Qui sommes-nous ? Représentations Associations Informations famille
 
Services et action familiale Contacts Liens
  Union Départementale des Associations Familiales de Côte d’Or  
 
Informations famille
Informations familiales et conseils pratiques Education - Formation - Petite enfance Psychologie et droit de la famille Grands Equilibres Economiques et Sociaux Vie quotidienne - Santé Habitat et cadre de vie Publications Observatoire de la Famille
 
 
UDAF 21 Informations famille Informations familiales et conseils pratiques Grands Equilibres Economiques et Sociaux

Emploi des jeunes et familles - 4ème conférence de la Famille

23 mai 2014
compte rendu Emploi des jeunes 4ème conf famille
PDF - 2.3 Mo


La quatrième Conférence Départementale de la Famille organisée par l’Union Départementale des Associations Familiales de Côte d’Or (UDAF 21) a réuni, le 27 novembre dernier au Conseil Général, autour de la difficile question de l’emploi des Jeunes, Familles, Entreprises et Institutions ou associations concernées.
Préparée par un groupe de pilotage et animée par M. POMMEPUY, cette conférence était assurément ambitieuse ! Alors que souvent, il n’est fait état –en écho - que des attentes des jeunes, et les besoins des entreprises, d’où seuls émergent des chiffres …
Là, il s’agissait d’essayer de comprendre, tous ensemble les situations vécues par les jeunes et les familles vivant la difficulté qu’ont leurs enfants devenus jeunes adultes à trouver un emploi durable. Des témoignages de jeunes diplômés et même parfois de super-diplômés ont donné un écho vivant aux chiffres publiés il y a quelques jours d’un sondage réalisé en Bourgogne, auprès de 1000 jeunes.
Ces témoignages questionnent les Familles sur leur place aujourd’hui dans l’accompagnement de leurs enfants à ce moment souvent délicat de la recherche d’emploi qui se conjugue avec celle de l’accès à l’autonomie.

