UNAF - L’UNAF auditionnée sur le travail de nuit

L’UNAF auditionnée sur le travail de nuit

08/07/2013

François Édouard, vice président de l’UNAF, Président du Département « Droit de la Famille et protection de l’enfance » a été entendu le 3 juillet dernier sur le rapport et avis qu’il a mené au CESE en 2010 sur le travail de nuit et son impact sur les conditions de travail et de vie des salariés. L’audition était menée par Gérard Sebaoun, Président du groupe d’étude sur la pénibilité du travail, la santé au travail et les maladies professionnelles.

Dans son intervention, François Édouard a souligné l’importance de limiter le travail de nuit aux services d’utilité sociale et pour les entreprises qui peuvent attester de raisons impératives qui engagent leur viabilité économique, car les conséquences peuvent être néfastes sur la santé des salariés et entrainent des perturbations de la vie sociale et familiale. En effet, l’articulation entre travail et vie personnelle est rendue plus difficile en raison de la discordance entre les horaires et les moments de disponibilité requis pour partager ses activités hors travail avec la famille et les amis.

François Edouard a rappelé les différents impacts du travail de nuit et prioritairement ceux liés à la santé :
- Les résultats d’une étude menée par des chercheurs de l’Inserm en juin 2012 révèlent le risque de cancer du sein qui augmente chez les femmes ayant travaillé de nuit. En 2001, le travail de nuit mobilisait 500 000 femmes ; en 2008, un million.
Sur le sommeil aussi, moins réparateur la nuit que le jour : La consommation de médicaments pour aider au sommeil ou rester éveillé est plus élevée chez les salariés travaillant la nuit.

L’UNAF préconise :
- un renforcement dans la loi des conditions du travail de nuit,
- une amélioration des conditions de travail des salariés de nuit,
- un renforcement de la surveillance médicale,
- une meilleure conciliation vie familiale - vie professionnelle. Sur ce dernier point, il convient de poursuivre le développement des modes de garde sur horaires décalés avec un renforcement de la politique d’accompagnement des familles dans le domaine de la petite enfance.

En rappel, Avis du CESE.

Haut de page