UNAF - Ouverture à la concurrence des jeux d’argent et de hasard en ligne : Action Innocence et l’UNAF incitent les parents à la vigilance

Communiqué de presse commun

Ouverture à la concurrence des jeux d’argent et de hasard en ligne : Action Innocence et l’UNAF incitent les parents à la vigilance


25/05/2010

Illustration article

Le Parlement français a adopté le 6 avril 2010 le projet de loi ouvrant à la concurrence les paris sportifs, les paris hippiques et le poker.

Avec cette loi, le gouvernement souhaite encadrer les jeux en ligne, actuellement illégaux. Le texte crée pour cela une Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel), chargée d’attribuer des licences aux opérateurs de jeux sur Internet.

Dans ce contexte l’UNAF et Action Innocence souhaitent rappeler aux parents qu’en dépit des mesures de protection des mineurs, enjeu fondamental de la loi pour le Ministre du Budget, la vigilance parentale doit rester de mise.

En effet, l’arrivée imminente des nouveaux opérateurs légaux, qui vont communiquer massivement dans les semaines qui viennent, risque de créer un climat d’incitation pour de nombreux mineurs à pratiquer des jeux d’argent en ligne.

Le CSA a fait le choix d’une autorégulation fondée sur une interdiction en fonction du type de programme et non en fonction de la structure de l’audience, ni d’un encadrement horaire. Ce sont donc les chaines qui devront ainsi définir elles-mêmes les programmes qu’elles estiment s’adresser aux mineurs, et dès lors ne pouvant bénéficier de publicité sur les jeux d’argent en ligne.

De nombreux programmes de télévision notamment dits familiaux sont aujourd’hui largement regardés par des mineurs, notamment par des adolescents, et pourront ainsi bénéficier de publicité pour les jeux d’argent.

Cette publicité, doublée d’une publicité en ligne massive, risque d’inciter de nombreux adolescents à aller sur les sites de jeux d’argents en ligne.

Ainsi, si les sites légaux sont interdits aux mineurs dans la loi par la mise en place d’un dispositif de vérification de l’âge, les parents devront néanmoins veiller à ce que les mineurs ne puissent pas contourner ces mesures de protection.

En outre, la publicité pour les opérateurs légaux va avoir une incidence sur l’univers des jeux d’argent en règle générale. Les adolescents déjà très attirés par ce type de sites de jeux, risquent, sous l’influence de cette médiatisation, d’être encore plus tentés par les sites illégaux. .

Les parents devront donc être particulièrement attentifs aux pratiques de leurs enfants sur Internet. En particulier, l’accès de mineurs aux opérateurs illégaux augmentera les risques de dépendance et de pertes financières par l’absence de mécanisme de modération et de non-récupération des gains éventuels. Un enjeu de taille lorsque l’on sait qu’enfants et adolescents sont de gros consommateurs de jeux.


Contact presse :

Pour plus d’informations :
Véronique Fima : Directrice Action Innocence France : 01 44 05 05 33 - email : vff actioninnocence.org

CP commun Jeux d’argent en ligne
PDF - 169.7 ko


Haut de page