UNAF - Conditions d’interdiction des œuvres de cinéma aux moins de 18 ans : l’UNAF auditionnée par Jean-François Mary, président de la commission de classification des œuvres cinématographiques

Conditions d’interdiction des œuvres de cinéma aux moins de 18 ans : l’UNAF auditionnée par Jean-François Mary, président de la commission de classification des œuvres cinématographiques

30/11/2015

Logo de l’UNAF

L’UNAF a été auditionnée le vendredi 13 novembre 2015 par Jean-François Mary, président de la commission de classification des œuvres cinématographiques, dans le cadre de la mission sur les conditions d’interdiction des œuvres de cinéma aux moins de 18 ans que lui a confié Fleur Pellerin, Ministre de la Culture et de la Communication. L’UNAF était représentée par Olivier Andrieu-Gérard, responsable du pôle « Médias - usages numériques », Catherine Jacquemont et Marie Martinovitch, membres désignées par l’UNAF de la commission de classification.

Cette concertation s’inscrit dans un contexte marqué notamment par les décisions du Conseil d’Etat et du tribunal administratif de Paris concernant l’application de l’article R. 211-12 du Code du cinéma et de l’image animée.

Au cours de l’entretien, l’UNAF a rappelé au président de la commission que les interventions de ses représentants avaient pour fondement la protection des mineurs, ajoutant qu’il s’agit de la première des missions de la commission de classification des films.

Pour l’UNAF, Il s’agit de veiller à ce que le public mineur accède en salle à des contenus adaptés à son âge et aucunement de se prononcer sur la qualité du film, de prendre en compte les conséquences économiques de la classification demandée ou des possibilités de visionnage du film via d’autres canaux de diffusion.

C’est pourquoi, au regard de contenu de certains films soumis à la commission de classification ces dernières années, l’UNAF a réaffirmé son attachement au maintien d’une interdiction des films aux mineurs de 18 ans sans inscription sur la liste des films pornographiques.

L’UNAF a également rappelé lors de cet entretien que la commission, à laquelle l’UNAF est particulièrement attachée, doit rester un lieu d’écoute, de discussions et de débats argumentés et fondés. C’est pourquoi, l’UNAF estime qu’au-delà du maintien du dispositif « -18 ans hors pornographie », il est nécessaire de disposer d’un cadre sur lequel ses représentants peuvent s’appuyer pour soutenir leurs positions lors des débats préalables au vote sur l’avis de classification.

@ : ogerard unaf.fr


Image : Logo de l’UNAF
Haut de page