UNAF - UDAF 87 - Haute-Vienne - Familles de Haute-Vienne (1999)

Etude généraliste

UDAF 87 - Haute-Vienne - Familles de Haute-Vienne (1999)


30/11/1998

 

Familles de Haute-Vienne - Synthèse


1. Introduction

Contexte de mise en place de l’Observatoire Départemental de la Famille

L’ordonnance du 3 mars 1945 modifiée par la loi du 11 juillet 1975
confère à l’U.N.A.F. et aux U.D.A.F. 4 missions :

  • Donner leur avis aux pouvoirs publics sur les questions d’ordre familial
    et leur proposer les mesures qui paraissent conformes aux intérêts
    matériels et moraux des familles ;
  • Représenter officiellement auprès des pouvoirs publics
    l’ensemble des familles et, notamment, désigner ou proposer les
    délégués des familles aux divers conseils, assemblées
    ou autres organismes institués par l’Etat, le département,
    la commune ;
  • Gérer tout service d’intérêt familial dont les
    pouvoirs publics estimeront devoir leur confier le charge ;
  • Exercer devant toutes les juridictions, sans avoir à justifier
    d’un agrément ou d’une autorisation préalable de l’autorité
    publique, l’action civile relativement aux faits de nature à
    nuire aux intérêts moraux et matériels des familles.

C’est dans le cadre de ces missions que l’U.D.A.F. de la Haute-Vienne,
en coordination avec les U.D.A.F. de Creuse et de Corrèze et l’Union
Régionale s’est dotée d’un Observatoire de
la Famille
.

Cette démarche offre l’avantage d’associer les familles aux décisions
qui les concernent, mais aussi de s’adresser à toutes les tranches
de la population et de recueillir l’opinion de toutes les catégories
de ménages.

L’U.D.A.F. de la Haute-Vienne a souhaité s’associer avec un cabinet
d’études économiques et sociologiques, le Cabinet
ECARTS
, afin de s’entourer de toutes les précautions nécessaires
à une démarche scientifique.

Carte d’identité de la Haute-Vienne

La Haute-Vienne dans la France

Classé 66ème département français
par sa superficie (5520 km2), la Haute-Vienne se place au 61ème
rang national pour la population, au 57ème rang pour la
densité (64 hab./km2), supérieure à la moyenne régionale,
mais d’un bon tiers inférieure à celle observée au
niveau national (selon les résultats du recensement de 1990).

Population de la Haute-Vienne

Mais derrière ces chiffres se cache toutefois une répartition
très inégale du peuplement : 85% des communes se placent
en dessous du seuil départemental.

De 1982 à 1990, la Haute-Vienne a attiré plus de personnes
qu’elle n’en a laissé partir ; les arrivées l’emportent sur
les départs d’une centaine par an et au delà des mutations
sociologiques qu’ils provoquent, les courants migratoires ont une incidence
décisive sur la distribution spatiale de la population.

Les villes les plus importantes déclinent, les communes à
proximité plus ou moins immédiate des grands pôles
attirent les ménages, mais le Nord-Est du département (qui
échappe à l’aire d’influence de la zone de peuplement industriel
et urbain de Limoges) perd des habitants du fait de l’émigration.

Le milieu rural profond poursuit son déclin mais il a bénéficié
de flux migratoires positifs de 1982 à 1990. Loin d’être
une terre d’exode, il attire à nouveau même si ce phénomène
attractif doit être nuancé car de nombreuses communes à
proximité des villes abritent de plus en plus de « faux ruraux »
(actifs travaillant à la ville).

Les résultats qui ressortent de cette enquête, même si
elle met côte à côte des thèmes aussi variés
que riches d’information, donnent une idée déjà précise
des comportements des familles de Haute-Vienne.

-----

Cette première enquête a été voulue très
généraliste quant à l’approche de la vie quotidienne
des ménages de la Haute-Vienne, traitant à la fois des valeurs
ou des relations entre les individus d’une même famille, c’est-à-dire
de ce que chacun peut ressentir dans ce qui constitue une famille aujourd’hui,
mais aussi d’aspects plus spécifiquement matériels tels
que le logement ou le budget.

Grâce à ce tour d’horizon sur l’ensemble des conditions
de vie des ménages de la Haute-Vienne, nous sommes en mesure de
pouvoir dresser un état des lieux de la situation familiale dans
le département, mais aussi de la façon dont elle est vécue
et ressentie.

