UNAF - L’UNAF reçue par Emmanuel Barbe, Délégué interministériel à la Sécurité routière

L’UNAF reçue par Emmanuel Barbe, Délégué interministériel à la Sécurité routière

06/12/2016

L’UNAF, représentée par Stéphane Bernardelli, Administrateur et Hélène Marchal, chargée de mission au Département « Habitat et Cadre de Vie » a été reçue, à sa demande, par Emmanuel Barbe, Délégué interministériel à la Sécurité routière, le 23 novembre 2016. Pour rappel, une Convention-cadre associe l’UNAF et la DISR, depuis 2011, avec des engagements de part et d’autre, afin de lutter contre l’insécurité routière.

Plusieurs demandes auxquelles il a été répondu ont été formulées par l’UNAF durant l’entretien :

1. Eléments d’explications au vu des chiffres montrant une hausse des accidents et des victimes durant le mois de septembre
Le Délégué interministériel a fait le constat d’une hausse effective en septembre au regard de l’année précédente, mais a rappelé les mesures récentes prises afin d’enrayer la sinistralité, inscrites pour la plupart dans différents textes (loi de modernisation de la justice du XXIe siècle, loi Savary, loi de modernisation de notre système de santé de 2016).

Le Délégué interministériel a évoqué :
- la mise en place de tests de dépistage des conducteurs sans cause particulière,
- la création d’une base de données sur l’ensemble des vitesses maximales autorisées sur le territoire,
- la surveillance des infrastructures routières (lecture des plaques d’immatriculation et lutte contre le défaut d’assurance des véhicules),
- le contrôle de l’utilisation du portable au volant.

Les informations disponibles en open data permettront aux éditeurs (GPS), ou service de cartographie de les intégrer et seront une aide à la conduite.

Les autres mesures évoquées ont été la sécurisation des motards avec l’obligation du port des gants homologués, les incitations qui visent la formation post-permis, une stratégie de radars annoncée plus forte, la baisse imposée des vitesses (ex : routes bi directionnelles).

S’agissant des victimes, les constats récents montrent qu’il est primordial agir en direction des piétons, des personnes âgées et vis-à-vis de l’usage du portable au volant.

2. Mise en place, par l’UNAF, d’une action de formation en direction de son réseau relative à la Sécurité routière. Des engagements ont été pris par le DISR, en matière d’outils et d’accompagnement durant les formations.

3. En réponse à la sollicitation de l’UNAF visant à ce que les représentants du réseau soient invités dans les instances départementales, le Délégué interministériel à la Sécurité routière a proposé de transmettre au Préfet la liste des représentants familiaux.

De plus, le Délégué interministériel à la Sécurité routière a indiqué :

  • que l’UNAF était un interlocuteur et partenaire important ;
  • qu’il était disponible pour participer à une prochaine manifestation de l’UNAF.

4. Emmanuel Barbe a retenu l’idée proposée par l’UNAF et son groupe de travail d’inscrire dans le programme du BAFA la sécurisation des enfants à bord.

Haut de page