UNAF - 9 septembre : réunion de rentrée pour les associations agréées de consommateurs dont l’UNAF et la RATP

9 septembre : réunion de rentrée pour les associations agréées de consommateurs dont l’UNAF et la RATP


22/09/2014

Logo RATP

L’UNAF a participé à la réunion entre les associations agréées de consommateurs et la RATP le 9 septembre dernier. En début de séance, les associations ont souhaité interroger la RATP sur :

  • les pannes prolongées des escaliers mécaniques sur certaines lignes ;
  • les difficultés rencontrées par les usagers sur la ligne sud du RER B.

La RATP a indiqué qu’elle avait dû aussi revoir la maintenance sur certaines lignes et que, s’agissant de la disponibilité des escaliers mécaniques, les efforts étaient à poursuivre. Les causes de dysfonctionnement associées aux intempéries, aux poussières et à la saleté ont été aussi relevées par les associations.

Le sujet de la qualité de l’air intérieur a été traité par la responsable « Étude et Environnement » de la RATP qui a rappelé quelques uns des différents enjeux qui guident l’action menée par la RATP en matière de développement durable et pour lesquels des actions de prévention sont mises en place : éco-mobilité, économies d’énergie et lutte contre le changement climatique à l’horizon 2020, santé des voyageurs (baisse des nuisances) et des riverains, exemplarité... Pour la RATP, les risques associés à la qualité de l’air doivent être mesurés et identifiés selon leur importance : elle doit agir aussi contre les désagréments existants en la préservant (ex : lutte contre le froid, ou la chaleur …) , vis à vis de ceux associés aux différents matériels utilisés (ex : ventilations, chauffage dans les rames..). L’amélioration des matériels permet aussi d’améliorer cette qualité en stations.

Qualité de l’air : la RATP a fait part des résultats sur les mesures prises en matière de qualité de l’air (CO2, particules, gaz) qui sont consultables chaque semaine sur le site de la RATP ; des mesures plus ponctuelles peuvent être aussi effectuées.
La RATP effectue par ailleurs des études à portée sanitaire auprès de ses agents et s’appuie aussi sur les résultats d’études portant sur les trajets domicile-travail qui intègrent différents modes (trajets Métro, RER, Tramway, Bus, voitures, modes piétons et cyclistes).
Nuisances olfactives : un suivi des mesures est effectué, associé à des actions correctives (traitement des infiltrations et émissions en souterrain). La RATP agit pour réduire ces nuisances, source de gêne en priorité pour les usagers d’Ile-de-France et issues de produits (matériels, nettoiement, sous-sol, air extérieur).
Nuisances sonores : elles font l’objet de mesures spécifiques ou d’amélioration des circulations (ex : lignes en courbes).

Les associations ont posé la question des évolutions à venir en matière de qualité de l’air : modernisations, nouvelles stations : le travail sera associé aussi à celui :

  • des prolongements des lignes et effectué en continuité (ex : mise de portes palières),
  • des équipements des rames : un travail est effectué lors des achats.

Des améliorations sont associées au renouvellement du matériel roulant. Des essais de mesures ont été effectués in situ (ex : RER : trains , wagons) selon l’environnement traversé, les concentrations rencontrées et aussi sur le niveau des annonces sonores en gares et stations. Sur ce dernier point, les associations ont déploré qu’elles soient parfois supprimées dans les gares de RER. Elles ont aussi soulevé le problème des incidents et de la nécessité d’informer les usagers sur leur durée et en temps réel. Enfin, les associations ont souhaité que le traitement des malaises de voyageurs ne perturbe pas autant la circulation des trains et des rames. La RATP a reconnu l’importance des difficultés associées aux incidents voyageurs qui peuvent parfois être associés aux dérangements des signaux d’alarme.

@ : hmarchal unaf.fr


Image : Logo RATP
Haut de page