Assemblée plénière du CESE : Tourisme et numérique - Déserts médicaux

21/12/2017

Illustration article

L’assemblée plénière du Conseil économique, social et environnemental s’est tenue les 12 et 13 décembre 2017 avec, à l’ordre du jour les questions suivantes : Tourisme et numérique - Déserts médicaux.

Déclaration du groupe de l’UNAF Tourisme et numérique

Le tourisme est un secteur économique d’importance en France tant pour les familles qui en vivent, que pour l’attractivité des territoires. L’irruption du numérique dans ce secteur a d’ores et déjà eu des effets considérables : notamment l’évolution des pratiques des touristes, l’installation des plateformes de réservation en ligne, le défi pour les territoires de leur visibilité sur internet pour renforcer leur attractivité. Il ne s’agit donc pas pour les lieux de tourisme d’un simple virage technologique à prendre mais bien d’une mobilisation de tous les intervenants, pour intégrer le numérique dans la définition de leur stratégie touristique, et de valoriser leurs atouts hors des sentiers battus.

Le Groupe de l’UNAF rappelle que les vacances en famille constituent un droit pour l’enfant selon l’article 31 de la Convention internationale des droits de l’enfant. Elles offrent des espaces et des temps partagés entre les parents et leurs enfants permettant de resserrer les liens intra-familiaux. Toutefois comme le souligne avec réalisme l’avis, il continue d’exister une « fracture touristique » puisque selon les études entre un quart et un tiers des Français ne partent pas en vacances, soit 21 millions de Français (40 % des adultes et 30 % des enfants). Comment remédier à cette situation bloquée depuis plus de vingt ans, tout en favorisant le développement d’un tourisme participant au développement durable ?

Pour ce faire, le Groupe de l’UNAF tient à souligner l’importance et la nécessité de revitaliser le tourisme associatif et solidaire. Cette dimension est un élément essentiel de toute politique familiale. Cela passe notamment par un effort d’investissement visant à réhabiliter, rénover, promouvoir des lieux d’accueil anciens ou nouveaux qui permettent aux familles d’être accueillies dans les meilleurs conditions et au moindre coût. Mais cela passe aussi par la prise en compte du quotient familial pour permettre aux familles d’accéder aux vacances même en cas de faibles revenus.

Ces préalables étant acquis, nous partageons la nécessité autant que faire se peut de généraliser et de mutualiser de très nombreuses initiatives prises par les acteurs sur le terrain. Ainsi nous relevons les deux exemples suivants :

  • Cap France, organisme du tourisme associatif, membre associé de l’UNAF, a initié le label « Chouette Nature » en 2004 afin de promouvoir une restauration collective respectueuse de la santé et d’encourager les économies dans la consommation d’eau ;
  • Les classes de mer, de neige ou classes vertes doivent être maintenues, développées, amplifiées ; il faut à cette fin, par tous moyens, parvenir à en réduire les coûts pour les familles et conserver l’objectif premier de ces classes de découverte de l’environnement.

Le Groupe de l’UNAF a voté l’avis.

Déclaration du groupe de l’UNAF Déserts médicaux

Le constat dressé par la Cour des comptes dans son rapport sur l’avenir de l’assurance maladie rendu public le 29 novembre dernier est sans appel : « Les politiques visant à corriger les inégalités de répartition se sont développées en France depuis le milieu des années 2000, selon une logique essentiellement incitative. Éclatées entre l’État, l’assurance maladie et les collectivités territoriales, elles sont coûteuses au regard des faibles résultats obtenus. »

Face à ce constat, le Groupe de l’UNAF rappelle que le pendant de la liberté d’installation des médecins est celui de la liberté de choix du patient de son médecin. Or aujourd’hui, dans certains territoires, cette liberté ne trouve plus à s’exercer faute de médecins. L’équilibre sur lequel est fondée la médecine libérale depuis 1927 est donc rompu. Le présent avis trace des pistes pour restaurer cet équilibre et faire que l’offre de soins dans un territoire réponde mieux aux besoins des familles et de la population, qui y résident.

Pour le Groupe de l’UNAF, la préconisation, qui appelle au renforcement des soins primaires est essentielle. L’association des usagers à l’organisation du système de santé est au cœur de cette question. La création récente de France Assos Santé –union d’associations d’usagers du système de santé- y contribue. Cela permettra ainsi de développer des actions d’information dès le plus jeune âge notamment à travers le parcours éducatif pour la santé afin de faciliter la compréhension et l’utilisation de notre système de soins. Cette sensibilisation devra se faire également tout au long de la vie, notamment au sein de la famille, afin de rendre chacun acteur et responsable de sa santé.

Permettre la prévention tout au long de la vie est une évolution indispensable du système santé encore trop tourné vers le curatif et insuffisamment sur le préventif. Toutefois, faire de la prévention en santé ne s’improvise pas. La préconisation visant à mobiliser des jeunes en service civique suppose comme d’ailleurs pour le futur service sanitaire des étudiants en santé, que ces jeunes soient formés tant sur la pédagogie que sur le contenu des sessions de prévention.

Enfin, le développement de la télémédecine est une voie d’avenir déjà en marche, sous réserve d’une couverture numérique haut débit de l’ensemble du territoire. Pour qu’elle puisse être une des réponses pour lutter contre les déserts médicaux, il faut que ses apports soient expliqués aux patients pour que la télémédecine n’apparaisse pas comme une compensation de la désorganisation du système de santé, mais bien comme un outil au service de l’amélioration de la qualité des soins. Cette évolution nécessitera cependant une véritable politique d’accompagnement pour les publics les plus fragiles.

Le Groupe de l’UNAF a salué ce premier travail construit à partir de la veille sur les pétitions sur internet et a voté l’avis.

@ : cmenard unaf.fr

Haut de page