UNAF - Allongement des congés exceptionnels en cas de décès d’un enfant ou d’un conjoint : l’UNAF satisfaite de l’avancée ainsi introduite par une proposition de loi

Proposition de loi

Allongement des congés exceptionnels en cas de décès d’un enfant ou d’un conjoint : l’UNAF satisfaite de l’avancée ainsi introduite par une proposition de loi


21/11/2011

L’UNAF est profondément attachée à une approche globale de la politique familiale qui intègre tous les âges de la vie, et qui ne limite donc pas au périmètre de la petite enfance.

La conciliation famille/travail se pose en effet non seulement lorsqu’on a des enfants en bas âge, mais également quand ils sont adolescents, voire lorsqu’ils sont de jeunes adultes.

De la même façon, avec l’allongement de l’espérance de vie, la question de la prise en charge des parents âgés se pose dans les familles. Cette situation conforte notre conception d’une politique familiale nécessairement globale.

Dans cette acception large, les entreprises peuvent apporter leur contribution à la nécessaire solidarité entre les générations. La présente proposition de loi formalise cette contribution des entreprises par un allongement des congés en cas de décès d’un enfant ou d’un conjoint.

L’UNAF est donc satisfaite de la proposition de loi qui sortira de l’Assemblée Nationale le 23 novembre prochain et souhaite que ce texte soit inscrit pour examen devant le Sénat dans les meilleurs délais.

Les avancées de cette proposition sont notables puisque tout salarié pourra bénéficier, sur justification et à l’occasion de certains événements familiaux, d’une autorisation exceptionnelle d’absence de cinq jours (au lieu de deux jours actuellement) pour le décès d’un enfant et de trois jours (au lieu de deux jours actuellement ) pour le décès du conjoint ou du partenaire lié par un pacte civil de solidarité.

Haut de page