UNAF - L’été, il y a beaucoup plus de morts sur les routes de France

Réalités Familiales n°116/117

L’été, il y a beaucoup plus de morts sur les routes de France


03/07/2017

Illustration article

L’été, ce moment tant attendu pour se reposer, se retrouver en famille et entre amis. Tous ces instants de bonheur partagés avec ceux que l’on aime ne doivent pas s’interrompre par un drame de la route.

L’été est en effet la saison qui enregistre le plus d’accidents meurtriers sur nos routes. En 2015, près d’un millier de personnes (989) ont perdu la vie pendant la période estivale [1]. et près de 20 000 (18 961) ont été blessées dont environ un tiers ont dû être hospitalisées (7 616). En moyenne, les mois d’été, le nombre de morts par semaine sur les routes de France peut doubler et passer de 45 en hiver à 95 [2] en été. Le pic de mortalité se situe le plus souvent en juillet.

« Tous touchés, tous concernés, tous responsables »

Ces chiffres sont d’autant plus dramatiques qu’ils sous estiment la véritable amplitude de la douleur. Comme le répète la nouvelle signature de la Sécurité routière, « Derrière chaque victime de la route, il y a des victimes dans la vie ». L’onde de choc que provoque un accident va bien au-delà des seules personnes accidentées. Ce sont un père, un frère, une sœur, des amis, des collègues qui sont affectés eux aussi, souvent à vie.
Les usagers de deux-roues motorisés sont parmi les plus touchés. Un tiers des motards tués sur la route pendant l’année meurent en juin et juillet. Les enfants âgés de moins de 14 ans sont aussi les grandes victimes de la route des vacances : 40 ont perdu la vie entre juin et juillet 2015, 101 au cours de l’année.

Un facteur aggravant, la fatigue au volant

La vitesse, l’alcool, la prise de stupéfiants ou encore la distraction au volant sont les principales causes d’accidents de la route et souvent elles se cumulent. Toutefois, l’été, la fatigue et le malaise au volant s’ajoutent comme grands facteurs d’accident. Alors qu’en moyenne, sur l’année 2015, 9 % des personnes tuées l’ont été à cause de la somnolence au volant, ce pourcentage passe brusquement à 14 % durant le mois de juillet. Sont en cause les longs trajets effectués sans respecter les pauses de deux heures.

Un départ, ça se prépare

Limiter les risques en conduisant, c’est possible, et pour cela, quelques précautions avant de partir sont indispensables.

  • Planifier son trajet et s’informer
    Cela peut paraître anodin, mais il est important de se renseigner sur les conditions météorologiques (site de Météo France) et sur le trafic (site de Bison Futé) avant de partir. Anticiper le trajet et en évaluer la durée est essentiel pour ne pas se laisser surprendre par des imprévus. Et puis, qui sait, peut-être, lors de vos recherches, découvrirez-vous que vous passez devant ce magnifique château dont vous avez tant entendu parler ? Tout en faisant une pause, vous en profiterez alors pour le visiter avec les enfants. Et n’oubliez pas : ne vous fixez pas d’heure d’arrivée qui ajouterait du stress et la tentation d’aller plus vite. Vous êtes en vacances !
  • Vérifier l’état général du véhicule

Assurez-vous que votre véhicule est en parfait état. Non seulement vous partirez beaucoup plus serein, mais en plus vous limiterez largement les risques d’accident. Veillez à examiner l’état et la pression de vos pneus, particulièrement lorsque votre véhicule est chargé. N’oubliez pas que le triangle de présignalisation et le gilet de sécurité sont obligatoires et doivent se trouver à portée de main.

  • Se reposer

La somnolence étant l’une des causes d’accident l’été, il est fortement recommandé de bien dormir la veille de votre départ et d’éviter de partir entre 2 et 6 heures du matin, car la nuit amplifie le risque d’accident. Soyez également vigilant à toute prise de médicaments car certains sont incompatibles avec la conduite. Ils sont signalés, sur la boîte du médicament, par des vignettes et des pictogrammes spécifiques. N’hésitez pas à en parler avec votre médecin ou votre pharmacien.

