Actualités législatives du 4 au 8 décembre 2017

Question au Gouvernement sur la fin de vie : réponse de la Ministre des solidarités et de la santé sur la fin de vie

12/12/2017

Illustration article

Actualités législatives du 4 au 8 décembre 2017 : Question au Gouvernement sur la fin de vie

En réponse à une question de M. Olivier Falorni, (Charente-Maritime, NI) sur la fin de vie le 29 novembre dernier, retrouvez en ligne la réponse de la Ministre des solidarités et de la santé, Mme Agnès Buzyn.

"Monsieur le député, la loi créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie, dite loi Claeys-Leonetti, date du 2 février 2016.
Elle affirme l’opposabilité des directives anticipées, précise la conduite à tenir en l’absence de telles directives, et plus généralement l’accompagnement dont doit bénéficier la personne en fin de vie. Elle permet la sédation profonde et prolongée.
Après la loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie, dite loi Leonetti, cette loi de 2016 a été l’aboutissement de débats qui ont duré plusieurs années.
L’évaluation de la loi de 2005 a montré qu’elle était insuffisamment connue : seuls 2,5 % des Français connaissaient l’existence des directives anticipées et seuls 53 % des professionnels, dont les médecins, la connaissaient – mais mal.
Ce n’est qu’après une évaluation de cette loi, et une mission conduite par les députés Alain Claeys et Jean Leonetti, que la proposition de loi de 2016 a été présentée au Parlement.
Avant d’envisager un nouveau débat sur la fin de vie, la loi actuelle doit à son tour faire l’objet d’une évaluation concernant ses modalités de mise en œuvre dans nos établissements ainsi que son déploiement.
J’ai ainsi demandé à l’inspection générale des affaires sociales, l’IGAS, un rapport qui permettra de faire un point d’étape sur la loi Claeys-Leonetti de 2016 ; il devrait m’être remis d’ici le printemps 2018.
À ce jour, le Gouvernement n’envisage pas de réforme ni de calendrier spécifique concernant la fin de vie. Vous le savez, il s’agit d’un sujet éminemment compliqué ; nous ne pourrons légiférer que sur la base d’une évaluation des dispositifs mis en place par une loi qui ne date que de dix-huit mois et dont les décrets d’application ont été pris il y a moins d’un an. Laissons-nous donc le temps de l’évaluation."

@ : cmenard unaf.fr

Haut de page