enfant(s), soit 3,4 millions d’enfants vivent dans un logement surpeuplé (HCF 2012).

4 millions

de mal logés (Fondation Abbé Pierre 2017).

350 000 familles

sont en précarité énergétique sont des familles avec enfants (difficulté de chauffage, électricité, eau chaude) (ONPES 2016).

762€/mois

c’est le budget nécessaire à une famille (couple avec 2 enfants) pour se loger décemment, soit 44% d’un salaire médian (Budget type de l’UNAF 2015).