L’UNAF a participé à une conférence portant sur la solidarité climatique

21/12/2017

L’UNAF, représentée par Dominique Allaume-Bobe, administratrice en charge du Développement durable, a participé à une conférence portant sur la solidarité climatique, organisée par le ministère de la Transition écologique et solidaire, le lendemain du Sommet mondial pour le Climat.

La solidarité climatique est devenue l’un des derniers enjeux des politiques publiques environnementales, elle est portée par la France qui l’a introduite dans l’Accord de Paris. Depuis, la solidarité climatique a été intégrée dans les Objectifs du Développement Durable (ODD).

Un bilan a été établi sur la base des engagements annoncés la veille par les chefs d’État, les organisations internationales et les entreprises qui y avaient participé. Celui-ci s’avère plus positif que prévu, mais l’appel lancé par le Président Emmanuel Macron reste d’actualité, il engage à renforcer les actions de lutte contre le changement climatique et ce, de manière urgente. Rappelons que ces engagements, tous d’ordre financier, concernent :

• la contribution des pays du Nord aux pays du Sud à hauteur de 100 milliards de dollars annuels d’ici à 2020 ;
• douze mesures « Clim’acts » dans le domaine des transports, de l’énergie solaire et de la lutte contre la désertification ;
• de nouvelles mesures telles que celle de la Banque mondiale qui ne financera plus après 2019, les industries gazières et pétrolières.

Un regret toutefois, la taxe sur les transactions financières n’a toujours pas pu émerger…

Quant à la solidarité climatique, elle concerne plus particulièrement les États qui seront les premiers touchés par le changement climatique, entraînant des flux migratoires de populations fuyant les submersions, ou les phénomènes extrêmes et provoquant désarrois et précarité. Des conventions internationales sont en cours pour définir des conditions d’accueil dignes de ce nom et d’accompagnement.
L’introduction de nouvelles parties prenantes dans la gouvernance des politiques publiques de solidarité concernant plus particulièrement la représentation des générations futures est également en cours de préparation. Les familles n’en sont-elles pas le meilleur gardien et garantes ?

De « bonnes pratiques » émergent à l’initiative de la société civile et des pouvoirs publics pour informer les populations des dangers climatiques imminents et pour organiser préventivement la résilience des territoires, afin d’aller vers une agro-écologie nourricière répondant aux ODD, et pour toujours former plus et éduquer afin, entre autres, de mieux organiser la gouvernance. Celles-ci doivent être mutualisées et développées pour répondre aux nouveaux défis que représentent les transitions sociale, écologique, territoriale et digitale qui en constituent désormais le cadre.

Contact : ssitbon unaf.fr

Haut de page