UNAF - Réunion entre les associations agréées de consommateurs et la SNCF du 6 mai 2010

Réunion entre les associations agréées de consommateurs et la SNCF du 6 mai 2010

17/05/2010

L’UNAF a participé à la réunion entre les associations agréées de consommateurs et la SNCF le 6 mai 2010. Cette rencontre était consacrée aux évolutions en cours de deux dessertes TGV (Rhin-Rhône, Haut-Bugey) puis d’une intervention d’Alain Bullot, Directeur du Matériel à la SNCF.

1er point évoqué : l’évolution de deux dessertes TGV :

  • l’exploitation commerciale du TGV Rhin-Rhône est prévue pour fin 2011 avec, en parallèlle, une complète modification des services et un cadencement généralisé des trains pour les rames TGV, TER et Fret, qui va être effectué avec des modifications d’affectation au départ de la Gare de Lyon.

Le changement de calendrier national, décidé par le Réseau Ferré de France, prend en compte l’ouverture du rail à la concurrence. Plus simple vis à vis des concurrents, et avec les mêmes repères pour l’usager, il va permettre de dégager davantage de capacités. Il aura pour base, un service annuel répétitif qui pourra être modifié selon les souhaits des opérateurs. Ce cadencement est toutefois prévu hors travaux, malgré ceux envisagés en 2012 et pouvant avoir un impact sur les parcours. Il conviendra alors d’effectuer leur concordance avec la circulation des trains.

La SNCF doit prendre en charge les coûts de cette mise en service, conserver l’exploitation des dessertes en prévoyant une production forte (qui dépend d’un bon trafic, de l’état du marché, et du coût des sillons). Un point sera fait sur le maintien ou le renforcement des trains circulant de province à province et ne transitant pas forcément par Paris. Le TGV Rhin-Rhône va permettre d’améliorer la mobilité des territoires desservis avec, plus de trains et un périmètre élargi de circulation (axes Nord-Sud, Est-Ouest).

La réussite de ce lancement passe aussi par celle de l’intermodalité. Le bilan qui sera effectué en 2013 du TGV Rhin-Rhône permettra de se réinterroger sur l’évolution des circulations via le TGV, et sur la gouvernance qui associera alors d’autres opérateurs. Les associations agréées de consommateurs ont posé la question du devenir des lignes classiques.

  • Le projet « Haut-Bugey » consistant en la modernisation de la ligne Bourg-en Bresse-Bellegarde, a ensuite été présenté. Ce nouvel agencement permettra des gains de trajets (soit 20 minutes sur le Paris-Genève), une augmentation de la fréquentation, un développement des fréquences avec des territoires desservis en aval et en amont. De meilleurs services de correspondances devraient être proposés et le pôle de Bellegarde (gare) sera refait en totalité. Cette évolution doit permettre de faire face à la concurrence aérienne.

Second point évoqué : le matériel roulant. La responsabilité des matériels roulants représente un investissement fort de la SNCF avec 23 000 agents (TGV, TER, Transiliens) s’y consacrant.

Le suivi très lourd et l’évolution de la maintenance des rames ont été soulignés : la maintenance doit s’adapter aux évolutions (évolution du temps de travail des usagers) ; une gestion augmentée des circulations a été effectuée avec l’optimisation des rames (plus de production). La SNCF doit, en même temps, apporter des réponses aux aléas rencontrés lors de la gestion des matériels (conformité lors des achats, faire face aux conséquences climatiques : rails, trains), adapter les matériels au respect des normes nouvelles (environnement, sécurité, clientèle), aider à l’accompagnement des TER pour leur bonne exploitation.
Il est prévu une meilleure gestion de la maintenance (plus économique, avec une utilisation partagée de sites) au niveau d’une région et une évolution dans le diagnostic des trains.

S’agissant des TER, les principes de qualité doivent aussi leur être appliqués en lien avec les autorités organisatrices (ex : accès informatique, avec une meilleure prise en compte des normes, au niveau de l’environnement notamment).
S’agissant des trains d’aménagement du territoire, des évolutions sont aussi en cours en vue de leur modernisation. La question des Transiliens (notamment le RER B) et du retard (qui devrait être comblé) relatif aux matériels le concernant a été posée ainsi que celle de la dégradation des équipements internes de confort du TGV (qui seront revus).

La SNCF a indiqué que l’accessibilité faisait partie intégrante des améliorations.
Les associations agréées de consommateurs ont demandé que l’accessibilité puisse se généraliser à tous les trains. Elles ont posé la question de la protection contre les dégradations externes du RER C et des vols de matériaux (les sites devraient être davantage sécurisés).
La question de la meilleure accessibilité des trains Corails a été soulevée.

Un point sur la propreté des trains a été fait avec la prise en compte des attentes des usagers.
A été soulignée l’importance du respect des normes environnementales (réductions de la consommation d’énergie : isolation, chauffage, traction, éclairages...).

@ : hmarchal unaf.fr

Haut de page