« L’été, la fatigue et le malaise au volant s’ajoutent comme grands facteurs d’accident. »

Sur la route, prudence et vigilance

  • Refuser l’excès de vitesse
    Environ un tiers des Français reconnaissent ne pas respecter les limitations de vitesse alors même qu’en roulant sur une autoroute pendant une heure à 140 km/h (au lieu des 130 km/h autorisés), vous ne gagnerez que trois minutes sur 100 kilomètres. Non seulement la vitesse ne rapporte rien, mais en plus elle coûte très cher en amplifiant le risque et la gravité de l’accident. Pour preuve, un choc à 130 km/h correspond à une chute de 22 étages. C’est pourquoi une limitation ne signifie pas que vous devez obligatoirement rouler à cette vitesse. Il faut adapter sa conduite aux conditions – intempéries et trafic – et respecter les distances de sécurité (deux traits de la bande d’arrêt d’urgence).

« Ne vous fixez pas d’heure d’arrivée qui ajouterait du stress et la tentation d’aller plus vite. Vous êtes en vacances ! »

  • Faites confiance aux femmes !

La concentration est un gage de réactivité et de vigilance. Une pause toutes les 2 heures, de 15 à 20 minutes, permet de s’aérer l’esprit et de se dégourdir (voire de se cultiver si vous avez choisi l’option château), mais vous pouvez aussi simplement passer le volant. Car malgré les nombreuses remarques et plaisanteries entendues souvent sur la conduite des femmes, les auteurs présumés d’accident mortel sont en réalité à plus de 82 % des hommes.

  • Oublier le portable
    Vous êtes « accro » au téléphone portable ? Alors confiez votre « joujou » à votre copilote ou téléchargez l’application « Mode conduite » de la Sécurité routière. Elle est gratuite ! Si certains conducteurs sont distraits au volant par leurs bambins qui chahutent sur la banquette arrière, c’est avant tout le téléphone portable qui est le principal distracteur, et « textoter » en conduisant multiplie par 23 le risque d’accident. Quand vous êtes au téléphone, qui est au volant ?
  • Prendre toujours soin de ses passagers
    La première chose à faire avant de démarrer est de vous assurer que tous vos passagers sont bien attachés. Pensez également à bien vérifier, durant le trajet, que vos jeunes enfants ne se sont pas détachés. N’hésitez pas à chouchouter vos passagers pour qu’ils soient à l’aise et se sentent au mieux à bord. Prévoyez des bouteilles d’eau pour qu’ils s’hydratent, des petits oreillers pour qu’ils puissent s’endormir… Si vous avez des enfants, n’oubliez pas que le siège rehausseur est obligatoire jusqu’à l’âge de 10 ans. Comment occuper vos turbulents chérubins ? Téléchargez l’application « Sécurité routière junior » ou alors imprimez le carnet de jeux « Grands départs en vacances », téléchargeable sur le site internet de la Sécurité routière.

Parents, ne l’oubliez jamais, vous êtes les premiers modèles de conduite pour vos enfants. Bien conduire, c’est déjà leur montrer les bonnes pratiques qui, un jour, pourront leur sauver la vie. C’est votre héritage le plus important.


Pour commander ce numéro :

Réalités Familiales n° 116-117 : « Loisirs et vacances en famille »
Prix : 10 € + 3,15 € de frais de traitement, à commander à l’UNAF, Service Relations extérieures :
28, place Saint-Georges 75009 Paris Tél. : 01 49 95 36 00
E-mail : realites.familiales unaf.fr

[1Mois de juin, juillet et août

[2En 2014, selon l’ONISR, 45 personnes ont été tuées pendant la semaine du 20 au 26 janvier et 95 sur la semaine du 16 au 22 juin

Haut de page