UNAF - Réunion entre les associations agréées de consommateurs et la SNCF - 11 mai 2011

SNCF

Réunion entre les associations agréées de consommateurs et la SNCF - 11 mai 2011

20/05/2011

Illustration article

L’UNAF a participé à la réunion entre les associations agréées de consommateurs et la SNCF. A l’ordre du jour de cette rencontre du 11 mai 2011 : activité de la branche SNCF Europe et politique d’accessibilité menée en direction des personnes handicapées et des personnes à mobilité réduite sur l’ensemble des branches et des transports.

SNCF Voyages Europe : Un point sur l’actualité de la Branche SNCF Europe a été fait. Depuis 2007, cette activité se déroule dans un contexte de crise économique générant moins de ressources pour les opérateurs ferroviaires. Malgré cela, des investissements restent nécessaires (adaptations aux normes de sécurité, prestations de services, renouvellement des rames, coûts croissants des infrastructures nouvelles et des péages…).

Un état sur les relations européennes et la concurrence engagées sur le réseau international a été dressé.
La SNCF a indiqué que le suivi technique de l’interopérabilité devant relier l’ensemble des villes européennes avait un coût et des délais de mise en œuvre progressifs.

Le problème de la saturation (nœuds ferroviaires) a été également évoqué et la nécessité, pour y pallier, de créer les conditions de l’offre diversifiée (qualité des services, correspondances, signalétiques...) quelles que soient les villes. Des investissements en gare doivent être faits pour cela.

Il a été rappelé que le contexte d’ouverture européenne était :
- propice à un report modal en faveur du train ;
- un levier de croissance rentable du transport ;
- un test du service (parcours déjà engagés grâce à Thalys, Eurostar, avec des ouvertures de prix attractifs, des offres rapides concurrençant l’aérien dans le réseau interne). Toutefois, les autres opérateurs se positionneront aussi sur des parcours existants.

La SNCF a rappelé l’importance d’assurer les coûts et de maintenir le niveau de qualité du service rendu (ex : Eurostar) : des investissements sont nécessaires pour augmenter les capacités. Les projets en cours et les exigences relatives au transport effectué par Thalys, dont sa qualité, ont été abordés (régularité ).

La question des matériels roulants et de leur interopérabilité effective a été posée ainsi que celle :

- de l’information horaire des États membres (ceci est en cours),
- du billet et de son achat pour différents parcours européens (interopérabilité effective en mai),
- des offres telles que celles des trains de nuit qui pourront être concurrentiels sur un même réseau et entre transporteurs au sein d’un même pays.
Des trains internationaux sont aussi au centre du développement des liaisons TGV européens. Les liaisons auront, dans l’avenir, à être mieux interconnectées.

La SNCF a également fait part des évolutions vers des liaisons de qualité vers le sud de l’Europe. Les associations agréées de consommateurs ont demandé que l’information fiable et la distribution de billets soient améliorées sur le site de la SNCF (avec mention directe des prix). Elles ont en outre souhaité avoir quelques précisions sur les modalités de liaisons assurées au départ de Paris vers le sud-ouest.

Deuxième sujet évoqué : la politique d’accessibilité menée en direction des personnes handicapées et des personnes à mobilité réduite sur l’ensemble des branches et des transports (y compris de substitution et TER) : ceci impactera de plus en plus de voyageurs dans les trains et gares.
Les associations agréées de consommateurs ont demandé que les personnes trop chargées, les personnes âgées et les familles avec de jeunes enfants soient aussi prises en compte. De nombreux lieux sont concernés : gares pour les trains nationaux, trains régionaux, trains de proximité. Des équipements doivent être prévus, des accès aux quais et des trains adaptés. Toutefois l’assistance aux personnes devra être assurée aussi .

Les matériels doivent être rénovés prochainement notamment pour les TGV. Ceci se fera en concertation. La mise aux normes, y compris à l’intérieur des trains, sera aussi plus visible ( barres de maintiens, signaux , tablettes (guichets), ainsi qu’avec des espaces dédiés et équipements dans les gares (bandes de guidage, balises sonores : mal et non-voyants), boucles magnétiques pour les malentendants. Les accès aux lectures (ex : des écrans) doivent être adaptés ainsi que les sites Internet (conception permettant une traduction), et les pictogrammes. Des efforts sont en cours afin de faciliter et rationaliser l’entrée et la sortie des gares et l’accès aux services.

Cette préoccupation se traduit aussi par la définition d’une chaîne de l’accessibilité (schéma) depuis les différents types de dépose (taxis, parkings...) jusqu’aux principaux services en gare (points d’accueil, points de vente, quais).

Les associations agréées de consommateurs ont demandé si l’assistance était aussi considérée comme un service essentiel : ceci reste une prestation de base.

Une cohérence d’ensemble est nécessaire : accès aux parvis, bâtiments, quais, accès aux escaliers, bornes d’appels. Ceci est prévu dans le cadre d’un schéma, du cheminement jusqu’au quai et de façon multimodale (Tramway, vélos, déposes bus, taxis, parkings , gares routières) qui s’étendra au-delà de 2015.

Les associations agréées de consommateurs ont souhaité que les quais soient rendus tous accessibles.

Si les calendriers de réalisation ne sont pas forcément identiques, les travaux sont faits en concordance (hors points d’arrêts). La SNCF a indiqué que l’assistance ou le report vers une gare proche était préférable dans ce cas pour maintenir la sécurité.

@ : hmarchal unaf.fr

Haut de page