UNAF - Lire et faire lire a fêté ses 10 ans

Lire et faire lire a fêté ses 10 ans

03/11/2010

Illustration article

Quelques 350 bénévoles et coordinateurs de « Lire et faire lire » se sont retrouvés du 19 au 21 octobre à Épinal pour les Rencontres nationales organisées à l’occasion des 10 ans de l’association.

Née à l’initiative de l’écrivain Alexandre Jardin, cette association s’appuie sur deux réseaux - Ligue de l’enseignement et UNAF - et son action consiste, pour des bénévoles de plus de 50 ans, à partager avec des enfants du primaire le plaisir de la lecture.

Tous les partenaires étaient présents lors de ces trois jours d’atelier et de colloque avec une grande diversité de points de vue et une grande richesse d’échange : cette action mobilise des acteurs très différents mais tous très motivés et impliqués pour développement de la lecture des enfants : éditeurs de jeunesse, réseaux nationaux des bibliothèques, partenaires institutionnels (ministères de la jeunesse, de la culture, de l’éducation nationale), écrivains - au nombre desquels, bien entendu, figurait le parrain de l’association et de ces journées Alexandre Jardin, ainsi que Daniel Pennac, invité d’honneur...

« Les UDAF contribuent à faire de ce pays un peuple de lecteurs » - Rémy Guilleux, vice-président de l’UNAF

L’UNAF, partenaire de cet évènement, était représentée par Rémy Guilleux, vice-président de l’UNAF en charge des questions d’éducation, qui a rappelé, au nom du président François Fondard, l’intérêt que l’institution des familles prête à « Lire et faire lire » et à l’implication du réseau des associations familiales dans cette action.

Il s’est félicité qu’un nombre croissant d’UDAF s’engagent dans « Lire et faire lire », avec 5 UDAF supplémentaires cette année, ce qui porte à 51 le nombre d’unions impliquées. Rémy Guilleux s’est dit fier que l’UNAF et les UDAF aient contribué à faire de ce pays « un peuple de lecteurs » et que des retraités puissent créer des liens avec des enfants, leur transmettent des valeurs de solidarité, contribuent à développer leur imaginaire et favorisent ainsi leur goût de la lecture et l’entrée du livre dans la famille, contribuant à éviter l’échec scolaire.

« Lire et faire lire » se développe, sans pour autant perdre son « âme » des débuts, notamment en diversifiant les lieux : les lieux d’accueil petite-enfance, les hôpitaux, les centres de loisir.

Comme le dit le linguiste Alain Bentolila, « Avant même de savoir lire, l’enfant doit découvrir ce qu’est l’acte de lecture, connaître ses enjeux et savoir ce que lire veut dire ». Des partenariats sont à développer avec les communautés de communes, les départements, les régions, les services de l’Etat, les maisons d’édition et les bibliothèques.

Pour l’UNAF, les familles et l’école ont besoin de mieux se connaître et « Lire et faire lire » est aussi une occasion de faciliter le dialogue.

Rémy Guilleux a conclu son allocution en remerciant les bénévoles présents par cette citation de René Char : « La grandeur de l’homme n’est pas dans ce qu’il est mais dans ce qu’il rend possible ».

Une transmission intergénérationnelle

Lors d’une table ronde réunissant les coordinateurs de « Lire et faire lire » dans les UDAF et dans les Ligues de l’enseignement, Madame Taconet, présidente de l’UDAF de Haute-Saône, a explicité combien « Lire et faire lire » s’intègre complètement dans le projet de l’UDAF. En effet, à côté du réseau des Ligues de l’enseignement, plus traditionnellement engagées dans le développement de la culture, le réseau des UDAF trouvent toutes leur place dans « Lire et faire lire » pour défendre l’intergénérationnel et les valeurs familiales de transmission.

Ainsi quelle autre image symbolise mieux la famille et la continuité entre les générations que celle d’une personne de plus de 50 ans qui lit des histoires à des petits enfants ? L’UDAF de Haute-Saône s’est par ailleurs depuis plus de 20 ans engagé dans la lutte contre l’illettrisme avec un service dédié à la prévention et à la lutte contre l’illettrisme. « Lire et faire lire » s’inscrit en complète continuité par rapport à ce service.

Ateliers de littérature jeunesse

Les 3 jours ont par ailleurs été l’occasion pour les bénévoles et les coordinateurs d’assister à des ateliers sur la littérature jeunesse, avec un accent mis sur l’illustration du fait de la présence à Épinal de la cité de l’image et de l’école de l’image : comment fabriquer de images, comment faire rire les enfants, sensibiliser les enfants à l’art à travers les albums, créer une histoire sans texte…. Tels ont été les titres des différents ateliers proposés aux bénévoles présents.

Enfin l’éditeur Thierry Magnier partenaire privilégié de ces journées a expliqué en quoi consistait le travail d’édition. La responsable du secteur international à la bibliothèque de France, Nathalie Beau, a retracé l’histoire de l’album dans la littérature jeunesse.

Objectif : passer de 250 000 à 1 million d’enfants concernés

Alexandre Jardin présent lors de ces 10 ans était porteur d’un message du Ministre de l’Education nationale Luc Chatel. Celui-ci a précisé que « Lire et Faire lire » s’intégrait au nouveau plan de prévention de l’illettrisme. Les correspondants illettrisme dans les académies doivent se rapprocher de « Lire et faire lire ». Il a précisé que le ministère souhaitait se rapprocher de « Lire et faire lire » pour passer de 250 000 enfants touchés par l’action à 1 million d’enfants. Alexandre Jardin a précisé que le Ministère de la culture était concerné par ce développement de même que le Ministère de la jeunesse et des solidarités actives. Ainsi, l’écrivain a déclaré que ces 10 ans constituaient non pas un aboutissement mais un nouveau départ, son ambition étant de multiplier par quatre l’action de « Lire et faire lire ».

En fin de journée, Daniel Pennac, invité d’honneur de cette manifestation, a insisté sur l’intérêt de la lecture à voix haute qui représente toujours un moment d’apaisement dans les familles et à l’école et qui n’empêche pas l’enfant devenu plus grand de congédier l’adulte pour une lecture silencieuse plus intime.


Photo : intervention de Rémy Guilleux pour les 10 ans de « Lire et faire lire ».

Haut de page