UNAF - Tenue du Conseil consultatif des consommateurs de la SNCF en présence de l’UNAF - 19 novembre 2011

Tenue du Conseil consultatif des consommateurs de la SNCF en présence de l’UNAF - 19 novembre 2011

06/12/2010

Illustration article

Le Conseil consultatif des consommateurs de la SNCF s’est réuni le 19 novembre dernier en présence du président de la SNCF et de la Directrice générale de « SNCF Voyages ».

Point d’étape sur les différentes « branches SNCF » : La Directrice générale de « SNCF Voyages », Barbara Dalibard, a indiqué que l’ensemble des branches de la SNCF, les infrastructures, « SNCF proximité », « SNCF voyages », « gares et connexions »… affichait des résultats en hausse. Les efforts financiers affectés à la régénération du réseau se poursuivront avec un impact sur le trafic. Des efforts particuliers devront être faits en direction de l’axe sud, en raison de l’augmentation constante et à venir du trafic TGV et TER et de l’arrivée de l’axe Paris-Rhin-Rhône.

Les axes prioritaires concerneront la satisfaction des clients TGV et le suivi de la mise en place d’outils qui devront permettre de répondre aux attentes. Pour cela, un travail de mise en qualité du système d’information et la prise en charge des usagers en cas de perturbation devra être fait, associé à des mesures préventives et des formations.

S’agissant de l’offre TGV, la SNCF souhaite conserver une politique de transport pour tous, basée sur les offres promotionnelles, les abonnements, les tarifs réduits mais aussi sur les services tels que le développement du billet électronique compatible avec les cartes voyageurs (et vendus aussi en gare), la dématérialisation du billet (qui sera vendu sur le téléphone portable), la mise en place d’espaces dédiés dans les trains (pour les familles), l’accès développé aux technologies (avec des nouveaux supports d’accès à la WIFI permettant d’utiliser des services SNCF), aux informations téléphoniques (outil amélioré du 3635) et aux billets via les nouvelles technologies.

S’agissant de l’offre de trains, la réduction des temps de parcours se poursuivra (notamment vers la Suisse et l’Espagne). Néanmoins, la SNCF souhaite optimiser leur niveau de rentabilité afin que la tarification actuelle permette de faire face aux niveaux de dépenses dues à l’augmentation des péages à payer au réseau Ferré de France et aux tarifs de l’énergie.

L’augmentation du nombre de tarifications en première, tarifications professionnelles ainsi que pour des distances courtes a été pointée.

La seconde partie de la rencontre a porté sur la mise en œuvre du schéma directeur de transport écologique de marchandises, qui est entré dans une nouvelle phase utilisant des modalités de transport nouvelles et complémentaires : trains longue distance, transport combiné associant soit différents modes, soit la route, le transport multi-lots/multi-clients, les opérateurs ferroviaires de proximité en complémentarité et permettant un véritable report modal avec une part en intra-régional.

Les associations agréées de consommateurs ont interrogé la SNCF sur les modalités de transports de produits dangereux de marchandises. Ils ont soulevé la nécessité d’aider véritablement le transport ferré et demandé si le schéma mis en œuvre tendait à aboutir à un changement plus durable (il entre dans les objectifs issus du Grenelle de l’environnement). Elles ont demandé que le loi portant sur le service minimum en cas de grève soit appliqué au transport de marchandises.

La convention portant sur les trains d’équilibre du territoire (TET) a été abordée. La mission de service public des TET fait désormais l’objet d’une contractualisation avec l’État comme nouvelle autorité organisatrice en complément du TGV, des TER et du Transilien, qui portera sur les investissements et la rénovation avec des garanties de financement contractualisées (via des recettes SNCF et des subventions de l’État).
La convention signée entre la SNCF et l’État (autorité organisatrice) prend effet au 01/01/2011. Le train d’équilibre du territoire remplacera les Corails intercité, les Teoz, les trains Lunea (au total, cela correspond à 340 trains/jour, pour 100 000 voyageurs/jour. Dans la convention, 300 millions d’€uros d’investissements en infrastructures sont prévus mais il n’est pas prévu d’achat de matériel roulant. Au final, l’offre SNCF sera réduit à 4 pôles : TGV, TET, TER et Transilien.

Les associations ont soulevé la question de l’affichage des gammes de prix afin d’aider le consommateur à faire ses choix et optimiser le remplissage des trains. La SNCF souhaite affiner l’accès aux petits prix en toutes périodes.

Les autres points abordés ont porté sur :

- l’amélioration des informations à l’usager en matière de voyage international,
- l’amélioration de la propreté,
- l’amélioration des réductions d’offres de trains Corails sur certaines lignes, par exemple sur la région Centre, lors des périodes de vacances, la SNCF est confrontée à la question de l’attribution des lignes en lien avec le Réseau Ferré de France. Elle doit par ailleurs ajuster la demande avec l’offre de TER,
- l’amélioration de la signalisation aux abords des passages à niveau, souvent mal indiqués et mal visibles. Ce dernier point relève de la compétence du RFF avec lequel un point sera fait.

- la maintenance du TGV (qui doit être renforcée),
- la concurrence à venir (pour cela, les garanties de qualité doivent être optimisées),
- la simplification de l’accès au numéro d’information 3635.

Le président de la SNCF Guillaume Pepy a évoqué, en fin de rencontre, le travail engagé entre les associations agréées de consommateurs et la SNCF, qu’il souhaite poursuivre. Il a confirmé sa volonté que le système engagé permettant d’offrir l’accès aux trains pour tous puisse perdurer. Il a évoqué la montée en charge de la carte enfant-famille (700 000 billets vendus).
Sur ce dernier point, il a indiqué toutefois que ce modèle pourrait être remis en cause en raison de la dérive des coûts (énergie - péages) et de l’entrée en concurrence du réseau sur les liaisons ferrées. Ce dispositif évoluera sans remise en cause des principes actuels (prix homologués par l’Etat, taux de référence avec un plafond maximum, tarifs sociaux).

Dans le cadre du projet de révision de la tarification, le Président de la SNCF a insisté sur le rôle du TGV populaire, qui dessert l’ensemble du territoire (230 gares), accessible pour tous et selon le principe « à chacun ses moyens ».
Les associations agréées de consommateurs seront à nouveau consultées sur l’évolution de l’offre à effectuer.

Les associations ont évoqué le retard d’équipement des nouvelles rames des Transiliens. Ce retard sera comblé en juin 2011. Il est prévu que la SNCF communique davantage sur les escales de proximité, la vente via Internet, le 36 35…

@ : hmarchal unaf.fr

Haut de page