UNAF - Rencontre annuelle entre l’Association des Sociétés Françaises d’Autoroutes et d’ouvrages à péage (ASFA) et les associations agréées de consommateurs dont l’UNAF

Rencontre annuelle entre l’Association des Sociétés Françaises d’Autoroutes et d’ouvrages à péage (ASFA) et les associations agréées de consommateurs dont l’UNAF


22/06/2015

Logo ASFA

L’UNAF a participé à la rencontre annuelle entre l’Association des Sociétés Françaises d’Autoroutes et d’ouvrages à péage (ASFA ) et les associations agréées de consommateurs le 5 juin dernier.

Un point d’actualité a été fait par Jean Mesqui, Délégué Général de l’ASFA : s’agissant des décisions de l’Etat relatives aux concessions d’autoroutes, elles font suite à l’avis rendu en septembre 2014 par l’Autorité de la Concurrence et aussi au point fait par l’ASFA : avec une non remise en cause de la concession. Un protocole est en cours de mise en œuvre. Le délégué général de l’ASFA en a précisé les modalités. S’il reconnaît la bonne foi des sociétés d’autoroutes, celles-ci acceptent toutefois un encadrement de leur taux de rentabilité sur le long terme.
Une contribution volontaire exceptionnelle sera versée à l’Etat. En outre, la réflexion lancée depuis 2013 sur un plan de relance (qui doit recevoir l’aval de la CEE et du Conseil d’Etat) soit 3,2MM d’Euros s’appliquera sur la durée allongée de la concession.

Les associations ont soulevé les questions de l’impact, pour les usagers, et vis à vis du plan de relance, de la contribution demandée : le gel tarifaire prévu pour 2015 sera compensé de façon échelonnée (tarifications : usagers) mais la contribution est sans impact sur les travaux. Elles ont demandé si les décisions impliquaient la fin des concessions : elles prendront fin entre 2029 et 2033 et seront prolongées.

Les questions des tarifs de péages ont été soulevées : un plancher aux hausses de péages, fixé à 70% de l’inflation, existe pour les hausses des tarifications. Ces derniers permettent d’équilibrer les financements des investissements complémentaires. Toutefois davantage de contrôle est institué avec l’élargissement, par la Loi Macron, des compétences de l’ARAFER aux autoroutes et transports routiers (marchés d’autoroutes) et les nouveaux contrats seront soumis à l’examen de l’Assemblée nationale.
Le plan de relance vise :

  • l’élargissement des sections existantes,
  • la reprise et la requalification de sections non concédées,
  • la réalisation de sections nouvelles,
  • l’adaptation à l’environnement en vue du développement durable.

Ont été posées les questions :

  • des conditions de circulation durant les travaux : des mesures particulières existent pour favoriser la circulation. Les sociétés d’autoroutes effectuent la reprise de sections nouvelles ou la poursuite de travaux (élargissements). Elles souhaitent développer une approche multimodale avec la prise en compte du co-voiturage.
  • des aires et gares routières disponibles pour les cars : certaines grosses aires de service sont équipées mais la réflexion se poursuit sur la prise en compte des lignes régulières (ex : bus) et des services. Les associations ont souhaité que les reports sur la route ne se fassent pas au détriment des transports ferrés locaux.

Un point sur la sécurité a été fait : il est constaté une hausse des accidents corporels et une baisse du nombre des accidents mortels et des tués sur autoroutes. Les différents risques ont été analysés : somnolence, alcool, piétons, vitesse... Des efforts y compris de communication seront faits sur les circulations en sens interdit : doublement des panneaux de sens interdits, flèches directionnelles, balises et signalisations. De nouveaux panneaux sont en cours de réalisation. Ces travaux seront menés en partenariat avec notamment l’association Prévention routière, les assureurs et vis à vis des séniors.
Les associations ont demandé que plus d’équipements soient prévus en prévention pour empêcher la poursuite de la circulation en contresens (la décision relève de l’Etat).

Un point sur l’offre intitulée « Liber -t » vacances qui concerne aujourd’hui 220 000 abonnés (via Internet ) a été fait : elle permet le paiement avec les chèques vacances après un dépôt à hauteur de 150 E maximum (dépôt valable 3 ans).

S’agissant du dépannage sur autoroute, il a été rappelé qu’il est réglementé avec des tarifs fixés par l’Etat. Des expérimentations concernent des voies réservées en région (périurbain pour les bus, avec des formations) et des voies réservées : taxis, bus : hors réseau concédé.

@ : hmarchal unaf.fr


Image : Logo ASFA
Haut de page