Ont donc été traités dans cette première
enquête les chapitres suivants : la vie familiale, le logement,
la santé, l’éducation et la consommation.

SOMMAIRE


2. La vie familiale

Les valeurs

Comment s’organise la vie familiale des ménages de
la Haute-Vienne ?

Sur quelles valeurs reposent les
bases de la famille, à quoi attribuent-ils leur réussite
dans la vie ?

Pour répondre à toutes ces questions, il conviendrait
sans doute de citer d’emblée les définitions que les ménages
de Haute-Vienne ont de la famille.

Un groupe de personnes unies ou non par les liens du sang, solidaire
ou amour et entraide structurent l’entité familiale, assurant à
chacun de ses membres bonheur et bien être.

Mais les comportements des familles sont-ils le reflet des définitions
qui sont avancées ?

Graphique 1 : Quelles sont pour vous les bases de
la famille ?

alt="G%E9n%E9ralword00.gif" border="0"/>

 

La notion de couple uni est l’une des bases de la
famille (graphique 1), mais aussi une des réussites
essentielles
de la vie des ménages de Haute-Vienne (graphique
2).

Sont citées comme autres bases de la famille : "une bonne communication
parents-enfants« (67%), »la confiance« (61%) et »la présence d’enfants"
(58%).

La famille se reconnaît aujourd’hui tant au travers des valeurs
fondatrices et traditionnelles du mariage (couple et enfants), mais moins
par la concrétisation de l’acte. En effet, la notion même
de mariage, en tant que base de la famille est repoussée au 6ème
rang par les ménages, citée par 43% des ménages qui
lui préfèrent celle de confiance.

Quelles sont pour vous les bases de la famille ? (par
tranches d’âge).

moins de 30 ans de 30 à 59 ans plus de 60 ans
Une bonne communication parents/enfants 79% 70% 60%
Un couple uni 70% 64% 70%
La confiance 70% 59% 60%
Les enfants 50% 58% 60%
L’amour 62% 38% 52%
Le mariage 26% 27% 69%
La solidarité 32% 38% 40%
La participation des grands-parents 9% 14% 30%

Les moins de 30 ans plébiscitent comme base de la famille "une
bonne communication parents/enfants", un couple uni et la confiance. La
part consacrée au mariage par les moins de 30 ans est l’une des plus
faibles (26%), alors que les plus de 60 ans citent « le mariage » à
69 %, l’une des plus fortes.

Une des réussites dans la vie
et jugée « très importante » par les ménages du département, c’est
« avoir des enfants heureux et équilibrés » : 99%. Cette réussite
est aussi relayée par une solidarité qui s’exprime "en rendant
service et en étant ouvert aux autres".

Graphique 2 : Comment définissez-vous votre
réussite dans la vie ? (degré retenu : « très important »).<img
src="etudes/87 general/01.gif" alt="G%E9n%E9ralword01.gif" border="0"/>

 

Simples constatations ou résultats d’une évolution
des mentalités ? Dans ce cas, qu’en est-il des valeurs à
travers les générations ?

Même si l’on observe une correspondance entre les valeurs reçues
et transmises, celle-ci ne s’opère pas de façon strictement
équivalente (graphique 3). D’un ensemble de trois valeurs essentiellement
reçues, honnêteté, travail et politesse, on passe
à un ensemble beaucoup plus homogène de valeurs transmises,
où l’on retrouve les valeurs précédemment citées
mais dans de plus faibles proportions ; et s’ajoutant à celles-ci
la tolérance, la solidarité et la responsabilité.

Exemple : l’honnêteté est une valeur reçue
par 70% des ménages de la Haute-Vienne, mais elle n’est plus transmise
que par 54% d’entre eux.

Graphique 3 : Quelles sont les valeurs que vous transmettez
à vos enfants ?
G%E9n%E9ralword02.gif

Quelles sont les valeurs que vos parents vous ont transmises ?

« Progresser dans son activité professionnelle »
est une réussite dans la vie jugée très importante
par 41% des ménages vivant en milieu urbain (ils ne sont que 33%
des ménages ruraux à l’évoquer comme quelque chose
de très important), mais "avoir une vie sociale
intense"
est jugée très important par 23% des ménages
ruraux et 19% des ménages urbains.

Exemple de quelques valeurs ( par tranches d’âge).

