UNAF - S’ils étaient en charge du management, 78% des hommes cadres feraient en sorte que leur entreprise « n’aie pas de réticence » au temps partiel des hommes

Chiffre clef de la semaine

S’ils étaient en charge du management, 78% des hommes cadres feraient en sorte que leur entreprise « n’aie pas de réticence » au temps partiel des hommes

15/12/2014

Image : 78%

La possibilité de travailler à temps partiel semble contrariée chez les hommes cadres. C’est ce qu’illustre d’une étude confiée à l’IFOP par L’association mercredi C papa centrée sur « les aspirations des hommes cadres en terme d’équilibre de vie et d’égalité professionnelle ». Cette étude était soutenue notamment par le ministère des droits des femmes et trois grandes entreprises. Elle portait sur 502 hommes cadres du public et du privé, d’entreprises de toutes tailles.

Au nombre des enseignements :

  • Une courte majorité des hommes cadres interrogés juge « bien adapté » le temps qu’il passe avec ses enfants (52%) ou son conjoint (55%). Ce temps est « insuffisant » pour plus de deux cadres sur cinq (44% et 43%). Les deux tiers (65%) jugent leur charge de travail trop importante.
  • Le changement qu’ils sont les plus nombreux à préconiser (78%), s’ils étaient responsables du management, serait que l’entreprise « n’aie pas de réticence au fait que les hommes puissent travailler à temps partiel au même titre que les femmes ». Ils sont 70% à considérer qu’il est « difficilement accepté qu’un homme demande un temps partiel ou un congé parental pour s’occuper de ses enfants. ». Et seuls 37% considèrent que leur entreprise accorde une attention forte à la possibilité pour les hommes de travailler à temps partiel.

Ces résultats corroborent ceux d’un sondage réalisé il y a 6 ans par l’institut BVA qui révélait que les trois quarts des français (72% des hommes et 77% des femmes) pensent que, pour un homme, « demander à travailler à temps partiel ou rentrer chez soi un peu plus tôt certains jours, afin de pouvoir consacrer plus de temps à sa famille » est mal accepté par une entreprise.


Image : Image : 78%
Haut de page