UNAF - Conférence de la famille 2005 : point sur les travaux du groupe de travail « Démographie »

Conférence 2005

Conférence de la famille 2005 : point sur les travaux du groupe de travail « Démographie »


18/04/2005

Illustration article

Deux groupes travaillent depuis janvier 2005 à la préparation de la prochaine conférence de la famille :

  • le premier sur « les enjeux démographiques et l’accompagnement du désir d’enfants »,
  • et le deuxième sur « la protection de l’enfant et les usages de l’internet ».

Ces deux groupes de travail en sont à présent à la phase ultime de l’élaboration de leurs rapports, qui serviront de base de travail pour la conférence. Les travaux s’achèveront avant la fin d’avril.

La date de la conférence n’est pas fixée.

Ces deux instances proposeront chacune une dizaine de mesures.

L’UNAF a résumé (http ://www.unaf.fr/article.php3 ?id_article=1915) les principaux points défendus par notre Institution dans le groupe de travail 2.

Le groupe de travail 1 (démographie, désir d’enfants) a centré ses travaux sur le principe du libre choix, marquant par là la poursuite de l’évolution de la politique familiale.

Celle-ci se trouve renforcée par l’idée qui sous-tend la réflexion de ce groupe : encourager l’accès des femmes à l’activité professionnelle, puisqu’il est démontré, contrairement à une idée répandue, qu’il n’y a pas antagonisme mais bien corrélation entre celle-ci et le nombre d’enfants. Les revenus tirés de cette activité rendent possible ou favorisent la venue de l’enfant.

Partant de là, il convient donc de rendre possible ou de faciliter l’exercice de ces deux volontés : avoir des enfants et exercer une activité professionnelle.

C’est ce que le groupe s’efforce de réaliser au travers des dix propositions dont l’objet principal sera de « permettre aux femmes - et aux hommes - exerçant une activité professionnelle d’avoir les enfants qu’elles - et ils - souhaitent, dans de bonnes conditions et sans compromettre la pérennité de leur activité professionnelle. »

Ajoutons que la lettre de cadrage donnée au groupe impose de travailler à budget pratiquement constant, ce qui conduit à séparer les souhaits pour un avenir espéré des propositions réalistes à faire dans un immédiat très contraint. C’est donc avec cette pensée à l’esprit qu’il faut analyser et interpréter, les idées émises.

Parmi les dix propositions figurent principalement :

  • la création d’un congé parental plus court mais mieux indemnisé, s’ajoutant à la solution du congé actuel (aucune atteinte aux droits existants),
  • la création d’un titre « accueil (garde) d’enfant » équivalent du titre restaurant,
  • l’amélioration de la situation de la femme enceinte et de la femme récemment accouchée,
  • des actions pour l’emploi des mères ayant interrompu durablement leur activité professionnelle et pour les étudiants-parents.
  • une carte famille nombreuse modernisée et valorisée,
  • des améliorations concernant le logement (revalorisations pérennes des aides à la personne, reconstruction des barèmes avec ressauts pour les 1ers et 3es enfants, etc...),
  • une information tant du corps médical que du grand public sur les aléas des grossesses tardives,
  • ...

Une troisième commission, qui n’était pas inscrite formellement dans le cadre de la conférence, et qui vient d’en être totalement dissociée, achève également ses réflexions : il s’agit de la commission « familles, vulnérabilité, pauvreté », présidée par M. Martin Hirsch.

Elle envisage actuellement 15 résolutions, dont plusieurs remettent en question des éléments fondamentaux de la politique familiale et, partant, sa définition et son avenir, dans un contexte difficile du point de vue économique et social. Ces propositions posent à l’UNAF de graves questions. Ajoutons qu’accessoirement, certaines vont à l’encontre de celles du groupe numéro 1 (notamment au sujet de la PAJE). L’UNAF sera donc conduite à marquer son désaccord total avec certaines des mesures préconisées.

Haut de page