Quelles sont les valeurs que vous avez reçues
de vos parents ?

Moins de 30 ans De 30 à 60 ans Plus de 60 ans
La tolérance 29% 22% 25%
Le travail 56% 60% 73%
La responsabilité 35% 35% 37%

Quelles sont les valeurs que vous transmettez à
vos enfants ?

Moins de 30 ans De 30 à 60 ans Plus de 60 ans
La tolérance 41% 44% 35%
Le travail 29% 39% 58%
La responsabilité 23% 42% 40%

 

Les modes de vie

La notion d’union entre les personnes, fait-elle référence
à celle du couple uniquement, ou bien à des personnes de générations
différentes ?

Comment alors, les familles de la Haute-Vienne établissent-elles
leurs relations entre jeunes et moins jeunes ?

Quelle est la fréquence des contacts entre jeunes
et moins jeunes, et quels sont les rôles que l’on assigne aux grands-parents
d’aujourd’hui ?

Pour 63% des familles interrogées, les petits-enfants et les
grands-parents ont un contact (par téléphone, par courrier
ou une rencontre) au moins une fois par semaine (graphique 4).

Graphique 4  : Dans votre famille, petits-enfants
et grands-parents ont-ils des contacts ? (courrier, téléphone,
rencontre )G%E9n%E9ralword03.gif

 

Ce contact très présent entre petits-enfants et grands-parents
est d’autant plus important que le rôle qui est assigné en
priorité à ces derniers, est de donner de l’affection, mais
aussi d’assurer la cohésion familiale : un rôle de transmission
tant de valeurs morales que de savoirs, de garantie bien avant un soutien
financier.

Les relations inter-générationnelles sont plus fréquentes
en milieu rural qu’en milieu urbain.

En effet, 46% des ménages résidant en milieu rural déclarent
que petits-enfants et grands-parents ont un contact une fois par semaine,
alors qu’ils ne sont que 32 % en milieu urbain.

Graphique 5 : Dans votre famille, petits-enfants
et grands-parents ont-ils des contacts ? (milieu rural/milieu urbain)

Le cercle de la famille est néanmoins très présent
autour des enfants : les parents haut-viennois sont eux-mêmes très
nombreux à partager des activités avec leurs enfants. Même
si peu d’activités sont partagées quotidiennement, mis à
part les devoirs scolaires (44% des ménages les partagent tous
les jours avec leurs enfants), nombreux sont ceux qui partagent des activités
avec leurs enfants au moins une fois par semaine, ou au moins une fois
par mois. Ils sont 54% à partager des réunions de famille,
34% à partager des promenades avec leurs enfants au moins une fois
par semaine. Sports et spectacles sont cités respectivement par
28% et 55% des ménages au moins une fois par mois.

Le principal mode de garde des enfants de moins de 6 ans, est celui
effectué par une assistante maternelle : 40% des répondants.

Viennent immédiatement après, les parents eux-mêmes
(38%). Ces derniers sont plus nombreux à garder eux-mêmes
leurs enfants en milieu urbain qu’en milieu rural : 41% contre 33%.

La politique familiale et sociale

Quels jugements les familles de la Haute-Vienne portent-elles
sur la politique sociale et familiale en vigueur ?

S’il
doit y avoir des priorités, quelles seraient celles données
par les ménages du département ?

Le sentiment général qui ressort lorsque les familles
sont interrogées sur le système des prestations sociales,
est assez satisfaisant, mais quelques améliorations pourraient
être néanmoins apportées.

Ce sont les allocations familiales qui semblent les plus satisfaisantes
aux yeux des ménages. En effet, plus de 60% des ménages
ont un sentiment positif à leur égard, ce qui n’est pas
le cas des autres prestations sociales proposées et pour lesquelles
l’opinion positive n’est pas aussi marquée.

Graphique 6a : Le système actuel des allocations
familiales vous paraît ...

<img
src="etudes/87 general/04.gif" alt="G%E9n%E9ralword04.gif" border="0"/>

Graphique 6b : Le système actuel des aides
au logement vous paraît ...

alt="G%E9n%E9ralword05.gif" border="0"/>

Les aides au logement paraissent satisfaisantes pour 49% des ménages,
l’AAH et l’API semblent être satisfaisantes pour 38% et pour 37%
des ménages.

