UNAF - L’UNAF rencontre la Présidente de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale

L’UNAF rencontre la Présidente de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale


28/03/2018

Illustration article

Le 20 mars dernier, la Présidente de l’UNAF, Marie-Andrée Blanc et la Directrice générale, Guillemette Leneveu ont rencontré Brigitte Bourguignon, Présidente de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale pour un échange autour de l’actualité politique familiale. L’occasion pour l’UNAF de rappeler ses propositions pour une politique familiale renforcée et lui présenter les principaux axes de sa contribution à la mission menée par les députés Chiche et Lurton. En ligne, en rappel la contribution UNAF.

Autres sujets abordés : la protection juridique des majeurs et le travail social :

La protection juridique des majeurs

En préambule, l’UNAF a indiqué qu’elle participera activement aux travaux menés dans le cadre de la mission interministérielle qui a débuté ses travaux avec un périmètre très large d’évaluation de cette politique publique. Elle est pilotée par le ministère de la justice et le ministère des affaires sociales et de la santé et le secrétariat d’Etat aux personnes handicapées y sont associés.

Puis l’UNAF a alerté Brigitte Bourguignon sur plusieurs sujets de la protection juridique des majeurs notamment sur :

  • la participation des majeurs à leur mesure de protection sur laquelle l’UNAF ne cesse de tirer la sonnette d’alarme auprès des ministres de la justice, des affaires sociales et des parlementaires. Suite au vote du PLF 2018, il sera demandé des contributions à des personnes qui ont pourtant des bas revenus, abaissant encore leurs conditions de vie. L’UNAF alerte notamment sur la situation des allocataires de l’AAH qui vont être ponctionnés et subir un nouveau préjudice ;
  • la gestion de mesures au-delà du plafond d’agrément pose dès lors de graves questions en termes de responsabilité,
  • la dématérialisation des échanges et la mise en conformité des traitements de données avec le RGPD qui entrainent de la part des opérateurs publics comme le fisc ou les caisses de sécurité sociale un durcissement des règles de protection des données personnelles sans toutefois prévoir de spécificités pour les personnes vulnérables sous mesure protection juridique,
  • la réforme de la carte judiciaire : la fusion des TI et des TGI ne doit pas remettre en cause l’accès à la justice, qui est en lien direct avec l’accès au droit. Ce point de vigilance concerne bien sûr les majeurs protégés mais aussi les questions de surendettement.

Le travail social

L’UNAF a souhaité apporter le témoignage de projets développés dans le réseau des UDAF en matière de travail social. Ainsi, elle a rappelé que les unions mettent en œuvre des actions de développement social : il s’agit de sortir de la relation plus traditionnelle entre le travailleur social et l’usager pour penser des actions collectives de mobilisation. Les UDAF interviennent dans ce cadre pour accompagner le collectif des personnes et leur permettre de faire leur propre diagnostic sur leurs besoins et leurs attentes et ceci dans un projet de territoire.

Un exemple est particulièrement intéressant à mettre en avant pour illustrer cette méthode d’action : le collectif Parents solos développé par l’UDAF de la Vienne. 150 parents élevant seuls leurs enfants se sont constitués en un réseau d’entraide et s’apportent mutuellement une aide du quotidien, qu’il s’agisse de garder les enfants ou bien encore de prendre une location en commun pour partir en vacances. L’UDAF a accompagné ces parents seuls pour qu’ils fassent le diagnostic de leurs besoins et trouvent collectivement les réponses. Il s’agit très concrètement de faire avec, de permettre aux personnes d’agir par elle-même plutôt que de faire à leur place.
A ce jour, l’UNAF mène un travail avec l’ANSA pour faire une analyse des modes d’action mis en œuvre par l’UDAF de la Vienne et tenter ainsi une modélisation pour permettre son développement sur d’autres territoires et par d’autres UDAF.

Claire Ménard, chargée des relations parlementaires, assistait à l’entretien.

Haut de page