UNAF - Poste alimentation

Poste alimentation


19/10/2012

Présentation générale du poste

Le poste Alimentation correspond aux dépenses nécessaires pour alimenter à la maison une famille (tous les repas sont pris à la maison). Ce choix ne provient pas d’une préconisation quelconque, mais de la difficulté à modéliser les prix pour la restauration collective, scolaire ou professionnelle. En effet, pour les élèves, les subventions accordées dépendent fortement de la collectivité territoriale et de l’âge de l’enfant et pour les adultes les aides accordées par l’employeur sont également très variables, voire nulles dans certains cas (tickets restaurant, financement du restaurant collectif, …) et sont parfois liées au niveau de salaire.

Normes utilisées

Recommandations scientifiques

Les recommandations du programme national nutrition santé (PNNS) :

  • au moins 5 fruits et légumes par jour
  • à chaque repas : pains, céréales, pommes de terre, ou légumes secs
  • au moins 3 fois du lait, des produits laitiers par jour
  • à chaque repas : viande, volailles, produits de la pêche ou œufs


Les recommandations du Groupe d’Etudes des Marchés de Restauration Collective et de nutrition (GEMRCN)

  • 4 repas (petit déjeuner, déjeuner, goûter, dîner) pour les enfants et les adolescents, 3 repas pour les adultes
  • Ces recommandations fournissent des quantités de nourriture conseillées pour :
  • Les adultes et adolescents (ce sont les mêmes quantités)
  • Les enfants en classe élémentaire (6-11ans) (par extension pour les budgets-types ces quantités sont appliquées aux enfants de 6 à 14 ans)
  • Il n’y a pas de différenciation de quantité selon les sexes

    Les dispositions règlementaires

    L’arrêté du 30/09/2011 relatif à la qualité nutritionnelle des repas servis dans le cadre de la restauration scolaire énonce que sur 20 repas consécutifs  :
    Pour garantir les apports en fibres et en vitamines, il faut :

  • au moins 10 repas avec des crudités de légumes ou des fruits frais
  • au moins 8 repas avec en dessert des fruits crus
  • 10 repas avec des légumes cuits, autres que les légumes secs
  • 10 repas avec des légumes secs, féculents ou céréales
    Pour garantir les apports en calcium, il convient de servir :
  • au moins 8 repas avec des fromages (au moins 150 mg de calcium par portion)
  • au moins 6 repas avec des produits laitiers ou des desserts lactés contenant plus de 100 mg de calcium et moins de 5 g de matières grasses par portion
    Pour garantir les apports en fer et en oligoéléments, il convient de servir :
  • au moins 4 repas avec des viandes de bœuf, veau, agneau
  • au moins 4 repas avec du poisson

Prix retenus

Lorsqu’ils étaient disponibles, les prix retenus pour les aliments étaient les prix moyens à la consommation (PMC) en métropole de l’INSEE. Sinon, ils ont été relevés dans la grande distribution via un site comparateur de prix.

Modélisation

Pour chaque type de repas (petit déjeuner, déjeuner, goûter, dîner), et chaque type de personne (enfant, adolescent, adulte) un plan alimentaire sur 20 repas consécutifs est établi respectant toutes les recommandations nutritionnelles comprises dans les normes. Ce plan alimentaire permet d’avoir par type d’aliment, le besoin mensuel recommandé, voir la documentation.
Ce plan alimentaire est traduit en quantité de nourriture consommée pour chaque individu d’après les quantités préconisées par le GEMRCN, puis traduit en coût en appliquant le prix de chaque aliment.

Le poste Alimentation ne comprend pas

  • de repas pris à l’extérieur, que cela soit de la restauration collective (cantine scolaire ou d’entreprise), ni de restaurant (même dans le poste Loisirs, ce n’est pas modélisé). Ce choix provient en ce qui concerne la restauration collective de la difficulté à modéliser les prix. En effet, pour les élèves, les subventions accordées pour la restauration scolaire dépendent fortement de la collectivité territoriale et de l’âge de l’enfant et pour les adultes les aides accordées par l’employeur sont également très variables, voir nulles dans certains cas (ticket restaurant, financement du restaurant collectif, …) et sont parfois liées au niveau de salaire. En ce qui concerne le restaurant, il n’a pas été considéré comme faisant partie d’un minimum de vie décente.
  • de bière, d’alcools forts
  • d’eau minérale non gazeuse. En effet, d’après la recommandation de l’ADEME [1] : « L’eau du robinet fait l’objet de contrôles de qualité réguliers et rigoureux. Elle coûte 100 à 300 fois moins cher que l’eau en bouteille et permet d’économiser jusqu’à 170 000 tonnes de plastique par an. »
  • de barre chocolatée, de gâteau industriel, de biscuit, de sucrerie…
  • de plats préparés
  • d’espèces de poisson menacées d’extinction
  • de fruits séchés, ni de fruits en conserve

Evolutions par rapport aux précédentes normes

Par souci de simplification, les hommes et les femmes mangent désormais la même quantité de nourriture (les normes précédentes modélisaient une consommation pour les femmes plus faible).
Les adolescents mangent comme les adultes, ils bénéficient juste d’un goûter supplémentaire.
Le panier aux normes 2012 comprend des légumes secs, des légumes surgelés, de la farine, et de la semoule.

Documentation

- Cinquante ans de consommation alimentaire_une croissance modre mais de profonds changements, Insee Premire N 1568 - oct 2015
- Calendrier du Programme Alimentation et Insertion (PAI) 2015, Ministre des Affaires sociales, de la Sant et des Droits des femmes
- Le plaisir du cuisin maison_pour le got et la qualit, CREDOC, mai 2015
- Alimentation domicile_une part plus importante de la consommation des mnages franciliens les plus modestes, INSEE Ile de France, dc 2014
- RECOMMANDATION NUTRITION, GROUPE D'ETUDE DES MARCHES DE RESTAURATION COLLECTIVE ET NUTRITION (GEM-RCN), Version Aot 2013
- Guide de bonnes pratiques d'hygine destination des consommateurs, association Lo Lagrange pour la dfense des consommateurs, la CFS et Familles rurales, octobre 2013
- La Fabrique menus, Programme National Nutrition Sant
- Le contenu carbone du panier de consommation courante. Source : Service de l'observation et des statistiques, avril 2012
- La consommation alimentaire des ingalits persistantes mais qui se rduisent, INSEE, Cinquante ans de consommation en France, dition 2009
- Plans alimentaires utiliss pour le poste Alimentation des Budgets-Types
- Grammages utiliss pour le poste Alimentation des Budgets-Types

[1Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie

Haut de page