Graphique 6c : Le système actuel de l’allocation
parent isolé vous paraît ..

alt="G%E9n%E9ralword06.gif" border="0"/>

Graphique 6d : Le système actuel de l’allocation
adulte handicapé vous paraît ....

G%E9n%E9ralword07.gif

Ce sont les ménages du milieu rural qui semblent les moins satisfaits
de l’allocation adulte handicapé, puisqu’ils sont 34 % à
avoir un sentiment positif, contre 41% des ménages urbains.

Les ménages ont davantage exprimé leur opinion sur les
aides au logement, les allocations familiales et le R.M.I., que pour l’AAH
et l’API. Le pourcentage des « sans opinion » allant jusqu’à 36%
des ménages, quelles sont alors les raisons d’un tel résultat
 ? Les ménages « sans opinion » le sont-ils parce qu’ils ne connaissent
pas ces mesures, parce qu’ils ne sont pas concernés ?

Très satisfaisant Satisfaisant Assez satisfaisant Peu satisfaisant Pas du tout satisfaisant Sans opinion
Allocations Familiales 7% 28% 27% 13% 11% 14%
Revenu Minimum d’Insertion 5% 12% 16% 26% 20% 21%
Allocation Adulte Handicapé 3% 15% 19% 15% 10% 36%
Allocation Parent Isolé 5% 13% 19% 17% 11% 35%
Aides au Logement 7% 20% 22% 20% 17% 14%

 

Le tableau reprend sous une forme plus détaillée les
précédents résultats.

Ont été regroupés sous le terme « sentiment positif »,
les opinions « très satisfaisant », « satisfaisant », « assez satisfaisant ».

Ont été regroupés sous le terme « sentiment négatif »,
les opinions « peu satisfaisant » et « pas du tout satisfaisant ».

Si des priorités devaient être données en matière
de dépenses sociales, les ménages de Haute-Vienne s’accordent
sur le fait que c’est à la maladie, puis à la famille qu’elles
devraient être allouées, à la vieillesse puis à
l’exclusion.

La vie civique

Comment les ménages sont-ils impliqués dans
la vie associative et politique ?

En ce qui concerne la connaissance
par les familles de leurs droits, celles-ci semblent mieux informées
de leurs droits civiques : 23% des ménages se disent « informés »,
mais 35% « peu informés » (graphique 7).

Graphique 7 : Etes-vous correctement informé
de vos droits ?

alt="G%E9n%E9ralword08.gif" border="0"/>

 

Le niveau de l’information sur les droits sociaux et de consommateurs
est partagé entre « peu » et « moyennement informé », les taux
se situent alors autour de 36% des ménages interrogés.

Les droits patrimoniaux représentent le domaine où le
sentiment de ne pas être bien informé est le plus fort :
20% des ménages se disent non informés et 41% « peu informés ».

Bien que l’engagement des ménages du département dans
la vie municipale n’est effectif que pour 7% d’entre eux (10% se disent
engagés en milieu rural et seulement 6% en milieu urbain), une
majorité adhère néanmoins à au moins une association
(graphique 8) : l’engagement pour les associations de type sportif, culturel
et social est particulièrement vrai.

Graphique 8 : Faites-vous partie d’une association
 ?

<img
src="etudes/87 general/09.gif" alt="G%E9n%E9ralword09.gif" border="0"/>

Les familles attendent avant tout du secteur associatif "qu’il développe
la solidarité« , »permette des rencontres« et »engage des actions".
D’autre part, elles considèrent que les actions de ce secteur semblent
insuffisamment prises en compte par les Pouvoirs Politiques pour 59% d’entre
elles, qu’elles soient urbaines ou rurales.

Les ménages urbains sont plus nombreux à adhérer
à une association culturelle, sportive et religieuse que les ménages
ruraux, mais ces derniers sont plus nombreux à adhérer à
une association de type familial ou social.

Le troisième rôle que les ménages urbains accordent
au secteur associatif, c’est « qu’il engage des actions » critère
qui n’est cité qu’en sixième position par les ménages
ruraux, ces derniers ayant plutôt cité en troisième
position, « créer et gérer des services ». Des besoins différents,
des aspirations et des mentalités différentes, suffisent-elles
à expliquer cette variation ?

Graphique 9  : Faites-vous partie d’une association
 ? (catégorie socioprofessionnelle)

alt="G%E9n%E9ralword10.gif" border="0"/>

Ont été regroupés sous la désignation
« salariés moins aisés » : employés, ouvriers.