Après les mots de Bienvenue de Mme BUISSON, la Présidente de l’UDAF21 et de Mme EAP-DUPIN, qui représentait François SAUVADET, le Président du Conseil Général, c’est Mme ATTIAS-DONFUT, sociologue CNRS qui a apporté sa vision des solidarités familiales, montrant combien elles sont toujours importantes quand elles sont nécessaires, exercées par les parents et aussi les grands-parents, une vision aussi sur les références que sont toujours les entourages familial et personnel, une vision enfin des réseaux sociaux qui prennent une place grandissante dans les repères des jeunes…
Puis, M. CARTILLIER, Directeur Adjoint de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de l’emploi au Conseil Régional de Bourgogne, a présenté la complexité de l’organisation des pouvoirs publics qui interviennent sur le marché de l’emploi avec des dispositifs multiples… Il a aussi exposé la situation de l’économie et de l’emploi en Bourgogne, où plus de 11 000 jeunes sont partis en 5 ans, pour trouver du travail dans d’autres départements et le déficit d’actifs actuel va durer encore les prochaines années, les départs à la retraite n’étant pas compensés en nombre par les arrivées de jeunes actifs. Les emplois à pourvoir correspondent principalement à un niveau BTS - Bac +2, dans l’industrie, à un niveau CAP-BEP dans le bâtiment ou l’alimentation. Le Conseil Economique Social et Environnemental de Bourgogne (CESE) a établi récemment trois scénarii possibles d’évolution pour la Bourgogne, un premier autour de l’industrie et de l’environnement, un second autour du Bien vivre et un troisième qui correspond au prolongement au fil de l’eau qui risquerait d’aboutir à l’éclatement de la région sous l’effet des attractions exercées par les régions voisines…
M. FONDARD, le président de l’UNAF, a clos la matinée en disant que les Jeunes sont bien aujourd’hui la première préoccupation de l’UNAF qui, en France, parle au nom des Familles : Avec 16% des jeunes sans emploi quatre ans après l’obtention de leur diplôme, la France est en retard par rapport aux états européens. Et les situations sont très contrastées : Si les diplômés s’en sortent mieux, près de 55% des jeunes sans formation sont au chômage !
L’UNAF est favorable à un accès plus lisible à l’information pour les jeunes en recherche d’emploi. Les dispositifs sont nombreux certes mais constituent un maquis bien complexe. L’UNAF est favorable également à une Allocation d’autonomie pour les jeunes de 18-25 ans choisie entre parents et jeune (mais une forme non obligatoire comme c’est le cas en Europe du Nord) ou encore au RSA Jeunes des 18-25 ans en rupture sociale. Enfin, l’UNAF souligne que l’apprentissage et l’alternance sont à encourager puisqu’elles sont les formes qui conduisent le plus efficacement à l’emploi.
L’après-midi, MM. PERNET et DUREUX, responsables d’entreprises en Côte d’Or, ont essayé de faire comprendre comment se présente concrètement aujourd’hui l’embauche de jeunes salariés, ce qu’ils en attendent. Ils ont insisté sur l’importance de la personnalité en précisant que le diplôme ne suffit pas pour parvenir à l’emploi. Ils ont exhorté les familles à être vigilantes à la construction de la personnalité sociale de leurs enfants. Ce sont les mêmes qualités qu’exigent le travail en équipe et l’attention aux clients de l’entreprise. Ils ont même témoigné des difficultés qu’ils rencontraient pour recruter dans certaines branches. Ils conseillent aux jeunes de ne pas se décourager et d’être curieux car, par leur vigilance, ils évalueront mieux les opportunités se présentant. M CABRESPINES, Président de la CRESS Bourgogne a souligné aussi la place relativement importante de l’économie sociale et solidaire dans l’emploi des jeunes de notre département (plus de 13% des offres d’emplois) et les services qu’elle apporte correspondent aux valeurs d’accomplissement de nos jeunes.
M. PICARD Directeur territorial de Pôle Emploi, M. REMOND Directeur de la Mission locale ont exprimé les réalités auxquelles ils sont confrontés lors de l’accompagnement qu’ils font auprès des jeunes pour les informer et les suivre dans leurs cheminements vers l’emploi. Ils ont apporté lors de cette conférence, d’utiles précisions aux familles et aux jeunes, sur les dispositifs existants, tout en insistant sur le fait que les jeunes qui aboutissent sont ceux qui sont dynamiques, persévérants, sans attendre tout de leur conseiller. La Mission locale a insisté sur l’approche globale, sociale et personnelle de chacun des jeunes sans diplôme, qu’elle est amenée à accompagner. M. BLATTER Chef de Service Développement du marché du Travail à la DIRECCTE a précisé son rôle de soutien et de contrôle des actions publiques en faveur de l’emploi des jeunes.
A côté des institutions, de nombreuses associations sont autant de moyens supplémentaires très utiles, comme 100 chances, 100 emplois, animée par Mme MESSAADI-PARIS avec le support financier d’entreprises privées ou encore le groupe ESC Bourgogne, avec l’action de M. ROIZOT.
Les débats ont mis en évidence les difficultés particulières des jeunes de 18 à 25 ans sans emploi et non étudiants car ils n’ont aucun statut social et donc n’ont aucun droit. Ils ont mis en évidence l’importance des réorientations pas faciles et coûteuses de jeunes dont la formation initiale ne les a pas conduits à l’emploi désiré.
A été également souligné le fait relativement récent et significatif qu’un nombre grandissant (20%) de jeunes diplômés de grandes écoles envisagent de partir travailler à l’étranger.
Ils ont établi aussi que bien souvent, l’information pourtant surabondante, pourtant présente sur internet, ne parvient pas toujours au jeune qui en a besoin : Pour atteindre véritablement certains jeunes, l’information doit-elle lui être mise en valeur par une personne « de confiance » plus que par des informateurs professionnels ?

Pour conclure, la Conférence a confirmé que les jeunes d’aujourd’hui sont lucides et réalistes. Ils savent pertinemment que les difficultés qu’ils ont à affronter ne sont pas seulement les effets d’une crise conjoncturelle, mais que leur génération est face à un défi incontournable à l’échelon, tant local que planétaire, dû à la mutation rapide et profonde des économies ouvertes. Les jeunes sont réalistes, ils savent qu’ils doivent chercher à comprendre « les temps qui viennent … », pour anticiper et s’adapter.
Ils sont prêts à travailler si on leur fait confiance. Dans ces questions, ce n’est pas le principe de précaution qu’il faut appliquer, mais celui de faire confiance.
Les jeunes croient en la valeur travail, travail personnel et aussi travail organisé et partagé qui forge les aventures humaines collectives. Comme leurs aînés, ils se projettent dans l’avenir celui de pouvoir à leur tour, fonder une famille et devenir des citoyens. En effet, la valeur Famille n’est pas aussi dépassée qu’on pourrait le croire, puisque 85% des jeunes souhaitent en fonder une, comme une permanence dans un monde qui change !
Compte rendu complet en ligne.


UDAF Côte d’Or
5 rue Nodot
21000 DIJON
Tel : 03 80 53 13 90
Fax : 03 80 41 11 65
E-mail : udaf21@udaf21.unaf.fr

Contact site : mdumoulin@udaf21.unaf.fr

- Facebook



Site hébergé par INIFLUX SAS 34, rue du Général Foy 75008 Paris, +33 (0)1 83 62 22 17