Lire et faire lire : le Ministre de l’Education nationale apporte son soutien au dispositif

10/04/2018

Illustration article

Le 4 avril dernier, lors de la séance des questions au Gouvernement, et suite à une demande de la députée Mme Géraldine Bannier, le Ministre de l’éducation nationale, M. Jean-Michel Blanquer est revenu sur l’action de l’association « Lire et faire lire », dispositif dont l’UNAF est co-fondateur aux côtés de la Ligue de l’Enseignement et auquel il a confirmé apporter son total soutien. Accéder à la question-réponse.

Dans son intervention, le ministre revient aussi sur le lancement de la campagne « Ensemble pour un pays de lecteurs » en octobre dernier, à l’Académie française qui s’était déroulé en présence de la Présidente de l’UNAF.

Cet événement marquait le coup d’envoi du « Plan Lecture » impulsé par les ministères de l’Éducation nationale et de la Culture qui entendaient améliorer l’apprentissage et la pratique de la lecture des élèves. L’UNAF rappelle qu’aujourd’hui, ce dispositif est largement déployé sur le territoire : 55 UDAF impliquées, 18 000 bénévoles, 660 000 enfants et 10 000 structures engagées.

L’UNAF se réjouit que le Ministre fasse de la lecture une de ses premières priorités.

Réponse du Ministre de l’Education nationale

« Madame Bannier, je vous remercie pour cette question extrêmement importante parce qu’elle touche à la première de nos priorités. En effet, parmi nos priorités, il y a l’école primaire, et, à l’intérieur de ce sujet, il y a la maîtrise du français écrit et oral.
La maîtrise du français oral, j’ai eu l’occasion d’en parler à propos de la réforme du baccalauréat et de la nouvelle épreuve orale.
La maîtrise du français écrit, le ministère en parle tous les jours au travers de différentes mesures, comme celle du dédoublement des CP et des CE1, mais aussi au travers de pratiques pédagogiques concrètes de lecture et, plus généralement, par l’encouragement de la pratique du livre. Plusieurs éléments vont dans cette direction.
Vous avez cité l’association Lire et faire lire. Je voudrais ajouter qu’il y a quelques semaines, à l’Académie française, nous avons lancé la campagne « Ensemble pour un pays de lecteurs », pour faire de la France une nation de lecteurs et donner un nouveau souffle à l’association Lire et faire lire : plus de 600 000 enfants bénéficieront de ces lectures à voix haute, grâce, vous l’avez dit, aux 17 000 bénévoles de plus de cinquante ans. Mon ministère encourage toutes les opérations de cette nature : je pense à l’opération « Silence, on lit ! », pilotée par Mme Danièle Sallenave, de l’Académie française, qui permet, dans de nombreux établissements, d’obtenir un quart d’heure de silence complet pour pouvoir lire. Nous encourageons aussi l’écriture car les deux vont de pair : l’opération « Labo des histoires » touche des dizaines de milliers d’enfants dans le cadre des activités scolaires et périscolaires.
Mon ministère agit en partenariat avec les associations pour que l’activité de lecture soit la plus forte possible. À cette fin, il est aussi en lien avec le ministère de la culture : avec ma collègue Françoise Nyssen, nous sommes mobilisés pour le renouveau des bibliothèques, y compris celles des écoles et des établissements. Le rapport d’Erik Orsenna va beaucoup nous aider, l’objectif étant de rendre disponibles les livres sept jours sur sept. Notre travail avec les éditeurs est également très important : nous distribuerons des volumes des Fables de La Fontaine au mois de juin prochain, avec des dessins d’un très grand illustrateur français. »

Haut de page