« salariés aisés » : cadres, professions intellectuelles
supérieures et professions intermédiaires.

« professions indépendantes » : agriculteurs exploitants, artisans,
commerçants, chefs d’entreprises.

SOMMAIRE


3. Le logement - Statut d’occupation des logements - Choix du logement et Accession à la propriété

De quelle façon est constitué le parc immobilier
haut-viennois ?

Qu’est-ce qui guide les ménages dans le choix
de leur logement, quels sont leurs critères ?

La Haute-Vienne reste un département où les ménages
sont largement propriétaires de leur logement
(61% des ménages du département) (graphique 10), mais ce
qui pousse locataires et propriétaires dans le choix d’un logement,
c’est le prix, l’environnement et le confort de celui-ci (tout ménage
confondu).

Graphique 10 : Etes-vous ?

alt="G%E9n%E9ralword11.gif" border="0"/>

Les ménages résidant en immeuble se rencontrent plus en
milieu urbain (44%) qu’en milieu rural (17%), alors que les ménages
résidant en logement individuel sont plus nombreux en milieu rural
(83%) qu’en milieu urbain (56%).

Les ménages du milieu rural privilégient l’environnement
alors que les ménages du milieu urbain privilégient le prix.
La taille du logement est un critère plus important pour les ménages
du milieu urbain, puisqu’il apparaît en 3ème position
alors qu’il ne vient qu’en 5ème position pour les ménages
ruraux.

Les ménages sont insatisfaits de leur logement à cause
des problèmes de voisinage, de la taille inadaptée du logement
et d’un manque de confort.

Même si la taille est inadaptée en milieu urbain, le manque
de confort n’est pas la raison principale d’insatisfaction des ménages
urbains, alors que c’est un critère d’insatisfaction des ménages
du milieu rural (cité en 2ème position). De même,
les ménages du milieu urbain rencontrent plus de problèmes
de voisinage (58%) que ceux du milieu rural (36%).

Occasion à saisir, constitution d’un patrimoine, stabilité
de la situation professionnelle ou même héritage, voici énoncé
les facteurs qui encourageraient davantage les ménages à
franchir le pas et à devenir acquéreurs.

Les aides au logement jugées « peu satisfaisantes » ou "pas du
tout satisfaisantes" (31%) conjugué au sentiment de ne pas être
informé des droits patrimoniaux (20% des ménages) sont-ils
à mettre en corrélation ?

 

Graphique 11a : Quel est l’élément économique
qui vous a ou pourrait vous inciter à accéder à la
propriété ?

<img
src="etudes/87 general/12.gif" alt="G%E9n%E9ralword12.gif" border="0"/>

Graphique 11b : Quel est l’élément familial
qui vous a ou pourrait vous inciter à accéder à la
propriété ?

alt="G%E9n%E9ralword13.gif" border="0"/>

L’occasion à saisir est le 2ème critère
qui inciterait ou a incité les ménagesLe changement de taille
de la famille est un élément qui a incité ou inciterait

du milieu urbain (25%) à accéder à la propriété,
contre 17 % des ménages 15% des ménages du milieu urbain
à accéder à la propriété, contre 6%
en

du milieu rural.milieu rural. A contrario, la proximité d’un
membre de la famille est citée par 17% des ménages ruraux,
contre 6% des ménages urbains.

Graphique 12a : Quel est l’élément
économique qui vous a ou pourrait vous inciter à accéder
à la propriété ?

<img
src="etudes/87 general/14.gif" alt="G%E9n%E9ralword14.gif" border="0"/>

Graphique 12b : Quel est l’élément familial
qui vous a ou pourrait vous inciter à accéder à la
propriété ?

alt="G%E9n%E9ralword15.gif" border="0"/>

Ont été regroupés sous la désignation"salariés
moins aisés" : employés, ouvriers.

  • « salariés aisés » : cadres, professions intellectuelles
    supérieures et professions intermédiaires.
  • « professions indépendantes » : agriculteurs exploitants,
    artisans, commerçants, chefs d’entreprises.

Le prêt à taux zéro est l’élément
économique qui a ou pourrait inciter 50%"Une situation professionnelle
stable"apparaît l’élément premier, essentiel

des ménages exerçant une « profession moins aisée »
à accéder à la propriété.pour accéder
à la propriété.

