UNAF - Conférence prochaine sur le partage des responsabilités professionnelles et familiales : l’UNAF a participé à un séminaire de travail préparatoire

Conférence

Conférence prochaine sur le partage des responsabilités professionnelles et familiales : l’UNAF a participé à un séminaire de travail préparatoire

06/06/2011

Roselyne Bachelot-Narquin, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, organisera le 28 juin prochain, une conférence axée sur le partage des responsabilités professionnelles et familiales.

C’est dans ce cadre que la ministre a confié, en février dernier, une mission à Brigitte Grésy, inspectrice générale des affaires sociales sur « la participation des hommes aux responsabilités parentales  » pour laquelle l’UNAF a été auditionnée.

Objectif de cette mission : disposer d’un état des lieux précis des politiques publiques destinées à faciliter le partage des responsabilités parentales et approcher les systèmes de représentation à l’œuvre dans le monde du travail concernant le rôle des hommes et des femmes dans l’articulation des temps personnels et professionnels.

Afin d’associer l’ensemble des acteurs à ces réflexions et préparer cette conférence, trois séminaires préparatoires ont été organisés portant respectivement sur les questions des stéréotypes de genre, l’organisation du travail et les congés familiaux. C’est sur ce dernier thème que l’UNAF, représentée par Guillemette Leneveu, Directrice générale, a été invitée à intervenir le 31 mai dernier.

Introduction au débat
La question de l’articulation entre vie familiale et vie professionnelle reste une problématique en grande partie féminine. Les membres du groupe se sont interrogés sur les voies les plus propices à la prise en considération des responsabilités familiales, des hommes autant que des femmes, par le monde du travail et les politiques publiques connexes.

Dans son intervention, l’UNAF a rappelé les travaux conduits par le Haut Conseil de la Famille et les positions avancées par l’UNAF.

Pour l’UNAF :

  • S’arrêter momentanément de travailler pour élever ses enfants peut constituer, pour certains parents, un vrai choix qui doit, dans ce cadre, être soutenu. Le congé parental permet de préserver un lien avec le cadre professionnel d’origine et d’éviter ainsi aux parents qui mettent entre parenthèse leur activité, de rompre définitivement ce lien. C’est pourquoi l’UNAF est favorable au maintien de la durée actuelle congé parental, qui peut aller jusqu’à 3 ans pour ceux qui le souhaitent.
  • Pour élargir la palette des choix et ainsi améliorer les dispositifs existants, l’UNAF a proposé dans le cadre du HCF de compléter le dispositif actuel par un congé parental plus court et mieux rémunéré dès le deuxième enfant, le système actuel le réservant aux familles de 3 enfants et plus.
  • Il est important de veiller à faciliter la conciliation avec la vie familiale, limiter les choix « par défaut », et améliorer les conditions de travail et l’offre de garde ;
  • Le droit au temps partiel qu’offre le congé parental doit être maintenu lorsqu’il répond à un projet familial ;
  • Des mesures permettant aux pères de prendre plus facilement un congé parental d’éducation doivent être prises. L’UNAF a dans le cadre du HCF proposé que le congé parental d’éducation soit bonifié de deux mois supplémentaires si une partie du congé est partagée entre les deux parents.

Par ailleurs, l’UNAF a rappelé combien il est important que les entreprises prennent mieux en compte, par diverses mesures, la fonction de parent des salariés, et que l’annonce d’une grossesse, notamment, ne soit en aucun cas un élément discriminant. C’est la raison notamment de son adhésion à la charte de la parentalité en entreprise. Elle souhaite que les entreprises reconnaissent davantage la fonction de parent au sein de l’entreprise.

L’UNAF encourage les Pouvoirs publics à poursuivre leurs efforts pour développer les modes de garde et inciter les employeurs à mieux tenir compte de la situation de parents. Les familles doivent véritablement disposer d’un libre choix.

Lire en rappel :
Congé parental : les parents doivent pouvoir choisir

Haut de page