Le coût de la location privée est la raison donnée
par les « retraités »La proximité d’un membre de la famille« est citée majoritairement par la catégorie autres sans activité »
et les « professions moins aisées »"retraités et autres sans
activité".

SOMMAIRE


4. La santé - L’opinion des ménages sur la couverture sociale - L’information en matière de santé

Opinions sur la couverture sociale et
Informations en matière de santé

Affichée
comme l’une des priorités des familles du département, quels
jugements ces familles portent-elles sur la couverture sociale, et de
façon plus générale sur la santé ?

Bien que 75% des ménages estiment avoir une bonne, voire très
bonne couverture sociale (graphique 13), et conscients des difficultés
que certaines personnes peuvent rencontrer pour se soigner, ils sont 82%
à considérer l’accès aux soins inégalitaire.

22% des ménages du milieu rural pensent que l’accès aux
soins est inégalitaire, contre 16% des ménages urbains.

Graphique 13 : Estimez-vous avoir une bonne couverture
sociale ?

alt="G%E9n%E9ralword16.gif" border="0"/>

Les ménages de Haute-Vienne se montrent très soucieux
de leur santé. Le médecin de famille est consulté
régulièrement par 91% des ménages, et 94% bénéficient
d’une mutuelle.

Mais les moyens d’information et les emplacements pour disposer de celle-ci
au sujet de fléaux tels que le cancer, le suicide, le sida, la
toxicomanie, l’alcoolisme et le tabagisme, sont appréciés
à des degrés divers.

De façon générale, les ménages du département
ont un sentiment positif à l’égard de l’information en matière
de prévention et de soins. En effet, pour chacun des fléaux
, ce sont plus de 50% des ménages qui se disent ou "tout à
fait« ou »assez« informés. 82% des ménages se disent ou »tout à fait« ou »assez informés" en ce qui concerne le
sida, mais ils ne sont plus que 51% à se montrer
« tout à fait » ou « assez informés » envers le suicide

(graphique 14).

Graphique 14 : Etes-vous suffisamment informé
en matière de santé, de prévention et de soins

<img
src="etudes/87 general/17.gif" alt="G%E9n%E9ralword17.gif" border="0"/>

De même, ils ne savent pas toujours où s’adresser pour
disposer de cette information. 42% savent où s’adresser, mais 37%
ne savent pas « du tout ».

Graphique 14 : Savez-vous où vous adresser
 ?

<img
src="etudes/87 general/18.gif" alt="G%E9n%E9ralword18.gif" border="0"/>

SOMMAIRE


5. L’éducation - Le rôle éducatif des intervenants - Les rythmes scolaires

Intervenants, rôle éducatif, rythmes scolaires,
qu’en pensent les familles de Haute-Vienne ?

Même si c’est aux grands-parents que revient le rôle de
garant des valeurs morales (on l’a vu précédemment), ils
ne se substituent pas aux parents eux-mêmes. Car les parents estiment
tenir la première place dans l’éducation de leurs enfants,
et se considèrent comme les principaux intervenants éducatifs
de leurs enfants, même s’ils reconnaissent aussi ce rôle à
l’école et à leurs aînés.

Adaptés dans les petites classes, en maternelle et en élémentaire,
les rythmes ne le sont plus autant au secondaire, d’après les ménages
du département (graphique 16).

Graphique 16 : Pensez-vous que les rythmes scolaires
sont adaptés à vos enfants ?

alt="G%E9n%E9ralword19.gif" border="0"/>

Ceci se produit-il au détriment des activités extra-scolaires
 ?

7% des enfants des familles de Haute-Vienne ne pratiquent aucune activité,
mais 32% pratiquent au moins un sport.

SOMMAIRE


6. La Consommation - Les domaines de dépenses des ménages - Le crédit et l’épargne des ménages

Graphique 17 : Quelle(s) activité(s) extra-scolaire(s)
votre enfant pratique-t-il ?

alt="G%E9n%E9ralword20.gif" border="0"/>

 

Domaine de dépense - Le crédit et l’épargne
des ménages

  • Comment se répartissent les dépenses
    dans le budget des familles de Haute-Vienne ?
  • Epargne et crédit des ménages sont-ils
    le signe, le reflet d’une certaine réalité ?

Le budget des familles de la Haute-Vienne est destiné en priorité
à la satisfaction des besoins primaires : manger, se loger, s’entretenir,
se déplacer bien avant se divertir.

Le recours au crédit, sous forme de prêt bancaire pour
49% des ménages est destiné à l’achat d’une voiture
 : 49% l’ayant cité (l’immobilier ayant été exclu)
et/ou l’achat d’équipements ménagers (21,5% des ménages)
(graphique 18).

Graphique 18 : Pour quels types d’achat avez-vous
recours au crédit ?

alt="G%E9n%E9ralword21.gif" border="0"/>

Quant à l’épargne, si elle n’est pas principalement constituée
pour les vacances et les loisirs (14,5 % des ménages), elle est
constituée par crainte de l’avenir (39% des répondants),
et pour la constitution d’une retraite (35%).

Graphique 19 : Si vous constituez une épargne,
pour quelles raisons le faites-vous ?

alt="G%E9n%E9ralword22.gif" border="0"/>

SOMMAIRE


Conclusion

Cette première enquête a pour objet de mieux connaître
les ménages du département, et de tenter d’établir
un premier état des lieux de leur situation, de leurs opinions
sur différents sujets : vie familiale et sociale, logement, santé,
éducation, consommation.

Notre ambition, partagée avec les autres U.D.A.F. de la région
Limousin et l’Union Régionale (U.R.A.F.), soutenue par le cabinet
ECARTS, est de nous inscrire dans la durée. Cet observatoire doit
devenir un outil privilégié pour mieux connaître les
conditions de vie des familles et nous permettre d’accomplir notre mission
de représentation.

Dès juin, au regard des résultats déjà connus,
nous avons invité pour notre Assemblée Générale
Monsieur LHOMME, sociologue, à porter un regard sur la transmission
des valeurs d’une génération à l’autre. D’autres
débats, d’autres réflexions auront lieu dans le mouvement
familial, et avec d’autres partenaires. Notre volonté est d’être
plus proches des réalités quotidiennes vécues par
les familles, et d’alimenter les décideurs de ces réalités
et des réflexions qu’elles engendrent.

SOMMAIRE


Annexes

Méthodologie

Les résultats ci-après découlent de l’exploitation
de 297 questionnaires remplis par un panel de ménages haut-viennois.

Le panel représentatif de la population du département
a été bâti à partir des données INSEE
du recensement de 1990 (dernières données disponibles au
moment de cette première enquête), en tenant compte :

  • de l’âge de la personne de référence du ménage ;
  • de la catégorie socio-professionnelle ;
  • du type de ménage (couple marié ou non, famille monoparentale,
    personne seule) ;
  • du nombre d’enfants de moins de 26 ans présent dans le foyer ;
  • du lieu de résidence du ménage (milieu urbain, milieu
    rural).

Modalités d’exploitation

Questions à choix unique : les résultats
ont été calculés sur les « répondants » à
la question, étant entendu que tous les panélistes n’ont pas
systématiquement répondu à toutes les questions.

Questions à choix multiple : les résultats
ont été calculés sur le nombre total de panélistes
(nombre de fois où l’item a été cité / 297).

Questions ouvertes : ces questions ont fait l’objet
d’un traitement spécifique permettant de regrouper des "typologies
de réponses« et de définir des items »a postériori".

Questions à classement : il a été
attribué un nombre de points en multipliant le nombre de fois où
l’item a été cité par un coefficient de pondération
(ou poids). Ce coefficient est inversement proportionnel à la position
dans le classement. Par exemple, pour une question où il était
demandé de classer 5 items, nous avons affecté les poids
suivants :

  • 5 pour la première position,
  • 4 pour la deuxième position,
  • 3 pour la troisième position,
  • 2 pour la quatrième position,
  • 1 pour la cinquième position.

Ce mode de calcul nous a permis d’attribuer une note globale permettant
d’affecter un classement général entre les différents
items.

Carte d’identité des ménages du panel

Catégorie socio-professionnelle du chef de famille

alt="G%E9n%E9ralword23.gif" border="0"/>

Situation familiale du chef de famille

alt="G%E9n%E9ralword24.gif" border="0"/>

Age du chef de famille

<img
src="etudes/87 general/25.gif" alt="G%E9n%E9ralword25.gif" border="0"/>

Nombre d’enfants de moins de 26 ans présent dans
le foyer

<img
src="etudes/87 general/26.gif" alt="G%E9n%E9ralword26.gif" border="0"/>

SOMMAIRE

Haut de page